Aller au contenu principal

Irrigation : un décret pour sécuriser juridiquement les créations de retenues

Les autorisations de prélèvement ou de construction de réserves sont souvent attaquées sur la définition du volume prélevable et sur l’exhaustivité de l’étude d’impact, créant de l'insécurité pour les irrigants. © G. Omnès
Les autorisations de prélèvement ou de construction de réserves sont souvent attaquées sur la définition du volume prélevable et sur l’exhaustivité de l’étude d’impact, créant de l'insécurité pour les irrigants.
© G. Omnès

La remis en cause des créations de retenues d’eau est source d’incertitude pour les irrigants. L’autorisation délivrée par les pouvoirs publics ne garantit en rien que le projet ira à son terme. Ces derniers mois en ont apporté la preuve. Le 4 février 2021, le tribunal administratif de Poitiers a annulé l’autorisation de construire 21 réserves de substitution dans le bassin de la Boutonne, entre les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime. De même, des arrêtés d’autorisation unique pluriannuelle (AUP) de prélèvement d’eau pour l’irrigation ont été annulés par des tribunaux dans plusieurs secteurs suite à des recours portés par des associations.

« Cette grande insécurité juridique est mal vécue par les irrigants, et ces annulations surviennent après des démarches longues et coûteuses », affirme Sabine Battegay, animatrice chez Irrigants de France. Les autorisations sont généralement attaquées sur deux fronts : la définition du volume prélevable, et l’exhaustivité de l’étude d’impact. Selon Luc Servant, vice-président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, cette situation découle de textes encadrant la gestion de l’eau « incomplets par rapport aux politiques mises en place sur le terrain ». D’où des décisions laissées à l’interprétation des juges.

Pour mettre fin à cette fragilité juridique, des amendements ont été introduits dans le projet de loi de simplification administrative, dite ASAP. Outre la définition du volume prélevable, ces textes attribuaient aux cours d’appel, et non aux tribunaux administratifs, la compétence de juger les recours. Une façon d’alourdir la procédure pour les plaignants.

Ces amendements ont été retoqués par le Conseil constitutionnel. Exit donc l’encadrement des recours. En revanche, la définition des volumes prélevables a été introduite dans un décret relatif à la gestion quantitative de la ressource en eau, soumis à consultation en janvier. Ce décret, salué comme une « vraie avancée » par Irrigants de France, précise également le contenu des études d’impact.

De quoi lever les incertitudes ? « Les bouleversements vont devenir de plus en plus fréquents, notamment avec le changement du climat et de l’usage des terres, met en garde Gabrielle Bouleau, chercheuse à Inrae. L’incertitude sera la règle plus que l’exception, et l’aspect juridique n’en sera qu’un petit aspect. Il faudra apprendre à choisir des options sans caractère définitif, qui pourront être transformées et ajustées au fil du temps. » 

Les plus lus

Tour de vis Covid : le télétravail systématique étendu à l’agriculture
Protéger le monde agricole de la pandémie en pleine progression dans les territoires : c'est l'objectif visé par le gouvernement…
Des betteraves en début de levée sont  vulnérables au gel. © C. Gloria
Météo : gel à risque en vue pour les colzas et les betteraves
L’an passé avait connu un épisode de froid intense à la fin mars qui avait eu un impact sur les cultures, notamment sur les…
Au stade cotylédon, le gel se traduit par un noircissement qui se généralise et détruit le pied de betterave. © F. Franzetti
Gel : betteraves, céréales, colzas... quelles conséquences pour les cultures ?
Outre des dégâts spectaculaires en vigne et en arboriculture, le gel a aussi été destructeur pour les grandes cultures, à…
Gel/betteraves : Cristal Union fournira gratuitement les semences des ressemis pour préserver les surfaces
Le groupe coopératif Cristal Union fournira gratuitement les semences pour ressemer les parcelles de betteraves détruites par le…
Le comportement du blé OGM tolérant à la sécheresse dans les conditions très difficiles de 2020 a convaincu Guillermo Irastorza d'accroître sa surface en 2021. © G. Irastorza
« J’ai cultivé du blé OGM résistant à la sécheresse », G. Irastorza, agriculteur argentin
Guillermo Irastorza, producteur argentin, a participé en 2020 aux essais plein air à grande échelle du blé OGM HB4 récemment…
La nouvelle convention collective implique d'échanger avec son salarié sur son poste et ses compétences. © C. Baudart
Employeurs : ce que change la nouvelle convention collective pour les agriculteurs
Les producteurs de grandes cultures qui emploient un ou plusieurs salariés doivent appliquer la nouvelle Convention collective…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures