Aller au contenu principal

Fongicide céréales : « Je n’ai plus besoin de faire de traitement T1 depuis trois ans »

Que ce soit contre la septoriose ou la rouille jaune, Éric Hémelsdael, agriculteur dans le Nord à Deûlémont, n'a plus utilisé de fongicide en T1 depuis trois ans. Grâce à un choix de blé tolérants et... au climat.

Eric Hémelsdael - "Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies." © SCEA des Ecluses
Eric Hémelsdael - "Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies."
© SCEA des Ecluses

« Plus que la septoriose, c’est la rouille jaune qui domine parmi les maladies foliaires en sortie d’hiver dans notre secteur, au nord de Lille. Mais avec la quasi-absence de pluviométrie au début du printemps et l’utilisation de variétés tolérantes, cela fait trois ans que je n’ai pas réalisé de traitement T1 alors que précédemment je recourais à un programme fongicide à trois traitements. Je suis les informations du BSV et de mon conseiller de la chambre d’agriculture et je fais mes propres observations au champ pour surveiller l’arrivée des maladies.

Je choisis des variétés présentant un bon comportement aux maladies comme Bergamo, Complice, KWS Extase, Chevignon que j’utilise en pur sur mes parcelles. KWS Extase et Chevignon montrent de gros potentiels de rendements tout en étant résistants à la rouille jaune entre autres. Précédemment, il m’arrivait de choisir les blés avant tout pour leur fort potentiel mais ils étaient sensibles à cette maladie, ce qui m’imposait un programme à trois traitements.

En 2020, le programme s’est résumé à deux traitements avec des fongicides en T2 et T3, pour contrer aussi bien la rouille que la fusariose sur épis. Du coup, il me reste du produit en stock pour le T1, notamment du soufre qui remplace le chlorothalonil. »

SCEA des Écluses (2 associés, 2 salariés). 140 ha dont 25 de blé tendre, 40 de pommes de terre, maïs, légumes (pois, haricots verts) ; élevages laitier et porcin ; sols limoneux à 60 % pour un potentiel de rendement de 120-130 q/ha en blé (124 q/ha en 2020).

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Thibaut et Dominique de Vulpillières, agriculteurs à Lavernose (Haute-Garonne),  "20 hectares est consacré chaque année au soja en dérobé."
Cultures dérobées : « Je réalise une marge brute en orge + soja au moins équivalente à un bon maïs »

Agriculteur à Lavernose (Haute-Garonne), Thibaut de Vulpillières cultive du soja en dérobé avec un semis dans la foulée de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures