Aller au contenu principal

Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?

Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte 2021 a dépassé les 300 €/t. Mais les prix restent en dessous des records de 2007 en dollars.

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
© V. Marmuse

Le 23 novembre, le prix du blé tendre rendu Rouen a établi un nouveau record, dépassant les 300 euros la tonne, au-dessus des sommets de 2007. Plusieurs facteurs se conjuguent pour alimenter la hausse qui a accéléré depuis l’été dernier : stocks étriqués chez les principaux exportateurs, flambée du prix de l’énergie, demande mondiale soutenue, difficultés logistiques…

Cette hausse peut-elle perdurer ? Andrée Defois, analyste chez Tallage, met en garde : « les stocks de blé chez les grands exportateurs sont supérieurs à ceux de 2012, et à l’époque le pétrole affichait déjà un prix élevé. Nous sommes peut-être en surchauffe, avec une déconnexion des prix par rapport aux fondamentaux. » L’arrivée massive de maïs dans l’hémisphère nord creuse en outre l’écart de prix entre le blé et le maïs, réduisant la demande du premier au profit du deuxième dans l’alimentation animale.

Michel Portier, chez Agritel, estime toutefois qu'une correction violente à court terme est improbable. « Nous sommes sur des plus hauts en euros, mais pas en dollar, qui est la monnaie de référence pour les cours mondiaux, souligne l’analyste. Les prix fob du blé avoisinent 350 $/t, et nous avons connu des pics à 400 $/t en 2007. » Retrouver un tel niveau en dollars n'est pas à exclure, selon l'expert. Par ailleurs, l’hiver est une saison à risques pour les cultures. « Pour l’heure, tout va bien dans les champs, mais tant que ce risque n’est pas levé, en février, il y a peu de place pour une correction technique », estime Michel Portier.

Les inconnues chinoise et australienne

Trois éléments alimentent l’incertitude. D’abord, la récolte de blé australienne. Celle-ci, engrangée en décembre, s’annonce très volumineuse. Mais les pluies qui se sont abattues sur les cultures mettent en péril la qualité. Autre « joker » : la demande chinoise. Elle reste très imprévisible, en blé comme en maïs. L’achat récent par la Chine d'environ 300 000 tonnes de blé français est de nature à maintenir la tension sur les prix. Enfin, le coût prohibitif des engrais azotés pourrait pousser les producteurs états-uniens et sud-américains à préférer le soja au maïs pour les prochains semis. Cela atténuerait la concurrence du maïs face au blé dans les rations animales.

Après l’envolée de 2007, les prix s’étaient effondrés en 2008. Ce scénario peut-il se reproduire ? « En 2008, il y avait eu une très bonne récolte, la crise des subprimes, et le cours du pétrole avait chuté, rappelle Andrée Defois. Cette fois, si le prix de l’énergie reste élevé, cela pourrait constituer un soutien pour les céréales. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Renaud Bernadi, président de l'Unifa, et Florence Nys, déléguée générale de l'Unifa : « La filière est fortement mobilisée pour faire face à cette situation inédite ».
Engrais azotés : « Pas de pénurie d'ammonitrate », selon les fabricants français
Les industriels de la fertilisation assurent qu’ils ne baissent pas leur production d’ammonitrate, malgré des prix du gaz au…
Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?
Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte…
Grâce à des rendements records, la production française de maïs pourrait se hisser à 15,5 millions de tonnes contre 13,5 Mt il y a un an, malgré le repli de 10 % des surfaces.
Récolte 2021 de maïs : rendements records en vue !
Le rendement moyen du maïs en France devrait avoisiner 11 tonnes à l’hectare, selon l’AGPM, établissant un nouveau record. La…
L'efficacité d'un apport d’azote sur la croissance des plantes est maximale s'il pleut environ 15 mm dans les quinze jours qui suivent l’apport.
Flambée des prix des engrais : dix leviers pour limiter la hausse des coûts
Les charges opérationnelles pour la prochaine campagne grimpent comme jamais. Pour limiter la hausse, quelques leviers…
Les associés de la SARL Biotopes ont monté leur propre outil pour « démélanger » les cultures associées bio, et ainsi en valoriser une plus grande partie en alimentation humaine.
« Nous avons bâti une unité de triage pour valoriser nos récoltes bio »
Quatre agriculteurs bio ont créé un site de triage et de séchage des grains. Ils peuvent ainsi diversifier leurs rotations et…
L'itinéraire technique du soja est peu gourmand en intrant, les coûts se concentrant sur le poste semences lorsqu'elles sont certifiées.
Soja : les faibles coûts de production, un atout clé pour la culture
Les coûts de production du soja sont faibles, surtout en situation non irriguée et dans le cas d'utilisation de semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures