Aller au contenu principal

« Avec une bonne irrigation, je gagne au minimum 15 q/ha en blé »

Agriculteur à Ventouse (Charente), Frédéric Lemasson irrigue une partie de son blé tendre avec l'aide de sondes tensiométriques pour positionner au mieux les tours d'eau.

Frédéric Lemasson, agriculteur à Ventouse (Charente)« Généralement, l’irrigation du blé se résume à un ou deux tours d’eau, l’un en avril et l’autre en mai. »
Frédéric Lemasson, agriculteur à Ventouse (Charente)« Généralement, l’irrigation du blé se résume à un ou deux tours d’eau, l’un en avril et l’autre en mai. »
© Coop de Mansle

« L’utilisation de sondes tensiométriques Watermark installées à 30 cm de profondeur dans le sol me permet de déterminer à quel moment je dois déclencher l’irrigation sur mes blés, tout en tenant compte des prévisions météorologiques. Généralement, l’irrigation du blé se résume à un ou deux tours d’eau, l’un en avril et l’autre en mai, en augmentant un peu le volume d’eau apporté si les conditions sont séchantes. Les informations de ces sondes sont envoyées à la chambre d’agriculture de Charente pour le bulletin d’info Irrigation des adhérents.

Dans une situation comme cette année où nous avons eu 43 mm de pluie en trois jours du 7 au 9 avril, il n’y a pas eu besoin d’apporter de l’eau, alors que les sondes indiquaient un besoin quelques jours avant. En 2015, deux apports d’eau ont été réalisés les 23 avril (stade dernière feuille étalée) et 23 mai (fin floraison) avec 25 mm et 35 mm respectivement. Une bonne irrigation du blé permet de gagner au minimum 15 q/ha comparé à une culture en sec qui produit 50 à 60 q/ha sur nos terres de groies. Sur maïs, nous faisons en moyenne 7 tours d’eau de 30 mm pour un rendement le plus souvent de 110 à 115 q/ha.

L’eau utilisée provient de réserves bâchées remplies l’hiver. Nous ne sommes donc pas soumis à restrictions. Cette année, nous subissons une augmentation des coûts d’électricité de près de 40 % entre 2021 et 2022 sur les tarifs heures pleines d’été, alors qu’ils étaient plutôt stables depuis 2015. Pour l’irrigation du maïs, cela correspond à un surcoût de 2000 euros sur la base de la consommation d’électricité de 2021. »

GAEC Lemasson (Frédéric et Christophe) : 307 ha dont 90 de maïs irrigué, 80 de blé tendre (dont 40 irrigués), 36 de tournesol, 40 de colza, 28 d’orge d’hiver. Sols argilo-calcaires (groies) à réserve utile faible et terres rouges à silex.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

PAC 2023 : Les derniers arbitrages du PSN toujours en discussion
Les assolements qui se décident actuellement seront déterminants pour le respect des obligations liées à la conditionnalité et…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Un apport d'eau à début floraison est incontournable pour améliorer le rendement du tournesol.
Tournesol : bien piloter l’irrigation pour gagner des quintaux
Bien que relativement tolérant à la sécheresse, le tournesol valorise l’irrigation. Un bon pilotage de deux ou trois tours d’eau…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Une graminée comme l'orge de printemps dans la betterave montre un effet perturbateur pour l'installation de pucerons.
Jaunisse de la betterave : résultats encourageants avec les plantes compagnes
Depuis deux ans, diverses solutions de lutte contre la jaunisse de la betterave sont testées sur le terrain au travers d’un plan…
Le dimensionnement de l'unité et la sécurisation du plan d'approvisionnement du méthaniseur sont des éléments déterminants dans un contexte de rentabilité très fragilisée de la méthanisation agricole.
Méthanisation agricole : adapter son projet à une rentabilité incertaine
La baisse des tarifs d’achat du gaz et la hausse des coûts fragilisent la rentabilité des nouveaux projets de méthanisation,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures