Aller au contenu principal

Face à la guerre des prix
La segmentation du lait bio est en marche !

Des marques et démarches privées mettent en avant leurs "plus" par rapport au label européen. Pour se démarquer et rester en phase avec les attentes du consommateur.

La crainte d'une crise laitière biologique se ravive à chaque signal moins favorable. La guerre des prix que se livre la grande distribution sur le lait de consommation agite les bio. La bio a changé d'échelle(1) et la grande distribution s'est emparée de ce marché. Elle développe ses marques distributeurs (MDD) et promet aux consommateurs de larges gammes en bio pas chères. De nombreux messages d'éleveurs laitiers, bio ou non, sur Twitter s'indignent de trouver dans les rayons des supermarchés du lait UHT bio vendu moins cher que du lait conventionnel ! "Même s'il s'agit d'opérations ponctuelles, c'est un mauvais signal envoyé au consommateur. On lui met dans la tête qu'il peut avoir du bio au prix du conventionnel", s'inquiète Pierre Moineau, président de Lait bio de France, une association d'OP(2). Le phénomène semble avoir encore peu d'impact sur les prix dans leur ensemble (lire p.10).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière