Aller au contenu principal

« Avec la filière blé La Belle Terre, j’espère une marge proche de celles des semences »

Mickaël Proust, agriculteur sur 300 ha de grandes cultures à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres), cultive du blé pour la filière La Belle Terre qui exclut les phytosanitaires entre la levée et la récolte. Le cahier des charges n’est pas aussi drastique qu’en bio, mais dégage une valeur ajoutée significative.

Mickaël Proust s'est engagé dans la filière La Belle Terre pour augmenter la valeur ajoutée de son blé, sans avoir à passer au bio, inadapté à son parcellaire morcelé de 300 hectares. © V. Bargain
Mickaël Proust s'est engagé dans la filière La Belle Terre pour augmenter la valeur ajoutée de son blé, sans avoir à passer au bio, inadapté à son parcellaire morcelé de 300 hectares.
© V. Bargain

« Je suis seul sur un parcellaire éclaté de 300 hectares, mon exploitation n’est donc pas adaptée au bio. J’ai choisi de réduire mes coûts de production en mutualisant matériel et main-d’œuvre avec un voisin, et de me diversifier, pour limiter les risques, avec des cultures à forte valeur ajoutée. Je cultive 13 espèces, dont 60 ha de semences de soja, betterave sucrière, blé tendre, blé dur, orge et pois… Je me suis engagé dans la filière La Belle Terre en 2020, pour augmenter la valeur ajoutée sur le blé. En 2021, j’en cultive 5 ha, avec Absalon sur 3 ha et Izalco sur 2 ha.

Toutes les parcelles ne conviennent pas pour ce cahier des charges. En 2020, je n’avais pas ciblé les bonnes parcelles et le résultat avait été décevant. En 2021, j’ai retenu des parcelles propres, notamment sans graminées qui posent de plus en plus de problèmes. J’ai positionné le blé après un maïs, qui casse le cycle des adventices des cultures d’hiver. Je dois aussi veiller à ne pas salir la parcelle, ce qui nuirait aux cultures suivantes. Au maximum, je peux en faire 10-15 ha.

J’ai semé ce blé à 350 grains/mètre carré au 17 novembre, plus tard que la période de semis habituelle du 15 au 30 octobre, afin de limiter l’enherbement. J’ai fait un désherbage en post-semis prélevée. Je peux ensuite utiliser la herse étrille de la Cuma, mais je n’en ai pas eu besoin en 2021. La seule intervention a été un apport de soufre contre la septoriose. Mon épandeur d’engrais de 36 mètres de large est équipé d’un système de modulation de dose. En 2021, j’ai apporté 162 unités d’azote sur Absalo, 190 uN sur Izalco, et 140 kg/ha de 18-46.

Un objectif de rendement de 55-60 q/ha

En moyenne, mon rendement en blé est de 65 q/ha. En blé La Belle Terre, mon objectif est de 55-60 q/ha. Cela permettrait une marge équivalente à celle du blé semence. De telles pratiques sont intéressantes en termes d’image et répondent aux attentes sociétales. »

100 ha de blé tendre, 43 ha de maïs, 33 ha d’orge, 26 ha de colza, 24 ha de tournesol, 20 ha d’œillette, 17 ha de pois protéagineux, 15 ha de lin oléagineux, 10 ha de luzerne, 8 ha de blé dur, 8 ha de pois potager, 6,5 ha de betterave sucrière, 6 ha de soja.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Le règlement actuel des ZNT s’applique jusqu'à publication des nouveaux textes si la charte est toujours sur le site de la préfecture. Cela devrait être encore le cas au moment des désherbages d'automne.
Semis 2021 : devez-vous prévoir des ZNT de 10 mètres ?
Le Conseil d’Etat demande le durcissement sur plusieurs points de la réglementation des zones de non-traitement, à formaliser d’…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures