Aller au contenu principal

Les boîtiers superéthanol enfin homologués

Les dispositifs qui permettent d'incorporer du superéthanol E85 dans les moteurs essence sont désormais homologués.

À la pompe, l'E85 est le carburant le moins cher du marché.
© CGB

L’utilisation de l’E85, carburant contenant 85 % d’éthanol, va peut-être enfin pouvoir décoller. Avec un prix compris entre 0,50 et 0,75 euro par litre, c’est le carburant le moins cher du marché, même s’il est moins énergétique qu’un gazole ou qu’une essence. Problème : il ne peut être utiliser directement dans un moteur, ce qui en limitait jusqu’à présent l’usage. Or le 15 décembre, le ministère de la Transition écologique et solidaire a publié un arrêté très attendu par la filière bioéthanol qui définit les conditions d’homologation des boîtiers superéthanol-E85.

Ces dispositifs permettent d’adapter automatiquement le fonctionnement du moteur au carburant qui l’alimente. « Le véhicule peut rouler indifféremment au SP95, SP98, SP95-E ou à l’E85 dans le même réservoir et dans n’importe quelle proportion », précise la collective du bioéthanol, qui regroupe les professionnels de la betterave et du sucre ainsi que les producteurs d’alcool agricole.

Au minimum de 700 euros, le coût du boîtier monte en fonction du nombre de cylindres du moteur. Il doit être installé par un spécialiste habilité par le fabricant. A priori, la présence du boîtier pourra permettre, à la revente du véhicule, de bénéficier d’une carte grise à coût réduit.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures