Aller au contenu principal

ZNT : « Des coûts et beaucoup de travail en plus sans compensation, c'est révoltant »

Cécile Fléchel a installé un mélange de plantes mellifères sur ses ZNT au printemps et communique sur ses pratiques. Elle doute toutefois de l’impact de ce nouveau dispositif et regrette ces contraintes supplémentaires.

Cécile Fléchel a implanté des espèces mellifères au printemps sur ses ZNT, qu'elle laissera peut être en place cet automne.

Même parmi les agriculteurs motivés pour aller vers des pratiques toujours plus respectueuses de l’environnement, les ZNT ont du mal à passer. Installée à Marly dans le Nord, commune mitoyenne de Valenciennes (44 000 habitants), Cécile Fléchel est de ceux-là. Pour la nouvelle campagne, elle devra mettre en place 1,2 kilomètre de ZNT, soit 36 ares.

« Le coût de ces semences est d’une centaine d’euros à l’hectare. Et au-delà du coût, le plus lourd c’est le temps consacré : entre atteler, préparer et dételer le semoir, il faut compter quasiment une demi-journée de travail. Tout cela sans aucune compensation. Je suis révoltée qu’une telle mesure n’ait pas été intégrée dans un politique agricole. »

Pour la jeune femme, ces ZNT ne résoudront aucun problème : « Quelqu’un qui dénigre l’agriculture ne changera pas d’avis parce que mon pulvé passe à 3 mètres plutôt qu’à 3 centimètres de son terrain. » Une contrariété qui ne l’a pas empêchée de mettre en place ses ZNT dès le printemps dernier, en bordure de ses pommes de terre et maïs, et d’en avertir ses voisins par courrier. « J’ai expliqué quelle culture nous allions implanter, comment nous cherchions à limiter notre impact phyto tout en protégeant la culture. » Les voisins ont vu se développer un mélange de plantes mellifères.

Laisser le couvert de plantes mellifères en place

« Le couvert a bien levé et le résultat est joli. Les riverains sont contents, les promeneurs n’y vont pas car c’est trop haut et ça reste considéré comme une culture. À l’automne, j’hésite à laisser ce couvert en place pour qu’il reparte au printemps. J’ai vu cela ailleurs et ça fonctionne bien. L’autre option, c’est de détruire ce mélange pour semer du blé tendre, à une date tardive et à forte densité, pour permettre une impasse d’herbicide et une récolte. Je trancherai en fonction de l’état des couverts et des conditions de semis. Si la météo est comme celle de l’hiver dernier, ce sera vite vu. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Terres agricoles : l'indice des fermages 2020 est publié
Le nouvel indice du fermage est connu. En légère hausse de 0,55 %, il est de 105,33. Ce chiffre permet de déterminer le montant…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures