Aller au contenu principal

Matière organique : simuler les impacts des pratiques sur le stock de carbone du sol 

Vaut-il mieux exporter des pailles et apporter du fumier ? Installer des couverts ? Des outils aident les agriculteurs à évaluer l'impact de différentes stratégies sur le statut organique des parcelles.

L’épandage de 30 tonnes de fumier de bovins bien décomposé apporte approximativement 3,4 tonnes de matière organique stable avec une valeur Ismo (Indice de stabilité de la matière organique) de 60 %. Ceci permet de couvrir les besoins d’une rotation sur trois ans.
L’épandage de 30 tonnes de fumier de bovins bien décomposé apporte approximativement 3,4 tonnes de matière organique stable avec une valeur Ismo (Indice de stabilité de la matière organique) de 60 %. Ceci permet de couvrir les besoins d’une rotation sur trois ans.
© J.-C. Gutner

Comment va évoluer la matière organique des parcelles, en cas d’export de pailles et import de fumier ou de lisier ? Il est particulièrement utile de maîtriser les impacts des différentes stratégies en cas d'échanges paille-fumier, afin d'opter pour la solution la plus adaptée. L’outil Simeos-AMG, mis au point par Agro-transfert et territoires avec plusieurs instituts techniques et de recherche, peut apporter des réponses grâce à ses simulations d’évolution. Disponible en ligne, il propose une version Découverte gratuite. Différents conseillers utilisent le logiciel pour estimer l’évolution sur plusieurs années du statut organique d’un sol selon les pratiques culturales et le pédoclimat.

L’agriculteur peut évaluer l’évolution du stock du carbone organique en variant sa rotation, rendements, gestion des résidus, couverts d’interculture ou associés, cultures dérobées, apports de produits résiduaires organiques, irrigation, type de sol, teneur initiale du sol en carbone organique et climat. Dans une simulation, 4 tonnes de matière sèche de pailles de blé retournées au sol apportent environ 400 kg de carbone humifié par hectare. Soit environ la même quantité qu’un couvert d’interculture d’une biomasse aérienne de 2 t MS/ha, selon Agro-transfert.

Perte de 1,2 t de matière organique par an avec des pailles exportées sans couvert

Les chambres d’agriculture disposent de données moyennes. Celle du Nord-Pas-de-Calais évalue les pertes en matière organique d’un sol à environ 1 200 kg/an pour un sol à 2 % de MO, en cas d’exportation de paille et sans couvert interculture. L’épandage de 30 t de fumier de bovins bien décomposé apporte approximativement 3,4 t de matière organique stable (30 t x 190 kg/t x 60 %) avec une valeur Ismo (Indice de stabilité de la matière organique) de 60 %. Ceci permet de couvrir les besoins d’une rotation sur trois ans. Les lisiers présentent peu ou pas d’intérêt pour la matière organique stable.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la…
Les besoins de trésorerie par hectare vont potentiellement doubler par rapport à 2020 pour la nouvelle campagne, atteignant 700 à 800 euros/hectare pour certaines cultures.
Hausse des besoins de trésorerie : planifier les dépenses pour sécuriser son exploitation
Dans cette période de grande incertitude, les bons résultats de la récolte 2022 imposent de planifier ses besoins de trésorerie…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures