Aller au contenu principal

Couverts végétaux : comment les détruire en l’absence de gel ?

Face à un gel moins fréquent, la destruction des couverts d’interculture évolue. Les pistes : jouer sur les espèces et les dates de semis, adapter le machinisme et son itinéraire ou s’appuyer sur le glyphosate.

Un déchaumeur (Lemken ici) peut être utilisé pour la destruction d'un couvert, sous réserve de ne pas avoir des conditions trop humides.
Un déchaumeur (Lemken ici) peut être utilisé pour la destruction d'un couvert, sous réserve de ne pas avoir des conditions trop humides.
© MPC

Économique, environnemental, efficace : le gel est bien utile pour la destruction des cultures intermédiaires. Malheureusement, les agriculteurs peuvent de moins en moins compter sur lui pour détruire leurs couverts, car la fréquence du gel est en baisse constante en France. Sur la période 1955-2018, toutes les régions françaises sont touchées. En Hauts-de-France par exemple, on compte entre trois et quatre jours de gel en moins à chaque décennie, soit entre 20 et 27 jours perdus sur la période (1).

« Il faut vraiment utiliser les quelques jours de gel, insiste malgré tout Christophe Guille, conseiller du groupe d’étude et de développement agricole (Geda) du Ternois dans le Pas-de-Calais. Les agriculteurs doivent être très réactifs, quitte parfois à travailler la nuit. » Même conseil pour Valentin Durand, conseiller de la chambre d’agriculture de Normandie, en Seine-Maritime, qui souligne l’action amplificatrice du gel lors du passage d’outil mécanique.

« Mais dans la majorité des systèmes, le couvert est détruit fin décembre, note Jérôme Labreuche, ingénieur Arvalis. Or, statistiquement, la période probable de gel se situe plutôt en janvier-février. Pour les labours d’hiver, le gel arrive souvent trop tard. Pour ceux du printemps, il est aléatoire. Trop attendre pour la destruction des couverts peut être risqué car, en début d’année, les sols souvent humides rendent difficile l’utilisation de matériel. »

 

 
Le poids du rouleau Faca peut être doublé avec un remplissage d'eau. © MPC

 

Les agriculteurs disposent généralement du matériel nécessaire pour détruire les couverts. En système labour, la charrue suffit souvent sur une végétation peu développée. « Mais à partir de 30 à 40 cm de hauteur, un broyage s’impose, au broyeur, au rouleau hacheur ou au déchaumeur », estime Jérôme Labreuche.

« Les rouleaux hacheurs sont de plus en plus présents dans les fermes, observe Christophe Guille. Utilisée avec une pression assez élevée sur le sol, une première rangée de rouleaux couche la végétation, la deuxième casse les tiges creuses. Avec ses lames, cet outil donne un résultat proche du broyeur, très efficace sur les couverts à tige haute comme la moutarde, la phacélie, le tournesol ou les graminées épiées. » En revanche, il a peu d’efficacité sur les petits couverts, les radis ou les graminées tallées, selon les trois techniciens.

Les couverts peu développés, comme cette année, restent difficiles à gérer. Christophe Guille préconise un passage d’un déchaumeur à disques, à 3 cm si les disques sont neufs, à 5-6 cm sinon. « Le déchaumeur commence à préparer la terre mais nécessite des conditions assez sèches, précise Jérôme Labreuche. Dans les limons, les sols peuvent se plaquer. Ce premier désherbage mécanique, avec ses repiquages, doit être complété par la suite. Son efficacité reste limitée, notamment sur les graminées, qu’il s’agisse de repousses de céréales ou adventices. »

Le broyeur fonctionne dans toutes les circonstances dès que la portance le permet. En étalant les végétaux en surface, il évite une mauvaise dégradation dans la raie de charrue. Mais il reste gourmand en temps et carburant.

 

 

 

Pour la destruction des graminées sans labour en condition humide, le glyphosate reste incontournable, considèrent les trois conseillers. De plus, cette solution limite les doses de désherbants dans la culture suivante. « Les dicotylédones peuvent se gérer avec les solutions mécaniques, les graminées non, affirme Jerôme Labreuche. Dans nos essais Arvalis, même avec plusieurs passages mécaniques, nous n’avons pas réussi à les éliminer complètement. En conditions humides, c’est encore plus compliqué avec le repiquage. Le désherbage électrique (en test) ne semble pas efficace dans ce cas. » Quant aux autres molécules autorisées en interculture (2-4 D ou dicamba), elles sont inefficaces sur graminées. Sur graminées en non-labour, Valentin Durand et Christophe Guille préconisent l’utilisation de 1,5 à 2 litres par hectare de glyphosate, complété éventuellement par du 2-4 D, en présence de vivaces.

Pour faciliter la destruction des couverts, Valentin Durand suggère de les semer tôt pour augmenter leur biomasse. Encore faut-il qu’il pleuve… Autre levier, jouer sur les espèces en privilégiant les plus sensibles au gel comme le tournesol, le nyger et le sarrasin, gélifs à -2 °C, ou le tournesol (-4 °C). La moutarde nécessite -7 °C et la phacélie de -7 °C à -13 °C. Le radis, l’avoine d’hiver, le ray-grass, le seigle ou le colza ne sont sensibles qu’à des températures inférieures à -13 °C.

(1) Observatoire climat Hauts-de-France

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures