Aller au contenu principal

Semis de printemps : « J’utilise la fraise rotative pour scalper mes couverts et réchauffer mes sols »

Benoît Serin, agriculteur bio sur 100 hectares en polyculture-élevage (canards) à Saint-Arailles, dans le Gers, met en place différents leviers pour réchauffer ses sols avant les semis de printemps.

Benoît Serin, 100 ha en polyculture-élevage (canards) en agriculture biologique à Saint-Arailles (Gers)
Benoît Serin,agriculteur bio à Saint-Arailles (Gers), "Avec la fraise rotative, la destruction des couverts n’est plus un problème."
© B. Serin

« Sur notre secteur, nous connaissons d’importants problèmes de fertilité des sols, qui sont souvent pauvres et peu profonds, en zone vallonnée, ce qui est propice à l’érosion. J’évite donc de travailler les sols en profondeur et pratique la mise en place de couverts végétaux. Or, en agriculture biologique, leur destruction ne peut pas se faire chimiquement.

J’ai donc investi, avec un autre agriculteur, dans du matériel spécifique l’année dernière : une fraise rotative, achetée 17 000 euros. Cette dernière, en plus de détruire les couverts et de booster l’activité biologique du sol, va contribuer à le travailler de manière superficielle et donc le réchauffer avant l’implantation d’une culture de printemps. Avant de semer, il est important de s’assurer que les résidus de couverts ont bien évolué, avec un changement de couleur, ce qui dépend des conditions météorologiques et de l’activité biologique.
La fraise rotative, que je passe généralement à partir de début mars et jusqu’à mi-avril, scalpe 100 % la végétation, et de manière précise, par exemple à 5 centimètres. Il faut prévoir un certain coût d’utilisation, à savoir 20 à 30 litres de carburant par hectare, et compter 10 euros par hectare en pièces d’usure.

Le passage de la fraise rotative s’effectue à 5 ou 6 km/h. Pour gérer les repousses, j’effectue ensuite un ou deux passages de vibroculteur à 10 cm maximum. Avec la fraise rotative, la destruction des couverts n’est plus un problème. Auparavant, j’effectuais beaucoup de passages avec un déchaumeur à dents. Parfois, selon les types de couverts, et notamment en cas de présence de graminées, on n’en venait pas à bout.

Les couverts mis en place sont des mélanges de type hiver (avoine d’hiver, féverole) ou été (sorgho fourrager, tournesol), et des couverts à la volée dans le blé (trèfle violet). Ce choix va de pair avec plusieurs objectifs : diversifier les techniques d’implantation, gagner du temps et s’adapter à la culture suivante. »

Assolement 2023 : 100 ha dont 35 ha de soja, 20 ha de tournesol, 17 ha de blé associé à de la féverole, 15 ha de triticale.

Les plus lus

Semis direct de maïs précoce après un premier semis qui n a pas levé en raison de mauvaises conditions climatiques et des dégâts d'animaux nuisibles, corbeaux et ...
Semis de printemps : quelles solutions pour remplacer les orges de printemps non semées ?

Après les semis d’automne perturbés par les fortes pluies, la sortie d’hiver et les premiers semis de printemps sont, eux…

L'arrêté abeilles impose de réaliser les traitements de type fongicides sur le colza le soir.
Fongicides sur colza : quelles sont les conditions d'utilisation prévues par l’arrêté abeilles ?

Depuis 2023, l'arrêté abeilles impose le respect d'horaires pour utiliser certains produits phytosanitaires en période de…

Thomas Pointereau, agriculteur à Epieds-en-Beauce (45)  "Contre les volatiles tels que les pigeons, je fais une demande dérogatoire de tirs auprès de la préfecture ou de ...
Dégâts d’oiseau : « Je dépose des tas de grains de pois et de maïs en bordure des champs pour faire diversion »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce (Loiret), Thomas Pointereau parvient à contenir les attaques d'oiseaux sur maïs. C'est plus…
Le décalage de semis de maïs ou de tournesol augmente le risque d'attaques importantes de pigeons et corvidés.
Dégâts d’oiseaux : des produits efficaces à venir en traitement de semences
De nouvelles spécialités corvifuges sont en cours de test pour le traitement de semences de maïs et de tournesol, avec parfois…
Fertilisation : Le phosphore fait défaut dans les sols cultivés en France
Fertilisation : Le phosphore fait défaut dans les sols cultivés en France

La situation des sols continue de se dégrader en France sur leur teneur en phosphore. Conséquences : des pertes de…

Marc Moser, agriculteur à Kurtzenhouse (67)"En 2024, j’envisage d’appliquer un anti-dicotylédones à 5-6 feuilles du maïs et/ou une application dirigée de Banvel à ...
Désherbage maïs : « Nous faisons face à l’explosion de datura dans nos parcelles »

Le datura est signalé en Alsace depuis quelques années. Agriculteur à Kurtzenhouse (Bas-Rhin), Marc Moser doit dorénavant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures