Aller au contenu principal

Êtes-vous prêt à utiliser des logettes creuses avec du sable ?

Les logettes creuses remplies avec du sable sont réputées pour leur confort. Mais certains éleveurs reprochent au sable d'être trop abrasif pour le matériel. 

 © F. Mechekour
© F. Mechekour
 

Stefan Van Rumst, éleveur en Belgique

Oui

 

 
© S. Van Rumst
Lorsque j’ai construit mon bâtiment en 2000, j’ai choisi d’installer des logettes creuses remplies avec du sable (275 logettes, 300 Holstein à 10 800 l). L’idée m’est venue suite à des visites d’élevages aux États-Unis. Ces logettes sont très confortables. Les vaches n’ont pas de gros jarrets. Il y a moins de risques qu’elles se coincent dans les logettes. La présence d’un peu de sable dans les couloirs limite les risques de glissade. Les vaches, et en particulier leur mamelle, sont plus propres. Le sable étant une matière inerte, il n’y a pas de développement bactérien ni de mouches en été. En hiver, le sable apporte un peu de chaleur aux vaches et en été un peu de fraîcheur. Pour l’entretien, je remets 110 à 120 kg de sable par logette tous les dix jours. J’en achète environ 1 100 tonnes par an à 13 euros par tonne livrée. Je le paye cher à cause du transport. L’inconvénient du sable est qu’il accélère l’usure des racleurs et de la pompe de reprise située dans la préfosse. J’ai installé des racleurs à chaîne parce qu’ils s’usent moins vite que les racleurs à câble ou hydrauliques. Pour éviter la casse, il faut faire de l’entretien préventif. Ces inconvénients sont minimes par rapport aux avantages pour le confort et la santé des vaches.

 

Raphaël Macé, en Gaec en Loire-Atlantique

Oui, mais...

 

 
© Gaec du Chêne
Nous avons arrêté il y a deux ans. Nous avons opté en 2008 pour des logettes creuses remplies avec du sable pour le confort qu’elles procurent et parce qu’elles coûtent moins cher que les logettes béton. Nous n'aurions pas changé si nos bétons n’étaient pas usés. Mais nous avions de plus en plus de vaches (75 prim’Holstein à 9 000 l) qui se blessaient en glissant dans les aires d'excercice et le parc d’attente. Nous avons donc décidé d’installer des tapis plutôt que de rainurer ou scarifier les bétons. C’est plus confortable. Mais nous avons eu peur que le sable les use prématurément. Étant donné l’investissement (33 €HT/m2, pose par les éleveurs), nous avons préféré bétonner les 96 logettes et mettre des tapis dessus, que nous avons achetés d’occasion. Nous ajoutons de la paille (2 kg/logette/j) et un asséchant (25 kg/semaine). Les vaches n’ont pas plus de tarsites. En revanche, avant elles se couchaient toutes dans les logettes creuses. Depuis, il y en a toujours six ou sept qui préfèrent se coucher sur les tapis installés dans les aires d’exercice. Ces vaches sont moins propres.

 

Léonard Lux, en EARL dans le Bas-Rhin

Non

 

 
© EARL Lux
En Alsace, la structure des exploitations limite le recours au pâturage. Nous produisons 1,6 million de litres de lait avec un troupeau de 150 Holstein avec une surface de 60 ha dont seulement 25 ha labourables. Nous cherchons donc à maximiser le confort des vaches dans le bâtiment. Faute de disponibilité suffisante en paille, nous n’avons pas retenu l’option logettes paillées dans notre projet en 2006. Vu l’envolée du prix de la paille (120 à 130 €/t non livrée), je ne regrette pas notre choix. Les logettes creuses avec du sable sont très confortables. Mais il aurait fallu le faire venir de loin avec un coût de transport non négligeable. Et le sable est très abrasif pour les équipements (racleurs, pompe…).

 

Nous avons donc choisi d’utiliser la phase solide du lisier (séparateur de phase). Le compost procure un confort équivalent à celui du sable. Il faut prendre la main au départ pour éviter les problèmes de cellules et mammites. Nous rechargeons les 150 logettes en couches fines d’environ 5 cm deux fois par semaine. Nous rajoutons un peu de chaux (4 kg/logette/semaine). Il faut un bâtiment très bien ventilé pour permettre au compost de s’assécher. La phase liquide du lisier peut être épandue sans causer de nuisances olfactives. C’est un très bon starter pour les prairies.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière