Aller au contenu principal

Des signaux positifs sur les marchés laitiers

Les cotations du beurre et de la poudre de lait écrémé remontent en Europe, en Nouvelle-Zélande et aux ÉTats-Unis. 

© A. Conté

Les cotations françaises et européennes ont progressé et ont atteint 5 178 dollars la tonne pour le beurre au 6 janvier 2019 et 1985 USD/t pour la poudre de lait écrémé, selon l'observatoire des prix européens de la Commission européenne. L'observatoire constate une forte hausse sur l'Océanie : 4 113 USD/t (+7,2 %) pour le beurre et 2 250 USD/t (+11,8 %) pour la poudre de lait écrémé. Le Global Dairy Trade - marché d'enchères Fonterra, la grande coopérative néozélandaise - affichait mi-janvier une troisième séance de hausse consécutive depuis fin décembre, pour la poudre de lait écrémé, le beurre et le cheddar. Les cours des USA sont aussi en légère hausse. Tous ces signaux confortent l'hypothèse que les cours vont continuer de progresser, au moins jusqu'au pic de la collecte européenne.

Pas d'achat de poudre à l'intervention européenne en 2019

Les stocks de poudre de lait écrémé ont fondu. La Commission européenne avait vendu presque tout le stock public d'intervention lors de l'adjudication du 10 janvier dernier. Il ne restait alors plus que 22 000 tonnes. "Aux États-Unis, les stocks ont aussi fortement reculé au second semestre 2018, sous l'effet de moindres fabrications et d'exportations dynamiques ", explique l'Institut de l'élevage. " Jusqu'où les cotations continueront-elles de progresser ? Cela dépendra de la collecte européenne ", indique Gérard Calbrix, économiste à Atla. En tout cas, même si l'intervention est ouverte, la Commission européenne n'achètera rien en 2019. " Acheter des excédents sur le marché alors qu'il n'y a plus de limitation de la production n'est pas viable ", commente Gérard Calbrix. 

Pour le beurre, " les prix remontent depuis un point bas atteint avant les fêtes (4 200 €/t). La demande semble repartie et le marché reste tendu dans l'Union européenne. Les fabrications de fromages restent fortes, ce qui limite celles de beurre ", selon Gérard Calbrix.

Pour les grands fromages d'exportation, les cours du gouda et de l'edam allemand ont reflué (environ 3 000 €/t début janvier 2019 contre 3 250 €/t en novembre 2018), " ce qui est classique avant le mois de mai ", nuance Gérard Calbrix. " Les stocks européens de fromages se situaient fin 2018 à des niveaux plus élevés qu'en 2017 ", pointe l'Institut de l'élevage. La suite dépendra de l'équilibre entre une offre abondante et une demande qui était encore dynamique au quatrième trimestre 2018, en Europe et dans le monde, selon l'Institut de l'élevage.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière