Aller au contenu principal

Blé dur : les prix peuvent-ils continuer à grimper ?

Les prix sont repartis à la hausse depuis septembre, et pourraient continuer à grimper. Les volumes à l’export devraient fortement reculer cette année, faute de volumes suffisants.

La tension sur le marché européen supporte les prix du blé dur françaisBlé dur FOB La Pallice (en €/t base juillet) © Source : FranceAgriMer.
La tension sur le marché européen supporte les prix du blé dur françaisBlé dur FOB La Pallice (en €/t base juillet)
© Source : FranceAgriMer.

La tension installée depuis deux ans sur les marchés français et européen du blé dur soutient les cours. Après avoir ployé en juillet, la cotation FOB La Pallice est repartie à la hausse dès fin septembre, et avoisinait 275 euros/tonne début novembre.

Mais qui en profitera ? « Cette année, il n’y a que dans la région Centre qu’on a à la fois le volume et la qualité, explique un courtier familier de ce marché. Sur la façade atlantique, la qualité est moyenne et les volumes assez limités, tandis que dans le Sud-Est la qualité est bonne mais les volumes très faibles. Dans le Sud-Ouest, il n’y a ni qualité, ni volume. »

Situation qualitative difficile dans le Sud-Ouest

Le manque de tonnage va pénaliser les exportations qui, selon plusieurs courtiers, pourraient passer sous les 800 000 tonnes en 2020-2021, moitié moins qu’en 2017-2018. Dans le Sud-Ouest, la qualité de la récolte 2020 a en outre été mise à mal par des pluies de fin de cycle. Les opérateurs doivent se battre avec des teneurs en mycotoxines qui flirtent avec le seuil maximal autorisé par la réglementation (1750 microgrammes par kilo), et des Hagberg minimalistes. Une partie des volumes sera orientée vers l’alimentation animale. « Une vraie galère ! », résume un courtier.

Le blé dur du Sud-Est est de bonne qualité mais l’effondrement des surfaces dans cette zone se traduit par une faible disponibilité. La région Centre et l’hinterland de La Pallice seront donc les principaux fournisseurs à l’export, notamment pour alimenter la demande nord-européenne et celle du nord de l’Italie. Le Centre doit aussi approvisionner les industriels français. Cet afflux de demande pour le blé dur « nordique » explique la déconnexion actuelle des prix dans la région Centre, avec un prix départ ferme en Beauce proche des prix portuaires.

Une récolte canadienne de blé dur volumineuse et d'excellente qualité

De quoi espérer une hausse des prix en deuxième moitié de campagne ? Il faudra toutefois compter avec le Canada. Le premier producteur mondial a engrangé une énorme récolte cette année, évaluée autour de 6,5 millions de tonnes par les opérateurs. En outre, le millésime 2020 est d’excellente qualité. « D’une certaine manière, cela nous arrange, car les Canadiens vendent leur blé dur au prix fort, commente un courtier. Le pire aurait été qu’ils inondent le marché avec de la qualité médiocre à prix cassé. » Si la hausse des cours se confirme en France, les bénéficiaires seront peu nombreux : les agriculteurs ont déjà engagé autour de 80 % de la récolte 2020.

Les plus lus

Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Tereos
Tereos : les opposants prennent le pouvoir au sein du géant sucrier
C’est l’épilogue d’un conflit commencé en 2017 : les opposants, qui reprochaient à la direction de Tereos une gouvernance…
Lettre Gérard Clay - Tereos
Gérard Clay, président de Tereos : « une nouvelle page se tourne »
Restaurer la confiance et ramener de la rentabilité avec les cœurs de métier de la coopérative : telles sont les premières…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures