Aller au contenu principal

Blé tendre : les gros stocks français vont-ils faire baisser les prix ?

Les stocks de blé tendre français pourraient être au plus haut depuis 2005, tandis que l’Algérie boude l’origine France, faisant peser un risque de baisse des cours.

Les exportations de blé tendre français vers l'Algérie n'atteignaient que 1,2 Mt à fin décembre, contre 2 à 4 Mt à même date en année normale.
Les exportations de blé tendre français vers l'Algérie n'atteignaient que 1,2 Mt à fin décembre, contre 2 à 4 Mt à même date en année normale.
© J.-C. Gutner/Archives

Le bilan prévisionnel du blé tendre français publié mi-janvier par FranceAgriMer a jeté un pavé dans la mare. Le stock final de la campagne 2021-2022 pourrait atteindre près de 3,7 millions de tonnes (Mt) à fin juin, au plus haut depuis 2005. Tout en soulignant les nombreuses incertitudes qui demeurent pour la deuxième moitié de campagne, Marc Zribi, chef de l’unité Grains de FranceAgriMer, a convenu « qu’un tel niveau de stock pourrait contribuer à détendre le prix du blé pour donner une bouffée d’air supplémentaire pour la compétitivité à l’export ».

L’une des clés du bilan se trouve en Algérie. Ce pays, débouché majeur pour le blé français, en importe historiquement chaque année entre 4 et 6 Mt. Mais les temps changent : en novembre, le gouvernement algérien a remonté à 1 % le taux autorisé de grains punaisés, levant le dernier obstacle à l’achat de blé russe. La Russie devrait s’y engouffrer, avec déjà plus de 300 000 tonnes expédiées vers l’Algérie, une première !

Les exportations françaises pâtissent également des brouilles diplomatiques entre Paris et Alger. Malgré une compétitivité retrouvée, les ventes de blé tricolore vers l’Algérie patinent : moins d’1,2 Mt à fin décembre, contre 2 à 4 Mt en année normale à même date (en excluant les années de faible production ou de problème qualitatif, comme 2016 et 2020). Et toujours pas de blé français dans l’appel d’offres algérien de janvier, pour chargement en mars.

Pour atteindre les 9 Mt à l’export sur pays tiers prévus par FranceAgriMer (qui n’empêcheraient donc pas un fort gonflement des stocks), il faudra mettre les bouchées doubles sur d’autres destinations. Le dynamisme des achats chinois y contribue, ainsi que de bonnes performances possibles sur plusieurs pays africains. Gare toutefois à la grosse concurrence argentine sur l’Afrique du Nord. Le contexte est décidément menaçant pour les prix français, à moins que les cours mondiaux ne s’emballent de nouveau sur fond de cours de l’énergie et de tensions géopolitiques avec la Russie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les blés en sols superficiels et les parcelles tardives sont les plus pénalisés par la sécheresse, tout comme les orges de printemps. Pour les autres cultures, le retour rapide des pluies est nécessaire pour ne pas dégrader les potentiels de rendement.
Sécheresse 2022 : quelles cultures sont les plus à risque ?
En sols très superficiels et dans le sud-est de la France, la sécheresse actuelle aura un impact sur le rendement des céréales à…
Méthaniseur agricole. Le futur de la méthanisation agricole est menacé par l'évolution d'un contexte réglementaire et économique favorable aux grandes unités industrielles.
Hausse des coûts, baisse des tarifs : la méthanisation agricole prise en étau
Après une phase de fort développement, tiré par l’injection, la méthanisation agricole connaît un coup d’arrêt provoqué par l’…
Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation  pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
Méthanisation agricole : la réalité du modèle français remise en question
La méthanisation agricole à la française affiche se veut vertueuse : elle n’est pas censée concurrencer l’alimentation, en s’…
Les échanges fréquents sont indispensables pour une bonne relation employeur-employé
Embauche en agriculture : 5 conseils pour recruter le bon salarié et le garder
Trouver un salarié est souvent un souci : l’agriculture peine à trouver des bras. Pour attirer les profils recherchés, le salaire…
Élaborer son cadre de gestion permet de dissocier la réflexion de l’action, évitant les tergiversations ou les intuitions au doigt mouillé lorsque se pose la question de vendre.
Commercialisation des grains : établir un cadre de gestion pour sécuriser ses décisions
Il est indispensable d’élaborer au calme une stratégie de commercialisation avant la campagne pour être réactif et rationnel au…
Lorsque l'on commercialise soi-même sa récolte, le mental est le premier facteur de la performance, d'où l'importance de canaliser ses émotions.
Vendre sa récolte : déjouez les pièges de vos émotions
Au moment de décider de vendre, nos émotions exercent une influence considérable et rarement bénéfique. En avoir conscience…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures