Aller au contenu principal

Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes

Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle.
© V. Vigier

Semer du méteil dans une prairie vivante. La technique connaît un « véritable engouement » dans le Cantal soulignent les conseillers agronomie de la chambre d’agriculture. Depuis deux ans, « plus de 1 400 ha sont implantés tous les ans », précise l’un d’entre eux, Vincent Vigier. La raison ? Plusieurs entreprises et Cuma équipées de semoirs spécialisés, qui proposent la prestation de service. Mais, il ne faut pas se tromper sur son objectif, prévient le conseiller : « Le gain de cette technique est de régénérer des prairies dégradées sans les retourner tout en ayant une première coupe un peu plus abondante. »

Le gain de rendement amené par le méteil en première coupe ne dépasse guère 2 tMS/ha. « Le fait d’implanter une culture à fort pouvoir racinaire dans une prairie vivante va redynamiser la vie biologique du sol, précisent les conseillers. Il y aura une meilleure minéralisation de l’azote organique et un meilleur développement des légumineuses dans les prairies naturelles où l’action du semoir direct va découper le pelon des vielles prairies. »

Les conditions de réussite

Ils attirent l’attention aussi sur les conditions de réussite. Sursemer des prairies au couvert végétal peu dense (prairies dégradées par la sécheresse ou les campagnols, vieille luzerne…) pour ne pas concurrencer les espèces semées. Semer dense et choisir des espèces agressives : seigle fourrager ou forestier, vesce velue et commune, avoine et des espèces fourragères pour recharger la prairie (ray-grass, trèfle violet, éventuellement dactyle, fétuque élevée et trèfle blanc géant). On peut  aussi utiliser des méteils de ferme, plus économiques, semés à 200 kg/ha. Travailler avec des semoirs qui font de la place sur la ligne de semis et de la terre fine. Semer dans un sol suffisamment ressuyé et réhumidifié. Et, enfin, apporter au moins 60 unités d’azote (de préférence sous forme de lisier en février) pour valoriser cet investissement (350 €/ha dont 90 € de prestation de semis).

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

Deux stalles de robot de traite GEA
Robot ou salle de traite, les indicateurs à calculer pour bien choisir

Les tensions sur la main-d’œuvre poussent de nombreux éleveurs à sauter le pas des robots de traite. Pourtant le retour sur…

veaux en igloo individuel
Les bons gestes pour des veaux laitiers en pleine forme dès la naissance

Il n’y a pas une seule et unique recette pour élever un veau. Ce qui est sûr, c’est que les premiers jours sont déterminants…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière