Aller au contenu principal

Sucre : Tereos vise un retour de la rémunération des betteraves au prix « d’avant la fin des quotas »

Grâce à des marchés du sucre et de l’éthanol porteurs, Tereos juge probable une hausse du prix de betteraves, et vise à terme « un retour à la rémunération au niveau connu avant les quotas ».

Les prix de la betterave devraient poursuivre leur hausse après le trou d'air connu ces dernières années, en lien avec la conjonction de la fin des quotas et d'une surproduction mondiale. © Tereos
Les prix de la betterave devraient poursuivre leur hausse après le trou d'air connu ces dernières années, en lien avec la conjonction de la fin des quotas et d'une surproduction mondiale.
© Tereos

« Nous ne voulons pas mettre des prix politiques ni vendre du rêve, car la campagne ne fait que commencer, mais l’équilibre actuel du marché voudrait qu’on aille vers une hausse des prix de la betterave », a indiqué Gérard Clay, le nouveau président du conseil de surveillance du groupe sucrier, lors d’une conférence de presse le 2 juin. Le prix payé pour les betteraves en 2020-2021 s’est monté à 25,30 €/t, soit un rebond après les 22,30 €/t atteint en 2019-2020.

« Les prix du sucre sont tendanciellement à la hausse, malgré l’accroc de mars 2020 lié à la pandémie. Après l’effondrement des prix à près de 300 €/t après la fin des quotas, la hausse est guidée par le déficit entre la production et la consommation », a indiqué Philippe de Raynal, président du directoire. Toutefois, si les prix du marché européen sont en amélioration, « ils sont en en amélioration lente, qui doit se poursuivre ». Pour le dirigeant, « il y a un retour à la hausse des prix aux producteurs, avec pour objectif un retour à la rémunération au niveau connu avant les quotas ».

 

 
Le prix du sucre remonte en Europe, mais de façon lente par rapport aux prix mondiaux, malgré la tension qui s'annonce sur le marché communautaire, faute d'une offre suffisante. © Tereos

 

L’optimisme est renforcé par le bon comportement des prix de l’éthanol, qui ses ont bien repris après la chute liée à la Covid, et qui sont « restés assez rémunérateurs et ont soutenu notre activité », a analysé Philippe de Raynal. La production d’éthanol est notamment soutenue par la demande en SP 95.

Toutefois, pour Gérard Clay, « nous sommes toujours en phase de transition depuis la fin des quotas, avec la nécessité de trouver de nouveaux repères adaptés à l’ère post-quota », ce qui passe notamment par « une meilleure valorisation des produits ».

Concernant la récolte à venir, elle est attendue proche de la moyenne, grâce au maintien des surfaces. Sur le secteur de Tereos, 17 000 hectares ont été détruits par le gel, ce qui a donné lieu à des resemis. « On ne sait pas encore mesurer l'impact du gel sur la production, mais il y en aura un, avec un risque supplémentaire du fait de l’absence de néonicotinoïdes sur les surfaces ressemées », a souligné Gérard Clay.

Les plus lus

Les exploitations laitières et ovines/caprines verraient leurs aides directes (paiements directs et ICHN) augmenter en moyenne de 2 % sur la période à venir, contre -3 à 4 % pour les bovins allaitants, et une stabilité en grandes cultures et polyculture-élevage. © S. Leitenberger
Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?
Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a présenté le 21 mai les premiers arbitrages du plan stratégique national, qui…
En non-labour, la dose maximale autorisée de glyphosate (360 gma) passe à 3 litres/ha/an © C. Baudart
Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel
La Commission européenne vient d’accepter le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 euros, inscrit dans la loi de finances pour 2021…
betteraves bio dans une usine Cristal Union
Cristal Union annonce un prix de la betterave « à 30 €/t dans les toutes prochaines années »
Arguant des effets positifs de la restructuration accomplie au sein du groupe et de la fermeté du marché mondial du sucre, le…
En bio, passée juste avant la moisson, l’écimeuse (ici, la Selac de Bionalan) évite de récolter de la matière verte qui pénalise la conservation et la pureté, impliquant des efforts de triage importants. © Bionalan
Désherbage : l’écimage, solution de secours contre les adventices
Le recours à l’écimeuse se développe, y compris en conventionnel. Certains modèles offrent une grande marge de manœuvre pour…
Achats de matériel agricole : « J’autofinance au maximum mes investissements »
Fabien Varoquier exploite 200 hectares à Dommartin-sous-Hans dans la Marne. Pour diminuer ses charges de mécanisation et les…
Avec ce coup de chaud, les parcelles superficielles risquent de décrocher. Les parcelles profondes ou irriguées peuvent passer le cap sans trop de dégâts.
Coup de chaud sur les blés : faut-il craindre une chute de rendement ?
Les jours à venir s’annoncent très chauds. Par endroits, la pluviométrie de mai est déjà consommée par les plantes et le risque…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures