Aller au contenu principal

Vente avant récolte : « J’ai engagé 32 % de mon blé 2022, je reste très prudent sur le colza »

Thierry Douce, agriculteur en EARL avec son fils Fabien à Saint-Quentin-le-Petit, dans les Ardennes, se fixe un cadre rigoureux pour vendre une partie de sa production avant moisson. Une stratégie qu'il applique ensuite rigoureusement pour éviter les déconvenues... et les regrets.

Thierry Douce. « Ma stratégie est sécuritaire, elle a pour objectif de finir l’année avec de bons comptes sans que cela m’empêche de dormir. »
Thierry Douce : « Ma stratégie est sécuritaire, elle a pour objectif de finir l’année avec de bons comptes sans que cela m’empêche de dormir. »
© F. Douce

« Pour vendre, je me fixe une méthode de travail avec l’appui de Piloter sa ferme. Notre première mission est d’être sûr que la ferme gagne de l’argent même si le marché se retourne. Cela signifie vendre du physique ou prendre une assurance quand les prix sont rémunérateurs. Pour la récolte 2021, j’ai commencé à marquer les prix à 180 euros la tonne, car c’était au-dessus de mon seuil de commercialisation. Les prix ont monté, mais ce serait une erreur de se dire que l’on n’aurait pas dû vendre. À 300 €/t, nous n’avons pas tout soldé, afin de respecter notre cadre de gestion. Nous le ferons lorsqu’il y aura plus d’éléments baissiers que haussiers.

Je vends environ 30 % de mon blé tendre avant récolte. Avec les prix rémunérateurs, j’ai déjà couvert 32 % de la récolte 2022, et je monterai peut-être à 40 %. J’ai commencé à marquer les prix à 200 €/t, le niveau que je m’étais fixé. Ma moyenne pour 2022 est actuellement de 223 €/t, incluant le stockage. Cela sécurise mon revenu car l’engrais est acheté.

Plus on est loin de la récolte, plus j’applique un seuil exigeant. Pour 2023, il faut tenir compte de la hausse du coût des engrais. J’ai fait mes calculs et me suis fixé la limite de 220 €/t. Mais je n’engagerai pas 30 % de la récolte deux ans à l’avance, car il peut se passer beaucoup de choses.

Je suis très prudent en colza en raison des accidents possibles en culture, et parfois du retournement de parcelles, comme en 2020. Le colza est actuellement beau et les prix très intéressants, à 600 €/t, j’ai donc vendu 7 % de la récolte 2022. J’ai acheté des puts avec mon compte Caceis qui me donne accès au marché à terme. Ces options me permettent de sécuriser des volumes supplémentaires contre la baisse sans engager plus de physique.

Ma stratégie est sécuritaire : elle a pour objectif de finir l’année avec de bons comptes sans que cela m’empêche de dormir. Quand les prix sont inférieurs au seuil de commercialisation, on évite de vendre tôt et on marque les prix s’il y a un sursaut au moment de la moisson. »

SAU de 210 hectares en grandes cultures, dont environ 50 % en blé, 40 ha en colza, 35 ha en betteraves, surfaces variables en maïs, orge de printemps, lin textile.

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures