Aller au contenu principal

Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?

Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte 2021 a dépassé les 300 €/t. Mais les prix restent en dessous des records de 2007 en dollars.

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
© V. Marmuse

Le 23 novembre, le prix du blé tendre rendu Rouen a établi un nouveau record, dépassant les 300 euros la tonne, au-dessus des sommets de 2007. Plusieurs facteurs se conjuguent pour alimenter la hausse qui a accéléré depuis l’été dernier : stocks étriqués chez les principaux exportateurs, flambée du prix de l’énergie, demande mondiale soutenue, difficultés logistiques…

Cette hausse peut-elle perdurer ? Andrée Defois, analyste chez Tallage, met en garde : « les stocks de blé chez les grands exportateurs sont supérieurs à ceux de 2012, et à l’époque le pétrole affichait déjà un prix élevé. Nous sommes peut-être en surchauffe, avec une déconnexion des prix par rapport aux fondamentaux. » L’arrivée massive de maïs dans l’hémisphère nord creuse en outre l’écart de prix entre le blé et le maïs, réduisant la demande du premier au profit du deuxième dans l’alimentation animale.

Michel Portier, chez Agritel, estime toutefois qu'une correction violente à court terme est improbable. « Nous sommes sur des plus hauts en euros, mais pas en dollar, qui est la monnaie de référence pour les cours mondiaux, souligne l’analyste. Les prix fob du blé avoisinent 350 $/t, et nous avons connu des pics à 400 $/t en 2007. » Retrouver un tel niveau en dollars n'est pas à exclure, selon l'expert. Par ailleurs, l’hiver est une saison à risques pour les cultures. « Pour l’heure, tout va bien dans les champs, mais tant que ce risque n’est pas levé, en février, il y a peu de place pour une correction technique », estime Michel Portier.

Les inconnues chinoise et australienne

Trois éléments alimentent l’incertitude. D’abord, la récolte de blé australienne. Celle-ci, engrangée en décembre, s’annonce très volumineuse. Mais les pluies qui se sont abattues sur les cultures mettent en péril la qualité. Autre « joker » : la demande chinoise. Elle reste très imprévisible, en blé comme en maïs. L’achat récent par la Chine d'environ 300 000 tonnes de blé français est de nature à maintenir la tension sur les prix. Enfin, le coût prohibitif des engrais azotés pourrait pousser les producteurs états-uniens et sud-américains à préférer le soja au maïs pour les prochains semis. Cela atténuerait la concurrence du maïs face au blé dans les rations animales.

Après l’envolée de 2007, les prix s’étaient effondrés en 2008. Ce scénario peut-il se reproduire ? « En 2008, il y avait eu une très bonne récolte, la crise des subprimes, et le cours du pétrole avait chuté, rappelle Andrée Defois. Cette fois, si le prix de l’énergie reste élevé, cela pourrait constituer un soutien pour les céréales. »

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Parcelle de blé tendre en Nouvelle Aquitaine
Moisson 2024 : des potentiels de rendement dégradés en céréales à paille

Les intempéries auront-elles le dernier mot sur les rendements 2024 ? Les remontées du terrain semblent le prouver…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Epandage de matière organique. Epandeur à fumier et compost RollMax de Rolland (chez David Dos Reis) . Fertilisation. Fertilisant. Apport de fientes de volailles. ...
Fertilisation : l’apport de phosphore passe au second plan en bio à cause de la conjoncture

La conjoncture actuelle impose aux agriculteurs biologiques de faire des économies sur l’amendement des sols. L’apport de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures