Aller au contenu principal

Moisson 2021 : le prix du blé en route pour le record de 2007 ?

Les récoltes maltraitées par la météo en Amérique du Nord et en Russie, couplées à des inquiétudes qualitatives en Europe, ont propulsé les prix du blé au plus haut niveau depuis 2012. Et de nombreuses incertitudes demeurent.

le prix du blé rendu Rouen au plus haut depuis 2012
Le prix du blé à Rouen a bondi de 60 euros en un mois pour atteindre 258,5 €/t le 13 août. Les accidents climatiques dans plusieurs régions du monde laissent présager de faibles stocks chez les principaux exportateurs de la planète.
© Réussir / La Dépêche Petit meunier - Photo : S. Leitenberger

Le blé tendre meunier rendu Rouen à 258,50 euros/tonne le 13 août à l’issue d’une hausse de 60 euros en un mois : ce niveau de prix, atteint le 13 août, est le plus élevé depuis novembre 2012. On pourra objecter que ces prix en euros courants faussent un peu la comparaison historique. Néanmoins, en s’approchant de 260 €/t, le blé à Rouen retrouve les territoires historiquement élevés explorés en 2012 (270 €/t) et 2007 (280 €/t). Et impossible d’affirmer que la hausse a épuisé tout son carburant.

Les blés américains dévastés par le dôme de chaleur

L’effondrement des prévisions de récolte au Canada et, dans une moindre mesure, aux États-Unis, est l’une des clés du décollage des cours mondiaux. Le dôme de chaleur qui s’est installé au-dessus de l’Amérique du Nord cet été a fait s’évaporer les rendements, et affole les bilans.

Dans son rapport publié le 12 août, l’USDA, département de l’Agriculture US, a abaissé la récolte tous blés (blé tendre + blé dur) au Canada à 24 millions de tonnes (Mt), contre 30 à 35 Mt les cinq années précédentes. Et certains analystes anticipent déjà une récolte sous les 20 Mt. C’est donc un bilan extrêmement explosif qui se profile pour ce gros fournisseur mondial de blé dur et de blé tendre de haute qualité. Le blé états-unien a lui aussi souffert du cocktail canicule-sécheresse. L’USDA prévoit une récolte de 46 Mt, au plus bas depuis plus de dix ans. Là aussi, les stocks vont fondre.

Les inquiétudes concernant l’alimentation en blé de la planète ont encore été avivées par la violente révision à la baisse par l’USDA de la production russe. Placée à 85 Mt le mois dernier par le département US (chiffre alors jugé démesurément optimiste par beaucoup d’observateurs), la production a été ramenée à 72 Mt dans le rapport d’août, la plaçant désormais en dessous des attentes du marché.

Ces mauvaises nouvelles pour la récolte mondiale conduisent à une prévision de baisse des stocks chez les principaux exportateurs de la planète. Le ratio stocks/consommation du club des grandes nations exportatrices, un indicateur suivi de près par le marché, pourrait ainsi chuter cette année au plus bas depuis 2013-2014, reflétant la fragilité de l’équilibre du bilan mondial.

« l’Europe devra exporter son blé au maximum »

« Dans ce contexte, l’Europe devra exporter au maximum pour satisfaire les besoins des importateurs, avec en outre des incertitudes sur la qualité des récoltes », indique Laurent Crastre, analyste spécialiste du blé chez Tallage/Stratégie Grains. Sans compter que le scénario actuel retenu par les opérateurs de marché table sur de très bonnes récoltes (et donc de grosses exportations) australienne et argentine. En cas d’accident de parcours d’ici à la moisson, en décembre, la nervosité risque de gagner quelques crans.

Dans ce panorama de disponibilités sous pression, la qualité de la récolte européenne est un enjeu important. En France, les tonnages sont bien présents, puisque les estimations de production avoisinent toujours 36 à 37 Mt, malgré une moisson hachée par la pluie. Mais on estime déjà qu’une part inhabituellement élevée sera déclassée en fourrager, ce qui réduirait un peu plus l’offre disponible pour l'alimentation humaine, notamment à l'export. Des questions se posent aussi pour la qualité en Allemagne et dans le nord de l'Europe.

Le maïs fera pencher la balance

Le prix du blé va aussi dépendre fortement du maïs. Si de très bonnes récoltes sont au rendez-vous, le maïs pourra attirer une large part de la demande animale, détendant ainsi partiellement le marché du blé. Mais si les maïs américains étaient exposés à des problèmes climatiques, le bilan céréalier mondial tournerait un plus au casse-tête.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures