Aller au contenu principal

Fusariose sur blé dur : « Je surveille la sortie des étamines pour positionner mon traitement »

Agriculteur à L’Isle-le-Bouzon (Gers), Jérôme Bosc combine plusieurs actions pour réduire le risque de fusariose des épis sur blé dur.

Jérôme Bosc, agriculteur à L'Isle-le-Bouzon (32)"Pour ne pas favoriser les maladies, le blé dur est semé assez clair, entre 250 et 280 grains par mètre carré pour un semis entre le 10 et le 20 novembre."
Jérôme Bosc, agriculteur à L'Isle-le-Bouzon (32)"Pour ne pas favoriser les maladies, le blé dur est semé assez clair, entre 250 et 280 grains par mètre carré pour un semis entre le 10 et le 20 novembre."
© J. Bosc

Dans la succession culturale, le blé dur est positionné derrière colza, tournesol, soja ou pois avec enfouissement des résidus de culture, ce qui réduit le risque d’infestation en fusariose. Pour ne pas favoriser les maladies, le blé est semé assez clair, entre 250 et 280 grains par mètre carré pour un semis entre le 10 et le 20 novembre, au lieu des 320 grains par mètre carré préconisés sur cette période. Je fais malgré tout un traitement contre la fusariose systématiquement, le blé dur y étant très sensible. Début mai, je passe tous les matins dans mes parcelles pour surveiller la sortie des étamines et positionner le traitement idéalement pour contrôler les contaminations.

J’utilise le fongicide Prosaro à 0,8 l/ha (36 euros) en veillant à appliquer le produit de nuit dans les meilleures conditions d’hygrométrie. Si je suis pris de court et que je dois traiter de jour, j’ajoute un adjuvant au fongicide pour assurer son action. Jusqu’à présent, l’efficacité de Prosaro m’a toujours satisfait. Ces deux dernières années, il n’y a pas eu trop de fusariose sur épi, mais en 2019 les attaques ont été fortes. J’avais appliqué en plus un fongicide sur feuilles contre les rouilles.

En blé tendre, je ne fais pas de traitement spécifique contre la fusariose. Cette maladie est peu présente. Je n’effectue qu’un traitement à dernière feuille pointante pour viser les rouilles en particulier. Les variétés que j’utilise, Centurion, Silverio et Providence, montrent de bons comportements à plusieurs maladies et ne sont pas trop sensibles à la fusariose. Une partie de mes productions sont menées en agriculture biologique dont du blé tendre. L’utilisation de variétés rustiques et des semis tardifs fin novembre à début décembre permettent d’éviter les maladies.

EARL Bosc : 230 hectares en conventionnel dont 25 de blé tendre, 43 de blé dur, orge, maïs, féverole, colza, soja, tournesol, pois, carotte et betterave porte-graine ; 90 hectares en bio (SC La Reille). Sols argilo-calcaires avec une bonne part irrigable.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L'obligation de respecter au moins 4 % de ses surfaces en infrastructures agroécologiques (haies, bandes enherbées, jachères...) est suspendue pour 2023.
La nouvelle PAC validée… et allégée pour 2023
Bruxelles a définitivement validé le plan stratégique national français, dont certaines mesures ne seront pas obligatoires en…
Un zonage va définir, par département, les secteurs pouvant bénéficier d'une dérogation pour être dispensé de semer des couverts SIE en raison de la sécheresse.
Sécheresse/SIE : faut-il ou non semer les couverts ?
Avec la sécheresse qui sévit encore sur une grande partie du territoire, faut-il semer des intercultures pour atteindre les 5 %…
« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Arnaud Mortier et son fils, ferme de Loeuilly dans la Somme."Je ne fais jamais plus de trois traitements contre les ravageurs à l’automne et je n’ai plus de problème d’insectes au printemps."
Ravageurs colza : « J’utilise un produit de biocontrôle à l’efficacité proche du Boravi WG »
Agriculteur à Tilloy-les-Conty dans la Somme, Arnaud Mortier tente de limiter l'usage d'insecticides contre les ravageurs du…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Contre les larves d'altises, l'utilisation du phosmet pourra être remplacée par celle du cyantraniliprole (Minecto Gold) dans les zones autorisées.
Insecticide contre les altises du colza : un remplaçant au phosmet autorisé
Les producteurs de colza disposeront d’un nouvel insecticide (Minecto Gold) efficace contre les larves d’altises à l’entrée de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures