Aller au contenu principal

Exploitation laitière : « J’ai adapté l’agroforesterie à mon système »

En 2011, le Gaec des trois chemins, en Loire-Atlantique, a planté 110 arbres en intraparcellaire pour le valoriser en bois d’œuvre sur une parcelle humide de trois hectares de cultures. Le bilan est jusque-là positif, aucune perte de rendement n'est à déplorer.

« En tant qu’éleveur et chasseur, j’aime les arbres. Je n’imagine pas une parcelle de pâturage sans haie autour. Et même pour les parcelles dédiées aux cultures, avec un pulvérisateur de 24 mètres de large, l’idée de planter des arbres en agroforesterie pour produire du bois d’œuvre nous intéressait », assure Olivier Dupas, un des deux associés du Gaec des trois chemins, à Ligné.

Le Gaec franchit le pas en 2011 pour une parcelle de trois hectares dédiée uniquement aux cultures. Les sols limoneux de l’exploitation gardent l’eau en hiver et une grande partie de l’exploitation est drainée. Mais pour cette parcelle, des études montrent que le drainage coûterait très cher. « Comme nous en sommes propriétaires, nous avons eu l’idée de tester l’agroforesterie pour voir son effet sur la structure du sol. » Sur cette parcelle, 110 arbres ont été plantés sur deux lignes espacées de 25 mètres, avec un arbre tous les 6 mètres, et une bande de 25 mètres sans arbre en bout de ligne. « Notre objectif est de produire du bois d’œuvre qui pourrait nous rapporter 8 000 à 10 000 euros par hectare dans trente à cinquante ans. »

La parcelle ayant un potentiel limité, deux espèces locales seulement ont été plantées, du frêne élevé, qui aime l’humidité, et du chêne sessile. « Les frênes poussent très bien et droits. Mais les chênes sessiles partaient dans tous les sens, ce qui n’est pas bon pour faire du bois d’œuvre et aurait gêné les engins. Nous les avons donc remplacés par des chênes chevelus»

Pas de gêne du travail sur la culture

Pour l’instant, la parcelle produit comme avant. Malgré la perte sous les arbres de deux bandes de 1,50 mètre de large sur 300 mètres de long, les rendements n’ont pour l’instant pas été affectés. « Nous obtenons en moyenne 60-70 q/ha en blé et 8-10 tMS en maïs, comme avant. Mais le rendement va sans doute baisser d’ici trente ans », suppose Olivier Dupas, si les arbres font concurrence à la culture.

La parcelle reçoit du blé, un couvert de ray-grass italien et trèfle rouge, enfoui ou récolté selon l’état des stocks de fourrages, puis un maïs. « Nous n’avons rien changé à nos pratiques, mais adapté l’agroforesterie à notre système, souligne Olivier. Mon frère, qui s’occupe des cultures, ne perd pas une minute par rapport à avant. Même quand les arbres seront grands, nous ferons en sorte que les tracteurs et l’ensileuse passent dessous sans problème»

L’objectif étant que les arbres poussent droit sans impacter les cultures, l’agriculteur taille dur. « J’enlève près des deux tiers de la ramure, même si on me dit qu’il faut garder au moins la moitié des feuilles pour la photosynthèse. Et, avant le semis du maïs, nous passons le chisel à 35-50 cm de profondeur au ras des arbres, pour faire plonger les racines et qu’il n’y ait pas de concurrence avec le maïs. »

Des erreurs de débutants

« Au début, j’ai fait l’erreur à la plantation de ne pas semer de prairie pérenne sur la ligne d’arbres. La bande a été envahie de rumex et de chardon que j’ai dû détruire. Un couvert de ray-grass sauvage et brome a repoussé, qui ne pose plus de problème. »

Les arbres attirent aussi un peu plus de nuisibles : des escargots, des mulots ou encore des sangliers attirés par les vers de la bande enherbée et qui adorent se frotter contre les frênes. « Pour l’instant, ils ne font pas trop de dégâts. Mais les buses qui viennent se percher cassent parfois la cime tendre des frênes, ce qui oblige à un rattrapage par la taille pour que l’arbre continue à monter. »

Ne pas sous-estimer le travail de taille

L’investissement s’est élevé à 850 €. L’achat des arbres (chêne 3,60 € HT/pièce, frêne 2,30 € HT/pièce) et des accessoires (piquets de 1,80 m, protections gibier de 1,50 m (3,20 €/pièce), paille de lin pour le paillage) a coûté 1 200 € HT. Le Gaec a perçu 50 % de subvention du conseil général. Se sont ajoutés 250 € de frais de dossier pour la chambre d’agriculture.

Le temps de travail a été d’une demi-journée pour la préparation du sol, une journée à trois personnes pour la plantation et aujourd’hui six heures par an pour la taille et une demi-heure en fin d’été pour broyer l’herbe sous les arbres avec un broyeur d’accotement, pour éviter le développement d’adventices. « Pour l’instant, je taille à pied en février-mars avec une scie télescopique, précise Olivier Dupas. Mais quand les arbres seront grands, je devrai intervenir avec une tronçonneuse et sur un engin. »

Les primes PAC du Gaec n’ont pas été modifiées car la densité de plantation est inférieure à 100 arbres par hectare. Les arbres entrent aussi dans le décompte des SIE. « Mais depuis 2021, comme nous n’avions pas bénéficié du Feader pour l’agroforesterie, les arbres ne sont plus considérés comme agroforesterie mais comme des arbres alignés, note Olivier Dupas. Nous avons perdu 3 à 4 % de SIE. Nous sommes toujours supérieurs à 5 %, mais nous sommes descendus à 7-8 % de SIE. »

Suivre l’effet agronomique

En 2015, la parcelle a été suivie par la chambre d’agriculture dans le cadre d’une étude réalisée sur dix parcelles du nord du département. Une fosse pédologique a été creusée près des arbres et le sol a été analysé au niveau structure, texture, composition, pH… Un inventaire faune et flore a également été réalisé. « L’objectif, explique Véronique Blondy, de la chambre d’agriculture, est de refaire ces analyses en 2025-2030 pour voir l’évolution du taux de matière organique, de la structure, de la circulation de l’eau… » En parallèle, Olivier Dupas note tout ce qui concerne la parcelle, les rendements, le temps de travail… pour faire un vrai bilan d’ici vingt ans.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière