Aller au contenu principal

Une récolte française de blé 2020 de bonne qualité

Si la production de blé tendre française est très décevante en volume, la qualité est satisfaisante. Les conditions de fin de cycle préjudiciables au rendement dans de nombreuses régions ont favorisé plusieurs critères qualitatifs.

Le poids spécifique affiche un très bon niveau dans toute la France, et la teneur en protéine s'en tire plutôt bien. © Réussir / FranceAgrimer, ...
Le poids spécifique affiche un très bon niveau dans toute la France, et la teneur en protéine s'en tire plutôt bien.
© Réussir / FranceAgrimer, Arvalis
 

Taux de protéines

La moyenne nationale atteint 11,6 %, un score proche de l’an passé et plutôt bon pour le blé français, souvent à la traîne sur ce point face à la concurrence internationale. C’est notamment la conséquence des rendements bas liés aux mauvaises conditions climatiques, qui ont entraîné un phénomène de concentration, et de la bonne valorisation du troisième apport d’azote. Plus de la moitié de la collecte française s’établit au-dessus de 11,5 % de protéines.

Poids spécifiques

Carton plein pour les PS, avec une moyenne nationale de 79,2 kg/hl. La quasi-totalité de la collecte dépasse les 76 kg/hl, norme minimale pour les contrats Incograin. Ce bon résultat pour la masse volumique découle de la fin de cycle favorable pour ce critère (absence de pluie avant la récolte), qui a permis de concrétiser le potentiel qui s’était mis en place au début du remplissage.

Force boulangère

La force boulangère, ou W, est proche de la moyenne quinquennale, à 196 en moyenne. Près des trois quarts des blés conduisent à un W supérieur à 170, critère pour un blé panifiable supérieur. Sans être exceptionnelle, la valeur boulangère est bonne et répond aux attentes de la panification française. Le W fait partie des mesures utilisées pour prédire l’aptitude d’un blé à la panification.

Humidité

Le taux d’humidité des grains était en moyenne de 12,7 %. C’est moins bien qu’en 2019 (12,1 %), année qui était spécialement bonne sur ce critère, mais aussi que 2018. La part des blés affichant plus de 14 % d’humidité est toutefois nettement plus faible que pour la moyenne quinquennale. Ce sont les régions au bord de la Manche qui pâtissent des valeurs les plus élevées.

Indice de chute de Hagberg

L’indice de chute de Hagberg, comme le PS, a profité des conditions sèches de fin de cycle. Avec 95 % de la collecte qui affiche au moins 240 secondes, ce critère ne posera aucun problème à la commercialisation cette année. Un indice trop faible trahit une activité enzymatique excessive, synonyme de pâtes collantes et de pain qui manque de tenue. Ce critère est important, car compte tenu du caractère non additif du Hagberg : une faible quantité de blé avec un indice bas suffit à déclasser tout le lot. Cela avait créé de très gros problèmes avec la récolte de 2013.

 

Les plus lus

© Groupe Safer
Les terres agricoles, toujours objet de convoitise
Agriculteurs, promoteurs, investisseurs… La terre agricole reste convoitée. Malgré l’arrivée sur le marché de parcelles liée aux…
Dans de nombreuses régions, les niveaux élevés d’évapotranspirations affectent déjà les potentiels. © Jérôme Chabanne
Sécheresse  agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?
Le déficit de pluviométrie est d’ores et déjà critique pour les cultures en place dans le sud de la France et dans les terres…
S’agrandir ou consolider une structure d’exploitation est un objectif prioritaire pour nombre d’agriculteurs © C. Baudart
Foncier agricole : se poser les bonnes questions avant d’acheter
Pouvoir acheter du foncier est une chance. Mais c’est aussi un projet qui peut peser sur votre trésorerie au quotidien. Comment…
Des exploitants à titre individuel anticipent parfois leur fin de carrière en créant une SCEA dans laquelle est intégré dès le départ le repreneur. © C. Baudart
Foncier agricole : les raisons du succès des cessions de parts sociales
Les cessions partielles de parts sociales de société sont aujourd’hui un moyen simple et sûr de céder son entreprise agricole. Le…
L’artificialisation continue de prélever des terres agricoles
L’artificialisation des sols continue de grignoter les terres agricoles. Elle se chiffre en milliers d’hectares chaque année mais…
Contre les géranium sur colza, le métazachlore associé à d'autres molécules dans un programme herbicide constitue une solution de lutte satisfaisante. © Réussir SA
Désherbage colza/métazachlore : quelles sont les nouvelles règles d'usage ?
Les herbicides à base de métazachlore vont faire l'objet de restrictions d'emploi dès la prochaine campagne.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures