Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Dans le Maine-et-Loire, un séchoir à fourrages collectif fait ses preuves

Grâce au séchoir à fourrages, cinq exploitations produisent leurs protéines en Cuma.


Cinq exploitations laitières du Maine-et-Loire, regroupées au sein de la Cuma La Mâchelloise, ont investi dans un séchoir à fourrages afin d´améliorer leur autonomie en protéines. Ce séchoir, installé sur l´une des exploitations, peut contenir trente-deux bottes rondes. Les fourrages récoltés (RGA, associations graminée-légumineuse, luzerne, etc...) peuvent se récolter entre 35 et 40 % d´humidité. « Ce procédé nous permet de faucher le fourrage au stade optimum et de le récolter dans de brefs délais. Pour la luzerne, on évite alors les risques de pertes de feuilles au fanage et à la récolte », apprécient les exploitants. Le temps de séchage des bottes est variable (5 à 15 heures) selon le type de fourrage et le taux d´humidité à la récolte. L´autre intérêt pour les éleveurs est d´utiliser une source de protéines tracée. Plus de quatre cents tMS de fourrages ont été séchées en 2003.

Des protéines tracées à moindre coût
« L´originalité tient surtout à la démarche collective, souligne Sébastien Bordereau de la Chambre d´agriculture du Maine-et-Loire. L´investissement s´est chiffré à environ 100 000 euros. La Cuma a par ailleurs bénéficié de subventions du département et de la région, à hauteur de 45 % du coût de l´investissement. Mais aucune aide européenne n´est allouée au projet. Le fonctionnement, pour la première année d´utilisation, a été évalué à 30 euros la tonne (aides déduites). « Par rapport à l´achat de bouchons de luzerne, le coût alimentaire est divisé par trois », poursuit le technicien. Le séchoir fonctionne au fuel, mais à terme, les éleveurs envisagent de remplacer le carburant par de l´huile de colza, pressé à froid sur le site.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière