Aller au contenu principal

Prix des engrais : la taxe anti-dumping aggrave la situation

La mesure maintenue par Bruxelles amplifie la hausse des prix et congestionne le marché des engrais. Les syndicats agricoles l'estiment désuete et demandent sa suspension.

Les taxes antidumping sur la solution azotée contribuent au déséquilibre du marché.
Les taxes antidumping sur la solution azotée contribuent au déséquilibre du marché.
© Charles Baudart

Devant la flambée des prix des engrais azotés, l’AGPB, l’AGMP, la CGB, la FOP montent au créneau. Les organisations professionnelles viennent de réclamer « une levée immédiate et temporaire des barrières tarifaires à l’importation des engrais azotés. » Les associations spécialisées de la FNSEA appuient ainsi la demande du syndicat européen COPA-COGECA de suspendre la mesure anti-dumping sur les engrais azotés auprès des autorités européennes, effectuée en avril dernier mais aujourd’hui restée lettre morte. Leur demande inclue également la suspension d'une taxe antidumping sur les ammonitrates et la suspension des droits de douanes normaux de 6,5%.

Sans s’associer à la démarche, la Coordination Rurale a également fait part de sa « très grande inquiétude ». Sa branche France Grandes Cultures demande l’intervention de l’Etat afin de sécuriser la production nationale et les importations d’engrais azoté.

La Commission européenne a imposé les taxes sur la solution azotée en octobre 2019 suite à la demande d’industriels polonais et lituaniens. Elles frappent jusqu’à 43 €/t les importations de solution azotée en provenance des États-Unis, de Trinité-et-Tobago et de Russie. Bref, les principaux producteurs mondiaux de solution azotée.

Or cette taxe, instaurée pour protéger les industriels européens, apparait inutile. Vu les prix actuels, il n’y a plus de dumping. Et cette taxe a des effets pervers : elle réduit la concurrence autant qu'elle désorganise le marché.

« Les producteurs de grandes cultures doivent vendre leurs productions au prix mondial sur un marché ouvert, alors qu’ils achètent les engrais sur un marché européen protégé par des droits de douane et des taxes antidumping », déplore l’AGPB, pour qui cette situation « profondément injuste en temps ordinaire, devient aujourd’hui insupportable ». En examinant les demandes des producteurs, la Commission est en mesure de faire rapidement redescendre la pression. En aura-t-elle la volonté ?

Au delà des incidences (importantes) sur leurs propres revenus, les producteurs pointent la souveraineté alimentaire du pays. « De notre capacité à fertiliser nos cultures, dépend notre capacité à les produire », déclarent en cœur Eric Thirouin (AGPB), Daniel Peyraube (AGPM), Franck Sander (CGB) et Arnaud Rousseau (FOP).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?
Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte…
Renaud Bernadi, président de l'Unifa, et Florence Nys, déléguée générale de l'Unifa : « La filière est fortement mobilisée pour faire face à cette situation inédite ».
Engrais azotés : « Pas de pénurie d'ammonitrate », selon les fabricants français
Les industriels de la fertilisation assurent qu’ils ne baissent pas leur production d’ammonitrate, malgré des prix du gaz au…
Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
250 000 tonnes de blé OGM récoltées en Argentine : quelles conséquences pour les marchés mondiaux ?
L’Argentine va récolter en décembre 250 000 tonnes de blé OGM tolérant à la sécheresse, faisant peser des risques énormes pour la…
Grâce à des rendements records, la production française de maïs pourrait se hisser à 15,5 millions de tonnes contre 13,5 Mt il y a un an, malgré le repli de 10 % des surfaces.
Récolte 2021 de maïs : rendements records en vue !
Le rendement moyen du maïs en France devrait avoisiner 11 tonnes à l’hectare, selon l’AGPM, établissant un nouveau record. La…
Les critiques se durcissent contre la HVE, jugée insuffisamment exigeante par les partisans du bio pour accomplir la transition agroécologique.
HVE : vrai progrès environnemental ou écoblanchiment ?
Futur sésame des éco-régimes de la PAC, au même titre que l’AB, la certification HVE cristallise les oppositions. Pas assez…
L'itinéraire technique du soja est peu gourmand en intrant, les coûts se concentrant sur le poste semences lorsqu'elles sont certifiées.
Soja : les faibles coûts de production, un atout clé pour la culture
Les coûts de production du soja sont faibles, surtout en situation non irriguée et dans le cas d'utilisation de semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures