Aller au contenu principal

Fongicide céréales : « Je n’ai plus besoin de faire de traitement T1 depuis trois ans »

Que ce soit contre la septoriose ou la rouille jaune, Éric Hémelsdael, agriculteur dans le Nord à Deûlémont, n'a plus utilisé de fongicide en T1 depuis trois ans. Grâce à un choix de blé tolérants et... au climat.

Eric Hémelsdael - "Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies." © SCEA des Ecluses
Eric Hémelsdael - "Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies."
© SCEA des Ecluses

« Plus que la septoriose, c’est la rouille jaune qui domine parmi les maladies foliaires en sortie d’hiver dans notre secteur, au nord de Lille. Mais avec la quasi-absence de pluviométrie au début du printemps et l’utilisation de variétés tolérantes, cela fait trois ans que je n’ai pas réalisé de traitement T1 alors que précédemment je recourais à un programme fongicide à trois traitements. Je suis les informations du BSV et de mon conseiller de la chambre d’agriculture et je fais mes propres observations au champ pour surveiller l’arrivée des maladies.

Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies comme Bergamo, Complice, KWS Extase, Chevignon que j’utilise en pur sur mes parcelles. KWS Extase et Chevignon montrent de gros potentiels de rendements tout en étant résistants à la rouille jaune entre autres. Précédemment, il m’arrivait de choisir les blés avant tout pour leur fort potentiel mais ils étaient sensibles à cette maladie, ce qui m’imposait un programme à trois traitements.

En 2020, le programme s’est résumé à deux traitements avec des fongicides en T2 et T3, pour contrer aussi bien la rouille que la fusariose sur épis. Du coup, il me reste du produit en stock pour le T1, notamment du soufre qui remplace le chlorothalonil. »

SCEA des Écluses (2 associés, 2 salariés). 140 ha dont 25 de blé tendre, 40 de pommes de terre, maïs, légumes (pois, haricots verts) ; élevages laitier et porcin ; sols limoneux à 60 % pour un potentiel de rendement de 120-130 q/ha en blé (124 q/ha en 2020).

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
Les engrais minéraux représentent 40% des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole.  © C. Baudart
Loi Climat : une nouvelle taxation des engrais pour 2024 ?
Parmi les mesures phare du projet de loi « Climat et résilience » : la taxation des engrais azotés. Cette dernière est envisagée…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures