Aller au contenu principal

Bel affiche un prix de 406 euros les 1000 litres pour 2022

Pour l’entreprise, la décarbonation de son activité ne peut se réaliser qu’avec un prix garanti à l'année.

A 406 €/1000l, Bel veut inciter les éleveurs à décarboner au maximum leur activité.
A 406 €/1000l, Bel veut inciter les éleveurs à décarboner au maximum leur activité.
© Bel

« Cette année, nous sommes allés un cran plus loin, toujours dans la ligne de mire de faire baisser l’impact carbone de notre amont agricole », loue Cécile Béliot, qui prendra très prochainement la direction générale du groupe Bel, le 10 février en conférence de presse. « Nous avons défini un prix garanti de 406 euros les 1000 litres », annonce-t-elle.

Il se décompose comme suit : toutes les primes pâturage (6 €) et alimentation sans OGM (15 €) ont été intégrées au prix de base de 377 €/1000l, auquel s’ajoutent la qualité du lait et une nouvelle prime de 5 € pour un approvisionnement exclusivement européen de l’alimentation des vaches. Celle-ci sera disponible à partir du quatrième trimestre 2022.

L’objectif clairement affiché par l'industriel est de pousser les 750 exploitations adhérentes à l’APLBO (OP des producteurs livrant à Bel) de se tourner vers l’autonomie protéique. « Plus l'éleveur est en capacité de sourcer localement et même idéalement sur sa ferme des protéines pour nourrir ses vaches plus, plus il fait baisser son impact carbone », explique l’actuelle directrice adjointe.

Moins de carbone et de méthane

Dans le même sens, un programme pilote est en cours avec l'entreprise DSM en France et en Slovaquie afin de tester un complément alimentaire à intégrer directement à la ration des vaches qui permettrait de faire baisser leurs émissions de méthane de 10 %. « L’idée est de valider que cela fonctionne et que les éleveurs peuvent facilement l’utiliser pour ensuite le déployer le plus rapidement possible. »

Car désormais le mot d’ordre de la stratégie de la multinationale est la décarbonation, s’alignant sur une trajectoire climat à +1,5 degré (recommandation du Giec). Cette ambition implique une réduction d’un quart des émissions de gaz à effet de serre de la chaîne de valeur de Bel d’ici 2035. Et, selon ses calculs, l’amont laitier représente 70 % de celles-ci.

Moins de produits laitiers et plus de végétal

Cette ambition amène également l’industriel à revoir son portefeuille de marques qu’il souhaiterait composé pour moitié de produits laitiers et pour moitié de produits végétaux. « Diminuer les sources de protéines animales (…) est un énorme levier pour réduire l’impact carbone de ce que l’on mange », estime Cécile Béliot.

« L’idée est d’offrir une gamme la plus large possible en faveur d’un régime flexitarien », confirme Antoine Fiévet, p.d-g de Bel. « Je reste un fan de fromages. Bel reste un professionnel des produits laitiers, rassure-t-il. Nous n’avons aucune ambition d’arrêter. Nous élargissons le spectre. »

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière