Aller au contenu principal

Sucre : Tereos vise un retour de la rémunération des betteraves au prix « d’avant la fin des quotas »

Grâce à des marchés du sucre et de l’éthanol porteurs, Tereos juge probable une hausse du prix de betteraves, et vise à terme « un retour à la rémunération au niveau connu avant les quotas ».

Les prix de la betterave devraient poursuivre leur hausse après le trou d'air connu ces dernières années, en lien avec la conjonction de la fin des quotas et d'une surproduction mondiale. © Tereos
Les prix de la betterave devraient poursuivre leur hausse après le trou d'air connu ces dernières années, en lien avec la conjonction de la fin des quotas et d'une surproduction mondiale.
© Tereos

« Nous ne voulons pas mettre des prix politiques ni vendre du rêve, car la campagne ne fait que commencer, mais l’équilibre actuel du marché voudrait qu’on aille vers une hausse des prix de la betterave », a indiqué Gérard Clay, le nouveau président du conseil de surveillance du groupe sucrier, lors d’une conférence de presse le 2 juin. Le prix payé pour les betteraves en 2020-2021 s’est monté à 25,30 €/t, soit un rebond après les 22,30 €/t atteint en 2019-2020.

« Les prix du sucre sont tendanciellement à la hausse, malgré l’accroc de mars 2020 lié à la pandémie. Après l’effondrement des prix à près de 300 €/t après la fin des quotas, la hausse est guidée par le déficit entre la production et la consommation », a indiqué Philippe de Raynal, président du directoire. Toutefois, si les prix du marché européen sont en amélioration, « ils sont en en amélioration lente, qui doit se poursuivre ». Pour le dirigeant, « il y a un retour à la hausse des prix aux producteurs, avec pour objectif un retour à la rémunération au niveau connu avant la fin des quotas ».

 

 
Le prix du sucre remonte en Europe, mais de façon lente par rapport aux prix mondiaux, malgré la tension qui s'annonce sur le marché communautaire, faute d'une offre suffisante. © Tereos

 

L’optimisme est renforcé par le bon comportement des prix de l’éthanol, qui ses ont bien repris après la chute liée à la Covid, et qui sont « restés assez rémunérateurs et ont soutenu notre activité », a analysé Philippe de Raynal. La production d’éthanol est notamment soutenue par la demande en SP 95.

Toutefois, pour Gérard Clay, « nous sommes toujours en phase de transition depuis la fin des quotas, avec la nécessité de trouver de nouveaux repères adaptés à l’ère post-quota », ce qui passe notamment par « une meilleure valorisation des produits ».

Concernant la récolte à venir, elle est attendue proche de la moyenne, grâce au maintien des surfaces. Sur le secteur de Tereos, 17 000 hectares ont été détruits par le gel, ce qui a donné lieu à des resemis. « On ne sait pas encore mesurer l'impact du gel sur la production, mais il y en aura un, avec un risque supplémentaire du fait de l’absence de néonicotinoïdes sur les surfaces ressemées », a souligné Gérard Clay.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures