Aller au contenu principal
Font Size

Choix variétal : la suprématie des blés BPS, bien partie pour durer

Les blés panifiables supérieurs (BPS) monopolisent les surfaces, alors que le débouché de la panification française pèse moins de 15 % du marché. Des questions émergent sur l’intérêt de regagner en diversité, mais butent sur la capacité d’allotement des OS.

Parcelle d'essai chez un semencier. Environ 70 % de la sole de blé tendre française est constituée de variétés BPS. Difficile aujourd'hui de développer des blés BP ou BAU. © C. Gloria
Parcelle d'essai chez un semencier. Environ 70 % de la sole de blé tendre française est constituée de variétés BPS. Difficile aujourd'hui de développer des blés BP ou BAU.
© C. Gloria

La stratégie « tout BPS » est-elle victime de son succès ? Depuis plus de vingt ans, la filière française encourage le choix de variétés de blé BPS (blés panifiables supérieurs). Et cela a fonctionné. Cette catégorie accapare 70 % des surfaces de blé de l’Hexagone. Pour la récolte 2019, huit des dix variétés les plus cultivées étaient BPS, les deux autres étant des blés panifiables courants (BP). Aucun BAU (blés destinés à d’autres usages) n’a fait partie du top ten depuis 2013. Au risque de se priver d’une certaine diversité ?

répartition des différentes classes de blé dans l'assolement français
Les BPS couvrent 70 % de la sole française de blé, et les blés panifiables courants environ 28 %. Les blés non destinés à un usage meunier représentent à peine 2 % des surfaces.

L’inscription au catalogue sous haute influence meunière

Car si BPS est devenu synonyme de qualité, il s’agit d’une qualité meunière bien spécifique, reflétée par une bonne note de panification lors des tests d’inscription au catalogue français. « La panification reste au cœur de l’évaluation variétale, explique Benoît Méléard, responsable du pôle qualité d’Arvalis. Le test de panification est déterminant car le rendement exigé à l’inscription dépend de la classe technologique. Cela tend à faire oublier que d’autres catégories peuvent répondre à certains usages. » Et rend très difficile le développement de blés « non BPS » sur le terrain.

Une situation que confirme Florent Cornut, responsable développement chez le semencier Secobra. « BPS est une classification qui correspond aux besoins de la meunerie française, soit environ 13 % du débouché des blés tricolores, rappelle le sélectionneur. Le problème, c’est qu’un blé qui n’est pas inscrit BPS fait peur aux coops, négoces, chambres d’agriculture… Certaines coops ne testent même pas les variétés qui ne sont pas BPS. »

Être BPS n’est pas la panacée pour tous les débouchés

Du côté de la transformation, être catalogué BPS n’est pourtant pas forcément la panacée. Les fabricants d’aliments du bétail cherchent avant tout du prix, de la qualité sanitaire et, si possible, de la protéine. Ce débouché représente environ 5 millions de tonnes (Mt) chaque année en France, contre environ 3 Mt pour le débouché domestique de la panification. S’y ajoutent plus de 2 Mt de blé français qui partent nourrir les animaux au Benelux. En amidonnerie non plus, la note de panification n’est pas une préoccupation. « BP, BAU, BPS… Cette classification ne nous importe pas, lance Alexis Tordeur, responsable du service agronomique chez Tereos. L’amidonnerie française a besoin de blé répondant aux critères standards en poids spécifique, Hagberg, humidité et grains cassés, sans mycotoxines ni insectes de stockage, avec le plus possible de protéines. »

Même pour l’export à destination des pays tiers, majoritairement destiné à la meunerie, les BPS ne sont pas une assurance tout risque. « La récolte 2016 a été un tournant, explique François Gâtel, de France Export Céréales. Des acheteurs traditionnels de blé français, notamment en Afrique subsaharienne, ont été contraints de se tourner vers d’autres origines et ont trouvé dans les blés de la mer Noire des aspects qualitatifs qu’ils ne trouvaient pas dans le blé français. Ce dernier était auparavant une évidence, il est devenu une option face à d’autres origines. Le fait d’être BPS n’est pas une garantie. Certains BPS ont d’ailleurs été identifiés comme problématiques en mélange à l’export à cause de conditions de panification différentes de celles de la France. »

« Se garder toutes les portes ouvertes avec les BPS »

Alors, comment expliquer ce plébiscite pour les BPS ? La réponse est à chercher du côté des organismes collecteurs, à la fois metteurs en marché et prescripteurs de variétés auprès des agriculteurs. « Il y a effectivement une impulsion donnée depuis plusieurs années de la part des OS sur la qualité, la protéine et les BPS, reconnaît Philippe Pluquet, responsable technique des productions végétales de la coopérative Noriap, qui collecte environ 1 Mt de blé dans les Hauts-de-France et en Seine-Maritime. Cela envoie un signal aux sélectionneurs qui cherchent donc principalement dans cette direction. »

Philippe Pluquet (Noriap) présente les nouvelles variétés de blé tendre 2020

Faire la part belle aux BPS relève de la gestion du risque. « Le système actuel est la conséquence des limites de chaque maillon de la chaîne, analyse le technicien. Au moment de semer, l’agriculteur ne sait généralement pas où va aller son blé. Dans un bateau vers l’Égypte ? Vers la meunerie industrielle ? Un petit meunier local ? Il faut donc pouvoir garder toutes les portes ouvertes. Cela a un coût, mais c’est une forme d’assurance. Notre vocation est d’apporter de la valeur ajoutée à nos adhérents, et c’est avec la qualité que l’on y parvient. » Surtout, comme plusieurs de ses homologues, Philippe Pluquet souligne que « des variétés BPS comme Chevignon et KWS Extase sont très productives et tolérantes aux maladies. Cette équation a été résolue ».

L’accélération des moissons complique l’allotement

Limiter les risques, c’est aussi l’approche d’Emmanuel Bonnin, chez Soufflet Agriculture. « Je ne m’interdis pas de tester des blés qui ne seront pas BPS s’ils apportent de la productivité ou des atouts agronomiques, par exemple en économisant des passages de phyto, explique le spécialiste du service technique. Il faut toutefois un blé qui ne dégrade pas la collecte de blé d’un secteur en lien avec les débouchés locaux. Si l’on doit faire un effort d’allotement, ce ne sera pas pour un blé fourrager mais plutôt pour un blé qui valorise les débouchés de qualité comme les blés filières.. »

À la coopérative lorraine Lorca, qui expédie une grande partie de son blé vers des meuniers européens, « la collecte doit être la plus meunière possible », résume le responsable semences Vincent Heip. Pour lui, référencer un BAU ferait courir le risque d’une dégradation de la qualité d’une cellule, l’excluant du débouché export. « On n’a pas la capacité de trier les BAU à la récolte, donc c’est éliminatoire, explique Vincent Heip. La moisson se fait chez nous sur un laps de temps très court, avec environ 70 % de la collecte en trois jours. On sait trier le tout-venant meunier, isoler d’éventuels lots à problèmes, par exemple fusariés, mais on n’a pas la capacité d’aller au-delà. » Autrement dit, dans la guerre des dictons, « qui peut le plus peut le moins » l’emporte sur « le mieux est l’ennemi du bien ».

Faire rimer BPS, rendement et qualités agronomiques, le défi des semenciers

Travailler sur des variétés BPS pour répondre au marché ajoute de la complexité pour cumuler toutes les caractéristiques attendues d'une variété. © G. Omnès
Travailler sur des variétés BPS pour répondre au marché ajoute de la complexité pour cumuler toutes les caractéristiques attendues d'une variété.

Sacrifie-t-on certains critères agronomiques ou le potentiel de rendement sur l’autel des BPS ? Pour Florent Cornut, de Secobra, « plus vous ajoutez de critères pour une variété, plus il est difficile de tous les réunir. Pourtant, si vous avez une variété qui est bonne en protéines, en PS, solide agronomiquement, mais moyenne en note de panification, pourquoi s’en priver ? »

Delphine Taillieu, sélectionneur blé tendre chez Florimond Desprez, est plus modérée. « Si l’on veut répondre au marché, on est obligé de travailler avec des variétés BPS, mais je n’ai pas le sentiment que l’on se prive de quelque chose, même si l’on ajoute un niveau de complexité supérieur pour cumuler toutes les caractéristiques attendues. »

Même constat pour Laurent Druesne, chef de marché RAGT céréales et protéagineux : « On peut avoir des variétés BPS très performantes agronomiquement et en qualité, c’est le cas avec la première variété du marché. Depuis trente ans, le profil des variétés a fortement progressé et cela pour tous les critères, en maladies, en potentiel et en qualité. »

BPS, BP et BAU, trois catégories qualitatives à l’inscription

Chaque variété inscrite au catalogue français est associée à une classe de qualité. Les variétés recevant les meilleures notations pour ce paramètre, largement influencé par le test de panification française, se voient attribuer la catégorie BPS (blé panifiable supérieur). Viennent ensuite les blés panifiables courants (BP), puis les blés autres usage, non dédiés à la panification. Les différents critères testés apportent des bonus ou des malus aux variétés. Une variété classée BPS devra atteindre 102 % du rendement des témoins pour prétendre à l’inscription, tandis qu’un BP devra se hisser à 104 %, et 107 % pour un BAU. Inscrire un BAU est donc possible, mais l’apport en rendement doit être très élevé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Jaunisse sur betterave
Crise/betteraves : le gouvernement ouvre la porte à l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes
Le ministère de l'Agriculture annonce qu'il fera une proposition législative pour permettre d'utiliser des traitements de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures