Aller au contenu principal

Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?

Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte 2021 a dépassé les 300 €/t. Mais les prix restent en dessous des records de 2007 en dollars.

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
© V. Marmuse

Le 23 novembre, le prix du blé tendre rendu Rouen a établi un nouveau record, dépassant les 300 euros la tonne, au-dessus des sommets de 2007. Plusieurs facteurs se conjuguent pour alimenter la hausse qui a accéléré depuis l’été dernier : stocks étriqués chez les principaux exportateurs, flambée du prix de l’énergie, demande mondiale soutenue, difficultés logistiques…

Cette hausse peut-elle perdurer ? Andrée Defois, analyste chez Tallage, met en garde : « les stocks de blé chez les grands exportateurs sont supérieurs à ceux de 2012, et à l’époque le pétrole affichait déjà un prix élevé. Nous sommes peut-être en surchauffe, avec une déconnexion des prix par rapport aux fondamentaux. » L’arrivée massive de maïs dans l’hémisphère nord creuse en outre l’écart de prix entre le blé et le maïs, réduisant la demande du premier au profit du deuxième dans l’alimentation animale.

Michel Portier, chez Agritel, estime toutefois qu'une correction violente à court terme est improbable. « Nous sommes sur des plus hauts en euros, mais pas en dollar, qui est la monnaie de référence pour les cours mondiaux, souligne l’analyste. Les prix fob du blé avoisinent 350 $/t, et nous avons connu des pics à 400 $/t en 2007. » Retrouver un tel niveau en dollars n'est pas à exclure, selon l'expert. Par ailleurs, l’hiver est une saison à risques pour les cultures. « Pour l’heure, tout va bien dans les champs, mais tant que ce risque n’est pas levé, en février, il y a peu de place pour une correction technique », estime Michel Portier.

Les inconnues chinoise et australienne

Trois éléments alimentent l’incertitude. D’abord, la récolte de blé australienne. Celle-ci, engrangée en décembre, s’annonce très volumineuse. Mais les pluies qui se sont abattues sur les cultures mettent en péril la qualité. Autre « joker » : la demande chinoise. Elle reste très imprévisible, en blé comme en maïs. L’achat récent par la Chine d'environ 300 000 tonnes de blé français est de nature à maintenir la tension sur les prix. Enfin, le coût prohibitif des engrais azotés pourrait pousser les producteurs états-uniens et sud-américains à préférer le soja au maïs pour les prochains semis. Cela atténuerait la concurrence du maïs face au blé dans les rations animales.

Après l’envolée de 2007, les prix s’étaient effondrés en 2008. Ce scénario peut-il se reproduire ? « En 2008, il y avait eu une très bonne récolte, la crise des subprimes, et le cours du pétrole avait chuté, rappelle Andrée Defois. Cette fois, si le prix de l’énergie reste élevé, cela pourrait constituer un soutien pour les céréales. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures