Aller au contenu principal

« La crise Covid-19 a accéléré la croissance de la consommation bio »

Quelles perspectives pour la bio après la séquence Covid ? La croissance actuelle est-elle durable ou y a-t-il un risque de surproduction ? Réponses de Guillaume Riou, président de la Fnab (Fédération nationale de l'agriculture biologique), Philippe Henry, président de l’Agence bio et de Didier Perréol, président du Synabio (Syndicat des transformateurs et distributeurs bio).

Le marché des produits biologiques a été renforcée par la crise du coronavirus, qui a tiré la demande à la hausse.

Quelles ont été les conséquences du confinement sur la consommation bio ?

Didier Perréol (Synabio) - On a constaté une accélération de la croissance de la consommation bio. Cela se produit à chaque crise : les produits issus de l’agriculture bio sont une sécurité pour le consommateur quand la peur s’installe sur son alimentation. Tous les circuits ont connu un succès, notamment sur les produits de base d’épicerie, la farine, les pâtes. Les gens ont réappris à faire la cuisine, du pain, des pâtisseries. Dans les circuits spécialisés historiques, on a observé une croissance de 15 à 20 % supérieure à la consommation alimentaire conventionnelle. La grande distribution, surtout les marques de distributeur, a beaucoup progressé, tout comme les circuits de vente directe et les ventes sur Internet.

Didier Perréol, président du Synabio. "Les produits issus de l’agriculture bio sont une sécurité pour le consommateur quand la peur s’installe sur son alimentation."  © Ekibio
"Les produits issus de l’agriculture bio sont une sécurité pour le consommateur quand la peur s’installe sur son alimentation." Didier Perréol, président du Synabio

Guillaume Riou (Fnab) - On a vu des hausses de 20 à 25 % selon les produits, des ventes en hausse de 50 à 60 % dans les magasins de producteurs. La question de la farine montre la peur ancestrale de manquer de pain. On est presque sur des ruptures. Des collègues qui font de la vente directe à la ferme ont dû fermer, de peur de ne pas faire la fameuse soudure.

Philippe Henry (Agence Bio) - À l’Agence bio, on observe cette période particulière et surtout la suite. Y a-t-il de nouveaux consommateurs ? Y a-t-il eu transfert d’un mode de distribution à l’autre ? On va essayer de répondre à ces questions, d’avoir des données par filière. Ce dont l'agriculture bio a besoin, c’est d’un équilibre entre les circuits courts et longs pour la pérennité du système.

Philippe Henry, président de l’Agence bio. "Il faut construire des filières qui apportent un juste prix au producteur mais également au consommateur. Tout cela doit être concerté pour arriver à résoudre cette équation."  © Agence bio
"Il faut construire des filières qui apportent un juste prix au producteur mais également au consommateur. Tout cela doit être concerté pour arriver à résoudre cette équation." Philippe Henry, président de l'Agence bio

Quel peut être l’impact de la crise économique sur la filière bio ?

P. H. - Il y aura une problématique de pouvoir d’achat. Il ne s’agirait pas que le bio soit réservé demain à ceux qui en ont les moyens et que les autres ne puissent pas y avoir accès. Il faut construire des filières qui apportent un juste prix au producteur mais également au consommateur. Tout cela doit être concerté pour arriver à résoudre cette équation.

D. P. - La crise économique à la rentrée sera une période difficile. Mais nous sommes convaincus que le consommateur a plébiscité nos produits. Fera-t-il le choix de mettre plus que 15 % de son budget dans son alimentation au détriment des loisirs, des nouvelles technologies ou des achats de vêtements ? L’avenir nous le dira.

Y a-t-il un risque de bio à deux vitesses : du « premium » français à des tarifs élevés dans les circuits spécialisés, et des produits moins coûteux en GMS, potentiellement importés ? 

D. P. - Il n’y a pas de bio à deux vitesses. On a une bio avec un cahier des charges, un contrôle clair et établi et un règlement européen. Après, il y a certes des fermes qui produisent des plus grosses quantités et des transformateurs qui ont des outils industriels.

G. R. - Je ne sais pas s’il y a 2 ou 18 vitesses. Il y a une multiplication du nombre d’opérateurs qui élargissent la gamme proposée à tous nos concitoyens. Pouvoir trouver du bio chez un producteur à côté de chez soi et en même temps dans un supermarché en Seine-Saint-Denis, c’est une excellente chose. On a multiplié les plans gouvernementaux pour que le bio se développe, on ne va pas se plaindre aujourd’hui qu’il se soit développé.

N’y a-t-il pas un risque d’importation pour faire face à la demande ?

P. H. - On ne constate pas d’augmentation des importations de produits bio en France. On reste globalement à 30 % d’importation, dont 15 % pour des produits exotiques. La production de produits bio suit la consommation qui est en constante augmentation.

D. P. - C’est un avis partagé par notre organisation. On a fait tourner nos usines. Cela montre que, quand il y a une demande du consommateur, on est là. Même pour la farine et les pâtes. Le besoin d’importation est très occasionnel. La grande distribution, dont les marques de distributeur ont nettement progressé, a dit « on va acheter français ». À suivre !

Guillaume Riou, président de la Fnac. "Le risque de déflation du prix payé au producteur bio du fait d’une surproduction structurelle, je n’y crois pas." © Fnab
"Le risque de déflation du prix payé au producteur bio du fait d’une surproduction structurelle, je n’y crois pas." Guillaume Riou, président de la Fnab

Une crise de surproduction est-elle possible ?

G. R. - La déflation par la massification, cela fait longtemps qu’on nous l’annonce. On est passé de 5 à 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires et on ne la voit toujours pas. Aujourd’hui, la production en blé est d’environ 200 000 tonnes, versus 35 millions de tonnes de blé conventionnel. On est franchement loin d’une surproduction ! Le risque de déflation du prix payé au producteur bio du fait d’une surproduction structurelle, je n’y crois pas.

Les filières bio disposent-elles aujourd’hui d’outils de régulation pour surmonter les déphasages temporaires entre production et consommation ?

P. H. - On met en place des outils de contractualisation importants. Je pense notamment aux coopératives céréalières qui n’emblavent que les surfaces dont elles sont à peu près sûres des ventes, tout cela en concertation avec les opérateurs de l’aval et les transformateurs. Cela permet une certaine régulation. C’est assez facile dans la filière céréalière, ça l’est peut-être moins dans d’autres. En tout cas, c’est un bon moyen de régulation et il faut continuer à le développer.

Craignez-vous une baisse des soutiens publics ?

G. R. - En agriculture biologique, le marché intervient et c’est essentiel pour le développement du bio, mais l’action publique a aussi un rôle important. Le cahier des charges est géré par l’État, sous l’égide d’un règlement public européen. Là où on laisse le marché opérer seul, des déséquilibres se mettent souvent en place. Comme pour la santé, la sécurité, la justice, l’agriculture et l’alimentation sont des domaines pour lesquels la puissance publique doit rester interventionniste. Le plus grand risque que je vois pour l’agriculture de notre pays, c’est le risque de décroissance forte de la démographie agricole. Un plan de relance de l’installation et de la transmission par l’État est une absolue nécessité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
« Une rénovation de toiture avec du photovoltaïque pour un risque zéro »
Sylvain Pigeon, agriculteur à Mareuil en Brie (51), a changé la toiture de son bâtiment en développant un projet photovoltaïque…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures