Aller au contenu principal

Fongicide céréales : « Je n’ai plus besoin de faire de traitement T1 depuis trois ans »

Que ce soit contre la septoriose ou la rouille jaune, Éric Hémelsdael, agriculteur dans le Nord à Deûlémont, n'a plus utilisé de fongicide en T1 depuis trois ans. Grâce à un choix de blé tolérants et... au climat.

Eric Hémelsdael - "Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies." © SCEA des Ecluses
Eric Hémelsdael - "Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies."
© SCEA des Ecluses

« Plus que la septoriose, c’est la rouille jaune qui domine parmi les maladies foliaires en sortie d’hiver dans notre secteur, au nord de Lille. Mais avec la quasi-absence de pluviométrie au début du printemps et l’utilisation de variétés tolérantes, cela fait trois ans que je n’ai pas réalisé de traitement T1 alors que précédemment je recourais à un programme fongicide à trois traitements. Je suis les informations du BSV et de mon conseiller de la chambre d’agriculture et je fais mes propres observations au champ pour surveiller l’arrivée des maladies.

Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies comme Bergamo, Complice, KWS Extase, Chevignon que j’utilise en pur sur mes parcelles. KWS Extase et Chevignon montrent de gros potentiels de rendements tout en étant résistants à la rouille jaune entre autres. Précédemment, il m’arrivait de choisir les blés avant tout pour leur fort potentiel mais ils étaient sensibles à cette maladie, ce qui m’imposait un programme à trois traitements. En 2020, le programme s’est résumé à deux traitements avec des fongicides en T2 et T3, pour contrer aussi bien la rouille que la fusariose sur épis. Du coup, il me reste du produit en stock pour le T1, notamment du soufre qui remplace le chlorothalonil. »

SCEA des Écluses (2 associés, 2 salariés). 140 ha dont 25 de blé tendre, 40 de pommes de terre, maïs, légumes (pois, haricots verts) ; élevages laitier et porcin ; sols limoneux à 60 % pour un potentiel de rendement de 120-130 q/ha en blé (124 q/ha en 2020).

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures