Aller au contenu principal

Luzerne déshydratée : « nous sommes de bons élèves sur l’énergie et le carbone »

La filière luzerne déshydratée défend un bilan vert sur l’énergie et le carbone. De quoi légitimer selon elle le maintien des aides publiques dont elle bénéficie actuellement, jugées indispensables face au durcissement réglementaire qui engendre des surcoûts.

La filière de la luzerne déshydratée revendique un bilan énergétique désormais excédentaire et le stockage net de 390 kg de carbone par tonne de luzerne déshydratée. © G. Omnès
La filière de la luzerne déshydratée revendique un bilan énergétique désormais excédentaire et le stockage net de 390 kg de carbone par tonne de luzerne déshydratée.
© G. Omnès

La filière luzerne déshydratée ne veut plus passer pour un cancre en matière d’énergie et de carbone. Les responsables de la Coopération agricole Luzerne ont martelé ce message lors d’une conférence de presse le 23 novembre. « La luzerne déshydratée conserve parfois l’image d’une grande consommatrice d’énergie, mais cette image appartient au passé. Le bilan est désormais positif, de même que pour le carbone », a expliqué Éric Guillemot, directeur de la Coopération agricole Luzerne.

Bilan énergétique positif pour la luzerne

Pascal Thiébeau, ingénieur d’étude Inrae, a appuyé ce plaidoyer à l’aide de chiffres validés par les pouvoirs publics. « De 9,2 gigajoules consommées pour produire une tonne de luzerne déshydratée en 2006, la consommation d’énergie est passée à 5,5 GJ/t en 2019 », a expliqué le chercheur. Une amélioration permise par le préfanage au champ et par l’adaptation des outils industriels.

 

 
La quantité d'énergie consommée pour produire une tonne de luzerne déshydratée a fortement baissé depuis quinze ans. © Coopération agricole Luzerne / Inrae

 

Le bilan énergétique est ainsi passé -3,6 GJ/t en 2006 à +1,2 GJ/t si l’on prend en compte l’énergie disponible dans le produit fini. Par ailleurs, les industriels ont entamé leur transition de l’énergie fossile (charbon, lignite) vers des énergies renouvelables (principalement le bois).

« L’empreinte carbone a elle aussi été significativement améliorée, grâce à la performance technique au champ, à la baisse de la consommation d’énergie et au développement des énergies renouvelables dans l’étape de déshydratation », a souligné Pascal Thiébeau. En solde net, environ 390 kg de carbone sont stockées par tonne de luzerne déshydratée (une fois le déstockage pris en compte).

L’épée de Damoclès des émissions de carbone

Les émissions de carbone issues des énergies non renouvelables continuent pourtant d’être une épée de Damoclès au-dessus de la filière en raison de la réglementation dite ETS. Mise en place en 2005, cette réglementation européenne vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre en taxant le carbone émis par les industriels. Jusqu’à présent, les industriels bénéficient d’un quota de tonnes de carbone « gratuites », mais à partir de 2025, toute tonne produite devra être achetée sur le marché des crédits carbone.

Or, si le bilan carbone est positif pour la filière luzerne, la réglementation ETS prend uniquement en compte les émissions, sans déduire le stockage. Si la filière payait la totalité de ses émissions carbone à la valeur actuelle de la tonne de carbone (25 €/t), « cela représenterait un surcoût de 10 € sur chaque tonne de produit fini, alerte Yann Martinet, directeur adjoint de la Coopération agricole Luzerne. Ramené à l’hectare, c’est un coût de 120 €, proche de l’aide versée dans le cadre des aides couplées. C’est totalement incohérent. » Menace d’autant plus réelle que le prix de la tonne de carbone devrait grimper à 40 €/t d’ici à 2025.

Une transition vers les énergies renouvelables génératrice de surcoûts

La filière espère passer à 40 % d’énergies renouvelables (qui ne sont pas concernées par la réglementation ETS) dans un avenir proche. « Pour atteindre 70 ou 80 %, cela signifie des investissements massifs dans les outils industriels, sans aucun retour », souligne Yann Martinet. Et cela générera un surcoût, car l’énergie issue de la biomasse « coûte de 2 à 10 €/t plus cher qu’avec les énergies fossiles.

« Un soutien public nécessaire pour ne pas amputer les revenus des agriculteurs »

« Le maintien d’un soutien public est nécessaire pour ne pas amputer les revenus des agriculteurs et maintenir la présence dans les assolements, face à des besoins d’investissements massifs et à des coûts de production qui augmentent », affirme Éric Guillemot, directeur de la Coopération agricole Luzerne. Un appel lancé tandis que l’Europe et la France sont à l’heure des choix : il faudra en effet déterminer quelles productions continuent de bénéficier des aides couplées, et pour quels montants, dans la nouvelle PAC. La luzerne déshydratée est destinataire aujourd’hui d’une enveloppe annuelle de 8 millions d’euros en aides couplées, correspondant à des aides à l'hectare entre 120 et 150 €/ha selon les années, pour une surface d'environ 65 000 hectares consacrés à ce débouché.

La future PAC va également revoir en profondeur le régime des aides « vertes », dont profitait la luzerne au travers des surfaces d’intérêts écologiques. L’enjeu pour la filière est donc de préserver les aides dont elle bénéficiait grâce aux SIE.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures