Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Marchés] le maïs doublement victime du Covid-19

Touché sur le front de l'éthanol et potentiellement de l'alimentation animal, le maïs est l'un des grands perdants de la crise liée au coronavirus.

Le maïs subit une double peine, avec la baisse du débouché de l'éthanol et des risques pour la consommation animale. © J. Nanteuil
Le maïs subit une double peine, avec la baisse du débouché de l'éthanol et des risques pour la consommation animale.
© J. Nanteuil

Le Covid-19 inflige une double peine au maïs en affaiblissant le débouché de l’éthanol et celui de l’alimentation animale. Le premier subit de plein fouet l’effet délétère de la crise du pétrole. Les prix du baril avaient entamé leur descente fin janvier sous l’effet de la contraction économique provoquée par le début de pandémie de Covid-19. Inévitablement, le maïs états-unien a été entraîné dans cette spirale baissière : l’industrie éthanolière absorbe environ 40 % de la production de maïs US, liant de façon intime le sort de ce dernier avec celui de l’or noir. Le confinement a exacerbé le phénomène en clouant les avions au sol et en remisant bon nombre de voitures au garage. Début avril, le maïs atteignait ainsi son niveau le plus bas à Chicago depuis trois ans.

Interrogations sur la consommation de viande

En France, le maïs a légèrement moins courbé l’échine mais il n’a pas échappé à la tourmente mondiale, d’autant plus que le bilan européen s’annonce lourd et que les importations en provenance des pays tiers constituent un élément baissier supplémentaire. L’impact du marché éthanol sur la demande en maïs communautaire est inéluctable et il faudra surveiller la réduction potentielle de la consommation de viande sous l’effet de la crise. En Europe, et de façon plus marquée encore dans les pays émergents, le pouvoir d’achat est corrélé à la consommation de viande.

Dans ce contexte, l’annonce par le ministère américain de l’Agriculture, début avril, d’intention de semis de maïs US en hausse (+8 %) a plongé le marché dans la perplexité. L’enquête a toutefois été réalisée avant la déclaration de la pandémie. Il faudra donc surveiller la concrétisation de ces chiffres, qui signifierait un accroissement de l’excédent planétaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures