Aller au contenu principal

Maïs : « Je choisis des variétés tolérantes à la sécheresse depuis qu’elles existent »

Agriculteur à Saint-Saturnin-des-Bois, en Charente-Maritime, Frédéric Bayle adapte son choix de variétés de maïs à ses terres à réserve utile limitée.

Frédéric Bayle, agriculteur à Saint-Saturnin-des-Bois (Charente-Maritime) : "En 2022, dans des conditions sèches, le maïs RGT Exxact a produit 54 q/ha à 18 d’humidité."
Frédéric Bayle, agriculteur à Saint-Saturnin-des-Bois (Charente-Maritime) : "En 2022 dans des conditions sèches, le maïs RGT Exxact a produit 54 q/ha à 18 d’humidité."
© F. Bayle

« Avec mes petites terres à réserve utile (RU) de 40 à 80 et sans l’irrigation, je n’ai pas le potentiel au niveau de mes parcelles pour utiliser des variétés tardives de maïs. J’ai recours à des hybrides précoces d’indices 300 à 320 en choisissant des variétés présentées comme tolérantes à la sécheresse.

L’hybride RGT Exxact couvre les trois quarts de mes surfaces de maïs. Je l’utilise depuis plusieurs années. Il montre une bonne vigueur au démarrage et il résiste bien à la verse, face aux coups de vent que l’on peut connaître dans la région. En 2020, j’en avais obtenu 114 quintaux à l’hectare (q/ha) à 23 % d’humidité. Il exprime donc un bon potentiel sans irrigation. En 2022 dans des conditions sèches, il a produit 54 q/ha à 18 d’humidité. Pour cette année particulière, il s’est bien défendu, comparé à d’autres variétés dans les mêmes conditions dont les rendements se situaient aux alentours de 30 q/ha.

J’utilise un autre maïs de la gamme Stressless H2O de RAGT Semences, RGT Conexxion, d’indice 320. Je sème des variétés tolérantes à la sécheresse depuis qu’elles ont été mises sur le marché. J’applique une densité de semis de 85 000 grains à l’hectare (128 euros) dans mes parcelles en sec, ce qui me fait gagner sur les charges par rapport à des situations irriguées où le maïs est semé à plus de 92 000 grains à l’hectare. »

98 ha dont 10 à 15 de maïs, blé, tournesol, colza, lin, pois. Moyenne de rendement de 60-65 q/ha en blé. Pas d’irrigation. Sols argilo-calcaires superficiels.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures