Aller au contenu principal

« Je pilote mes ventes avec le seuil de commercialisation et la tendance de marché »

Cyrille Milard, agriculteur à Maison rouge, en Seine-et-Marne, sécurise son système en répartissant sa commercialisation entre prix de campagne et prix ferme. Le rythme de ses ventes est conditionné par l’atteinte de son seuil de commercialisation et par la tendance de marché.

Cyrille Milard se base sur son seuil de commercialisation pour déclencher ses ventes, mais sait être patient si l'analyse de marché décèle une tendance haussière.
Cyrille Milard se base sur son seuil de commercialisation pour déclencher ses ventes, mais sait être patient si l'analyse de marché décèle une tendance haussière.
© G. Omnès

« J’ai une approche de mes ventes plutôt sécuritaire même si, du fait de la structure de mon exploitation, je peux me permettre parfois d’être un peu joueur. Je vends 400 tonnes de blé en prix de campagne auprès de trois OS, sur environ 1 100 tonnes de collecte, et à peu près la moitié de mes 300 tonnes en orge de brasserie. C’est une assurance sérénité pour près de la moitié de ma récolte, car généralement le prix moyen de mes OS atteint mon seuil de commercialisation.

Suivre les marchés est stressant et chronophage, mais permet de saisir des opportunités de marché. C’est pour cela que, cette année, je n’ai quasiment pas fait de prix de campagne. Pour le colza, je vends toujours au prix ferme car les prix montent généralement au printemps.

Ma stratégie repose en grande partie sur le seuil de commercialisation, que je réactualise dès que les coûts de production évoluent. Cet indicateur ne fait pas tout : s’il est atteint mais que le marché est haussier, il faut être patient. Le rythme de mes ventes varie donc selon les années. Je me forge mon opinion sur les analyses d’Agritel, les conseils des opérateurs, et je consulte les cours quotidiennement.

J’engage habituellement 30 à 35 % de la récolte avant moisson. Cette année, je me suis limité à 25 % en raison du potentiel de hausse. Je livre rapidement ce que j’ai engagé avant récolte pour libérer de la place, notamment pour rentrer le chanvre. Ensuite, je regarde les cours à partir de septembre. Je déconnecte la fixation des prix de la logistique, car je peux livrer une partie des volumes en janvier-février tout en gardant la possibilité de marquer les prix jusqu’en avril.

Les années où le marché couvre à peine le coût de production, le rythme est piloté par le besoin de trésorerie, car il y a bien un moment où il faut vendre. En revanche, je n’utilise pas les options. C’est un autre métier qui demande des compétences supplémentaires, et je n’ai pas assez de temps. »

280 ha en grandes cultures dont 140 ha de blé, 40 ha orge de brasserie, maïs, colza, chanvre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les blés en sols superficiels et les parcelles tardives sont les plus pénalisés par la sécheresse, tout comme les orges de printemps. Pour les autres cultures, le retour rapide des pluies est nécessaire pour ne pas dégrader les potentiels de rendement.
Sécheresse 2022 : quelles cultures sont les plus à risque ?
En sols très superficiels et dans le sud-est de la France, la sécheresse actuelle aura un impact sur le rendement des céréales à…
Méthaniseur agricole. Le futur de la méthanisation agricole est menacé par l'évolution d'un contexte réglementaire et économique favorable aux grandes unités industrielles.
Hausse des coûts, baisse des tarifs : la méthanisation agricole prise en étau
Après une phase de fort développement, tiré par l’injection, la méthanisation agricole connaît un coup d’arrêt provoqué par l’…
Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation  pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
Méthanisation agricole : la réalité du modèle français remise en question
La méthanisation agricole à la française affiche se veut vertueuse : elle n’est pas censée concurrencer l’alimentation, en s’…
Les échanges fréquents sont indispensables pour une bonne relation employeur-employé
Embauche en agriculture : 5 conseils pour recruter le bon salarié et le garder
Trouver un salarié est souvent un souci : l’agriculture peine à trouver des bras. Pour attirer les profils recherchés, le salaire…
Lorsque l'on commercialise soi-même sa récolte, le mental est le premier facteur de la performance, d'où l'importance de canaliser ses émotions.
Vendre sa récolte : déjouez les pièges de vos émotions
Au moment de décider de vendre, nos émotions exercent une influence considérable et rarement bénéfique. En avoir conscience…
Élaborer son cadre de gestion permet de dissocier la réflexion de l’action, évitant les tergiversations ou les intuitions au doigt mouillé lorsque se pose la question de vendre.
Commercialisation des grains : établir un cadre de gestion pour sécuriser ses décisions
Il est indispensable d’élaborer au calme une stratégie de commercialisation avant la campagne pour être réactif et rationnel au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures