Aller au contenu principal

Une récolte française de blé 2020 de bonne qualité

Si la production de blé tendre française est très décevante en volume, la qualité est satisfaisante. Les conditions de fin de cycle préjudiciables au rendement dans de nombreuses régions ont favorisé plusieurs critères qualitatifs.

Le poids spécifique affiche un très bon niveau dans toute la France, et la teneur en protéine s'en tire plutôt bien. © Réussir / FranceAgrimer, ...
Le poids spécifique affiche un très bon niveau dans toute la France, et la teneur en protéine s'en tire plutôt bien.
© Réussir / FranceAgrimer, Arvalis
 

Taux de protéines

La moyenne nationale atteint 11,6 %, un score proche de l’an passé et plutôt bon pour le blé français, souvent à la traîne sur ce point face à la concurrence internationale. C’est notamment la conséquence des rendements bas, qui ont entraîné un phénomène de concentration, et de la bonne valorisation du troisième apport d’azote. Plus de la moitié de la collecte française s’établit au-dessus de 11,5 % de protéines.

Poids spécifiques

Carton plein pour les PS, avec une moyenne nationale de 79,2 kg/hl. La quasi-totalité de la collecte dépasse les 76 kg/hl, norme minimale pour les contrats Incograin. Ce bon résultat pour la masse volumique découle de la fin de cycle favorable pour ce critère (absence de pluie avant la récolte), qui a permis de concrétiser le potentiel qui s’était mis en place au début du remplissage.

Force boulangère

La force boulangère, ou W, est proche de la moyenne quinquennale, à 196 en moyenne. Près des trois quarts des blés conduisent à un W supérieur à 170, critère pour un blé panifiable supérieur. Sans être exceptionnelle, la valeur boulangère est bonne et répond aux attentes de la panification française. Le W fait partie des mesures utilisées pour prédire l’aptitude d’un blé à la panification.

Humidité

Le taux d’humidité des grains était en moyenne de 12,7 %. C’est moins bien qu’en 2019 (12,1 %), année qui était spécialement bonne sur ce critère, mais aussi que 2018. La part des blés affichant plus de 14 % d’humidité est toutefois nettement plus faible que pour la moyenne quinquennale. Ce sont les régions au bord de la Manche qui pâtissent des valeurs les plus élevées.

Indice de chute de Hagberg

L’indice de chute de Hagberg, comme le PS, a profité des conditions sèches de fin de cycle. Avec 95 % de la collecte qui affiche au moins 240 secondes, ce critère ne posera aucun problème à la commercialisation cette année. Un indice trop faible trahit une activité enzymatique excessive, synonyme de pâtes collantes et de pain qui manque de tenue. Ce critère est important, car compte tenu du caractère non additif du Hagberg : une faible quantité de blé avec un indice bas suffit à déclasser tout le lot. Cela avait créé de très gros problèmes avec la récolte de 2013.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures