Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Dans le Maine-et-Loire, un séchoir à fourrages collectif fait ses preuves

Grâce au séchoir à fourrages, cinq exploitations produisent leurs protéines en Cuma.


Cinq exploitations laitières du Maine-et-Loire, regroupées au sein de la Cuma La Mâchelloise, ont investi dans un séchoir à fourrages afin d´améliorer leur autonomie en protéines. Ce séchoir, installé sur l´une des exploitations, peut contenir trente-deux bottes rondes. Les fourrages récoltés (RGA, associations graminée-légumineuse, luzerne, etc...) peuvent se récolter entre 35 et 40 % d´humidité. « Ce procédé nous permet de faucher le fourrage au stade optimum et de le récolter dans de brefs délais. Pour la luzerne, on évite alors les risques de pertes de feuilles au fanage et à la récolte », apprécient les exploitants. Le temps de séchage des bottes est variable (5 à 15 heures) selon le type de fourrage et le taux d´humidité à la récolte. L´autre intérêt pour les éleveurs est d´utiliser une source de protéines tracée. Plus de quatre cents tMS de fourrages ont été séchées en 2003.

Des protéines tracées à moindre coût
« L´originalité tient surtout à la démarche collective, souligne Sébastien Bordereau de la Chambre d´agriculture du Maine-et-Loire. L´investissement s´est chiffré à environ 100 000 euros. La Cuma a par ailleurs bénéficié de subventions du département et de la région, à hauteur de 45 % du coût de l´investissement. Mais aucune aide européenne n´est allouée au projet. Le fonctionnement, pour la première année d´utilisation, a été évalué à 30 euros la tonne (aides déduites). « Par rapport à l´achat de bouchons de luzerne, le coût alimentaire est divisé par trois », poursuit le technicien. Le séchoir fonctionne au fuel, mais à terme, les éleveurs envisagent de remplacer le carburant par de l´huile de colza, pressé à froid sur le site.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière