Aller au contenu principal

Moisson 2020 : « peut-être l’une des pires campagnes depuis 30 ans » pour les céréaliers selon l’AGPB

L’AGPB s’alarme des conséquences économiques de la petite récolte engrangée cette année en grands cultures et demande un plan d’aide d’urgence pour le secteur céréalier.

Pour l'AGPB, la mauvaise récolte 2020 « va accroître les difficultés des exploitations et mettre en péril un nombre significatif d’entre elles ». © G. Omnès
Pour l'AGPB, la mauvaise récolte 2020 « va accroître les difficultés des exploitations et mettre en péril un nombre significatif d’entre elles ».
© G. Omnès

« Avec une production évaluée en deçà des 30 millions de tonnes pour le blé́ tendre, les céréaliers français vont vivre une campagne particulièrement tendue, peut-être l’une des pires depuis 30 ans », s’alarme l’AGPB dans un communiqué daté du 6 août. Cette nouvelle déconvenue qui survient après plusieurs campagnes difficiles « va accroître les difficultés des exploitations et mettre en péril un nombre significatif d’entre elles », estime le syndicat céréalier.

L'AGPB a fait part de sa demande de plan d'aide pour les céréaliers au ministre de l'Agriculture Julien Denormandie le 5 août, à l'occasion d'un déplacement dans le Cher.

Un plan d’aide demandé en urgence pour soutenir les céréaliers

Face à cette moisson jugée « catastrophiques dans plusieurs départements » l’AGPB demande donc un « plan de mesures exceptionnelles » d’urgence incluant :

-la mise en place de cellules de crise dans les départements les plus touchés ;
-le déblocage du fonds d’allégement des charges ;
-l’exonération de la taxe sur le foncier non bâti ;
-l’allégement des charges sociales ;
-une avance des aides de la PAC majorée à 80 % au plus tard le 15 octobre 2020.

Pour le syndicat, les conditions climatiques une nouvelle fois hostiles imposent de mieux s’armer face à ces aléas. L’AGPB demande pour cela de baisser la franchise de l’assurance climatique à 20 %, comme l’autorisent les règles européennes, sans que cette mesure ait été mise en place par la France.

« S’assurer de solutions alternatives viables » en cas de suppression de produits phytosanitaires

Alors que les pucerons ont causé de gros dégâts cette année sur orge et betteraves, l’AGPB appelle à ce que « les suppressions d’autorisation de produits phytosanitaires n’interviennent plus sans l’assurance de la disponibilité de solutions alternatives économiquement viables ».

La suppression des néonicotinoïdes sur betteraves est en effet considérée comme la principale cause de l’explosion de jaunisse sur betterave cette année du fait de la prolifération de pucerons. Les traitements aériens n’ont pas permis d’endiguer la pullulation, et la filière s’inquiète pour son avenir, avec des pertes de rendement qui pourraient dépasser 30 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures