Aller au contenu principal

Les prix de blé français sous l'influence du marché mondial

Le prix du blé payé aux producteurs français est étroitement corrélé aux prix mondiaux, eux-mêmes résultant de la rencontre entre l’offre et la demande à l’échelle planétaire.

La grande majorité des transactions de blé en France sont indexées sur le marché à terme Euronext, lui-même directement influencé par les prix mondiaux. © G. Omnès
La grande majorité des transactions de blé en France sont indexées sur le marché à terme Euronext, lui-même directement influencé par les prix mondiaux.
© G. Omnès

Donnez-moi le cours du blé russe, je vous dirai à quel prix sera payé votre blé. L’image est à peine caricaturale, tant la corrélation est étroite entre les prix portuaires du blé des principales origines mondiales et le prix ferme moyen payé aux producteurs français. Autrement dit : le prix du blé tendre FOB(1) Rouen est intimement lié à celui du FOB russe ainsi qu'aux autres grandes origines, et le prix ferme payé aux céréaliers de l’Hexagone est directement dérivé de ces derniers. « Cela n’a rien d’étonnant, explique Anne-Laure Paumier, directrice de Coop de France Métiers du grain. Quel que soit le débouché sur lequel les grains sont expédiés, le prix tient compte du prix du marché mondial. » Une analyse confirmée par Antoine Grasser, responsable du pôle Grain de la coopérative Natup : « Aujourd’hui, les prix portuaires se construisent sur la base du rapport de l’offre et de la demande à l’échelle mondiale. Et ce sont ces prix qui influencent le Matif, sur lequel est indexée la très grande majorité des transactions de blé en France et en Europe. »

Comparaison des prix du blé français, russe et ukrainien

« Aucune région française n’est épargnée par le marché mondial »

Ainsi, le marché intérieur est lui-même sous l’influence directe de ces cours mondiaux, et donc des perspectives de bonnes récoltes en Russie ou des conditions météorologiques défavorables sur les plaines à blé états-uniennes. Du fait de la transparence des marchés (notamment via les marchés à terme) et de la mondialisation libre-échangiste, la porosité des marchés européens aux prix des autres compétiteurs est totale. « Aucune région française n’est épargnée par le marché mondial, assure Jean Simon, directeur général chez Atlantique Céréales, structure fédérant une quarantaine de négoces agricoles de l’ouest de la France. Autour de Paris, les prix sont indexés sur Rouen, dans le Sud-Ouest, sur le marché espagnol, lui-même ouvert aux blés de la mer Noire et de la Baltique. En Rhône-Alpes, les prix sont conditionnés par le marché italien, qui n’hésite pas à s’approvisionner en Ukraine… »

Cela ne signifie pas pour autant que le prix payé à la ferme est le même si le blé part à l’export ou bien s’il va alimenter le meunier voisin ou l’industrie nationale. « Les opérateurs favorisent les marchés de proximité en priorité, explique Anne-Laure Paumier. Il y a également des valorisations spécifiques pour certains débouchés, associées à des exigences particulières du cahier des charges. Il y a donc un prix de référence, auquel s’ajoutent, selon les cas, des primes dépendant de la qualité et de la traçabilité. »

Indispensable compétitivité pour ne pas décrocher

Cette perméabilité du marché français aux prix mondiaux est-elle liée à la nécessité structurelle d’exporter ? Certes, les deux phénomènes sont en partie liés. « Les organismes stockeurs ont la contrainte de devoir vider les silos avant la nouvelle récolte pour limiter les stocks de report. Et pour vider les silos, c’est une question de prix, reconnaît Jean Simon. Le bilan français nécessite d’exporter, et pour cela il faut être compétitif. » Il est ainsi impossible pour le blé français de se déconnecter durablement du prix de ses concurrents sur le marché mondial, à commencer par les pays de la mer Noire. Cette situation se traduit par un « marquage à la culotte » entre les principales origines exportatrices. Se laisser décrocher en termes de compétitivité se paie bien souvent, tôt ou tard, comme cela s’est encore vérifié au cours de la campagne 2018-2019. Suite à la hausse des prix français pendant l’été et l’automne 2018, le blé tricolore a vu ses chargements se réduire comme peau de chagrin à partir de septembre, à l’exception des expéditions vers l’Algérie. Cela s’est traduit par une forte baisse des prix tricolores à partir du début de l’année 2019 — renforcée par les excellentes perspectives pour la récolte mondiale à venir — permettant un redémarrage très actif des exportations en mars.

Pour autant, cette transmission du prix mondial aux marchés européen et français est avant tout le fruit de décisions politiques (voir encadré), et ne relève pas uniquement de la logique export. « Je suis persuadé que, même si l’on produisait beaucoup moins, l’influence sur les prix serait minime, affirme Jean-François Lepy, chez Soufflet Négoce. Même si l’on ne subvenait qu’aux besoins nationaux, la hausse du prix serait marginale car le fait de ne pas être compétitif face aux concurrents internationaux se traduirait par des importations. Regardez ce qui se passe en maïs. » Thierry Pouch, chef du service Économie de l’APCA(2), en est lui aussi convaincu. Selon le spécialiste, « cette année par exemple, il est probable que les prix français seraient bas de toute façon, même si l’on n’avait pas à exporter, vu l’ampleur de la production mondiale ».

(1) FOB signifie Free on board, ce qui correspond au prix du blé une fois celui-ci chargé sur le bateau dans le port de départ. Le fret et les éventuelles assurances sont à la charge de l’acheteur.
(2) APCA : Assemblée permanente des chambres d’agriculture.

« Cette année, il est probable que les prix français seraient bas de toute façon, même si l’on n’avait pas à exporter, vu l’ampleur de la production mondiale »

Thierry Pouch, chef du service Économie de l’APCA

Une perméabilité aux prix mondiaux très politique

Et si l’exposition des agriculteurs français aux prix mondiaux était avant tout politique ? « Le problème des prix, c’est que la PAC a stoppé les mécanismes des subventions directes à la production et de l’intervention, analyse Antoine Grasser, du groupe coopératif Natup. À l’époque de l’intervention, ce système soutenait les prix. Désormais, nos prix FOB sont confrontés aux prix mondiaux : on laisse au marché le soin de réguler l’équilibre offre/demande par les prix. » Un point de vue partagé par Thierry Pouch, chef du service Économie de l’APCA. « Les prix français et européens ont longtemps été déconnectés du marché mondial du fait de la PAC, rappelle-t-il. C’est même ce que l’on nous a reproché et c’est pourquoi la PAC a été réformée, avec notamment des restitutions tombées à zéro. Cela a été une décision politique que d’inciter les agriculteurs à répondre aux signaux du marché. » L’objectif est bel et bien atteint, mais avec quelles conséquences ? « Cela a conduit à une situation où il n’est pas surprenant que les agriculteurs français soient confrontés à des cours qu’ils ne maîtrisent pas », estime Thierry Pouch. Des cours bien souvent mis sous pression par les pays de la mer Noire, dont les coûts de production sont bien inférieurs à ceux des céréaliers français.

 

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Le groupe Soufflet collecte 5,6 millions de tonnes de grains par an. © gutner  archive
InVivo en négociation exclusive pour le rachat du groupe Soufflet
L’union des coopératives In Vivo est entrée en négociation exclusive avec le négoce Soufflet pour reprendre 100 % du capital du…
Les agriculteurs se sont précipités pour déposer des demandes d'aides à l'investissement dans le cadre du plan Protéines, poussant FranceAgriMer à suspendre la téléprocédure. © J.-C. Gutner
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
La réalisation d'un plan de trésorerie mensuel est un bon outil pour y voir clair et gérer son stress ! © C. Baudart
Trésorerie à sec : éviter le mur
Le complément des aides PAC vient de rentrer, la coopérative annonce des ristournes, une partie des impôts fonciers est restituée…
Betteraves touchées par la jaunisse en 2020 - La dérogation pour l'utilisation des néonicotinoïdes va s'accompagner de restrictions fortes concernant la rotation. Reste à savoir si cela dissuadera les planteurs de maintenir leurs surfaces en betteraves. © G. Omnès
Betteraves/néonicotinoïdes : un projet d’arrêté contraignant pour les rotations
Le projet d’arrêté encadrant l’usage des néonicotinoïdes en traitement de semences sur betteraves vient d’être publié pour…
 © C. Baudart
Comment réussir son départ en retraite quand on est agriculteur ?
Dans combien de temps partirez-vous à la retraite ? Quels seront vos revenus ? Que devient votre exploitation ? Des questions à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures