Aller au contenu principal

Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes

Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle.
© V. Vigier

Semer du méteil dans une prairie vivante. La technique connaît un « véritable engouement » dans le Cantal soulignent les conseillers agronomie de la chambre d’agriculture. Depuis deux ans, « plus de 1 400 ha sont implantés tous les ans », précise l’un d’entre eux, Vincent Vigier. La raison ? Plusieurs entreprises et Cuma équipées de semoirs spécialisés, qui proposent la prestation de service. Mais, il ne faut pas se tromper sur son objectif, prévient le conseiller : « Le gain de cette technique est de régénérer des prairies dégradées sans les retourner tout en ayant une première coupe un peu plus abondante. »

Le gain de rendement amené par le méteil en première coupe ne dépasse guère 2 tMS/ha. « Le fait d’implanter une culture à fort pouvoir racinaire dans une prairie vivante va redynamiser la vie biologique du sol, précisent les conseillers. Il y aura une meilleure minéralisation de l’azote organique et un meilleur développement des légumineuses dans les prairies naturelles où l’action du semoir direct va découper le pelon des vielles prairies. »

Les conditions de réussite

Ils attirent l’attention aussi sur les conditions de réussite. Sursemer des prairies au couvert végétal peu dense (prairies dégradées par la sécheresse ou les campagnols, vieille luzerne…) pour ne pas concurrencer les espèces semées. Semer dense et choisir des espèces agressives : seigle fourrager ou forestier, vesce velue et commune, avoine et des espèces fourragères pour recharger la prairie (ray-grass, trèfle violet, éventuellement dactyle, fétuque élevée et trèfle blanc géant). On peut  aussi utiliser des méteils de ferme, plus économiques, semés à 200 kg/ha. Travailler avec des semoirs qui font de la place sur la ligne de semis et de la terre fine. Semer dans un sol suffisamment ressuyé et réhumidifié. Et, enfin, apporter au moins 60 unités d’azote (de préférence sous forme de lisier en février) pour valoriser cet investissement (350 €/ha dont 90 € de prestation de semis).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière