Aller au contenu principal

Commercialisation des grains : « Je combine prix de campagne et prix ferme »

Philippe Grave, agriculteur à Fismes, dans la Marne, délègue une partie de la commercialisation à son OS, et garde la main sur la majorité de sa collecte. Il apprécie cet équilibre entre sécurité et liberté d’action.

Philippe Grave vend une partie du blé au prix de campagne dans un souci de sécurité, mais la gestion libre lui permet d’avoir plus rapidement une idée de son résultat moyen final.
Philippe Grave vend une partie du blé au prix de campagne dans un souci de sécurité, mais la gestion libre lui permet d’avoir plus rapidement une idée de son résultat moyen final.
© G. Omnès

« Je me suis installé hors cadre familial il y a deux ans, 2022 sera ma troisième récolte. J’ai opté dès le départ pour une partie en prix de campagne et une partie prix ferme. Environ 200 tonnes de mes 700 tonnes collectées en blé sont en prix de campagne, et 30 % de mon orge. Le reste est vendu en prix ferme, dont la totalité du colza, du maïs et du tournesol.

C’est important pour moi d’avoir la main sur mes ventes, d’aller au bout en commercialisant ce que j’ai produit. La gestion libre permet aussi d’avoir plus rapidement une idée de son résultat moyen final. Je garde une partie du blé en prix de campagne car cela apporte de la sécurité. Autre avantage : mon négoce, Ternovéo, prend jusqu’à 25 % de blé de qualité fourragère en le payant au prix du meunier sur les volumes engagés au prix de campagne. Cela permet de valoriser des volumes à la qualité dégradée, par exemple s’il peut en cours de moisson.

La première année, j’ai voulu tout faire moi-même, y compris l’analyse de marché, mais cela me demandait trop de temps. J’ai fait un essai concluant avec Captain Farmer, et je me fie désormais à leurs conseils pour le rythme de mes ventes. L’analyse de marché est un métier à part entière. Lire des notes avec le café du matin, cela ne suffit pas pour prendre les bonnes décisions ! Avec l’année très particulière que nous vivons, je n’aurais pas réussi à atteindre tout seul les prix que j’ai obtenus en suivant les préconisations du cabinet de conseil.

Les ventes engagées avant récolte apportent la trésorerie dont j’ai besoin pour régler mes fournisseurs à la moisson. Les grosses annuités se situant à la fin de l’année, je peux y faire face avec les ventes que j’effectue après la récolte. Je stocke environ 200 tonnes, le reste commercialisé en prix ferme est mis en dépôt chez l’OS à la moisson. Je me renseigne pour accroître mes capacités de stockage, car stocker à la ferme peut permettre d’obtenir des bases supérieures. »

Collecte de 700 tonnes de blé, 100 t d’orge de printemps, 150 t de maïs et 30 t de tournesol.

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

septembre 2021, plaine de Versailles. Couvert d'interculture, mélange multiespèce
Jachère 2024 et PAC : questions/réponses pour ne pas se faire avoir

La réglementation de la PAC concernant les infrastructures agroécologiques ne s'appliquera pas en 2024. L'implantation de…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Simon Avenel, agriculteur à Goderville (76),"La marge économique dégagée par le miscanthus à l'hectare est supérieure à celle du blé ou du colza grâce à la ...
Lutte contre l’érosion : « J’ai implanté 7 kilomètres de bandes de miscanthus pour faire obstacle au ruissellement »

Agriculteur à Goderville (Seine-Maritime), Simon Avenel a réduit la taille de ses parcelles et planté du miscanthus en…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures