Aller au contenu principal

« Notre projet éolien s’autofinance lui-même, et nous avons refusé des offres de rachat. »

Les agriculteurs propriétaires d’éoliennes sont rares. Christian Leguay, agriculteur à Dangeau (28), est de ceux-là. Son parc éolien date de 2006 et il songe à l’avenir… Mais n’envisage pas le démantèlement.

Christian Leguay : "Il y a de grandes chances que nous battions notre record de production." © Charles Baudart
Sur le parc éolien de Christian Leguay, le pic de production a lieu d’octobre à mars, avec un maximum en décembre, à une période de forte consommation électrique.
© Charles Baudart

« En 2000, je cherchais une diversification, explique Christian Leguay, agriculteur eurélien. J’ai rencontré par hasard Christian Briard, dirigeant de Zephyr ENR, un bureau de développement de parcs éoliens. Il installait un mât de mesure du vent à Bonneval. Il se trouve qu’en Eure-et-Loir, les vents ne sont pas forts mais constants et réguliers. » Le projet était né.

« Il est venu présenter un projet de six machines de 2 mégawatts (MH) aux membres de notre groupe de CETA. C’était un gros projet puisqu’il fallait investir 13,5 millions d’euros. Quatre d’entre nous étaient intéressés mais le plus difficile a été de convaincre un partenaire bancaire. Nous avons essuyé de nombreux refus mais nous n’avons pas renoncé et avons consolidé notre projet. Nous avons constitué une structure juridique détenue à 20 % par chacun d’entre nous et à 10 % par les deux dirigeants de Zephyr ENR, dont Christian Briard. Et le Crédit mutuel-CIC a cru dans notre projet. »

« Notre audace est récompensée »

Est venu le temps de la définition des emplacements et du dépôt des permis de construire. Le choix des machines s’est porté sur des Vestas V80 de 2 MH chacun, pour leur fiabilité. Le chantier a commencé en juillet 2005. « Nous avons participé aux travaux, en renforçant les chemins, explique Christian Leguay. Pour chaque machine, il a fallu couler 380 m3 de béton, soit 750 tonnes. C’était un sacré chantier ! La mise en route a eu lieu en mars 2006 et, depuis, nous produisons entre 23,5 et 30,5 MWh par an, soit une moyenne à 26,5 MWh, correspondant à la consommation électrique du canton de Bonneval.

Aujourd’hui, le projet s’autofinance lui-même. Nous avons refusé plusieurs offres de rachat, notre parc éolien n’est pas à vendre. Notre audace est récompensée ! » Le pic de production a lieu d’octobre à mars, avec un maximum en décembre, à une période de forte consommation électrique. « Vu les niveaux de vents de cette année, il y a de grandes chances que nous battions notre record. »

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Parcelle de blé tendre en Nouvelle Aquitaine
Céréales à paille : des potentiels de rendement dégradés

Les intempéries auront-elles le dernier mot sur les rendements 2024 ? Les remontées du terrain semblent le prouver…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Epandage de matière organique. Epandeur à fumier et compost RollMax de Rolland (chez David Dos Reis) . Fertilisation. Fertilisant. Apport de fientes de volailles. ...
Fertilisation : l’apport de phosphore passe au second plan en bio à cause de la conjoncture

La conjoncture actuelle impose aux agriculteurs biologiques de faire des économies sur l’amendement des sols. L’apport de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures