Aller au contenu principal

La recherche médicale demande la suspension des fongicides SDHI

Très utilisés sur céréales, les fongicides SDHI sont pointés du doigt par des chercheurs en médecine sur les risques pour la santé humaine.

Les fongicides SDHI sont utilisés sur plus de 70 % des céréales.
© J.-C. Gutner/Archives

Après le glyphosate et les néonicotinoïdes, l’interdiction va-t-elle toucher les fongicides SDHI ? Nous n’en sommes pas là mais un collectif de chercheurs et médecins de l’Inserm, d’universités et de l’Inra a publié une tribune sur une pleine page dans le quotidien Libération le 16 avril demandant à suspendre cette famille de fongicides. Rappel : les SDHI constituent de loin la principale famille de fongicides utilisée sur céréales pour lutter contre les maladies foliaires. Plus de 70 % des blés et des orges reçoivent au moins un traitement aux SDHI avec des produits connus comme Librax, Aviator XPro ou Elatus Plus.

Blocage d’une enzyme de la respiration cellulaire

Ces fongicides sont des inhibiteurs de la succinate déshydrogénase (SDH), une enzyme clé dans le processus de respiration cellulaire chez tous les êtres vivants. Chez l’être humain, des anomalies de la SDH entraînent diverses maladies dont certaines très graves. « Le blocage de cette enzyme induit à long terme un changement de notre ADN qui dérégule des milliers de gènes expliquant la survenue de tumeurs et de cancers. Ces modifications ne sont pas détectées ni testées au cours des tests de toxicité conduits avant la mise en marché des pesticides, affirment les chercheurs. Nous appelons à suspendre l’utilisation tant qu’une estimation des dangers et des risques n’aura pas été réalisée par des organismes publics indépendants des industriels. » L’Anses (1) a annoncé « qu’elle mobilisait son expertise afin de prendre en compte l’ensemble des données scientifiques disponibles sur le sujet et notamment examiner sans délai les éléments évoqués pas les scientifiques lanceurs d’alerte. »

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Thibaut et Dominique de Vulpillières, agriculteurs à Lavernose (Haute-Garonne),  "20 hectares est consacré chaque année au soja en dérobé."
Cultures dérobées : « Je réalise une marge brute en orge + soja au moins équivalente à un bon maïs »

Agriculteur à Lavernose (Haute-Garonne), Thibaut de Vulpillières cultive du soja en dérobé avec un semis dans la foulée de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures