Aller au contenu principal

« Avec la filière blé La Belle Terre, j’espère une marge proche de celles des semences »

Mickaël Proust, agriculteur sur 300 ha de grandes cultures à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres), cultive du blé pour la filière La Belle Terre qui exclut les phytosanitaires entre la levée et la récolte. Le cahier des charges n’est pas aussi drastique qu’en bio, mais dégage une valeur ajoutée significative.

Mickaël Proust s'est engagé dans la filière La Belle Terre pour augmenter la valeur ajoutée de son blé, sans avoir à passer au bio, inadapté à son parcellaire morcelé de 300 hectares. © V. Bargain
Mickaël Proust s'est engagé dans la filière La Belle Terre pour augmenter la valeur ajoutée de son blé, sans avoir à passer au bio, inadapté à son parcellaire morcelé de 300 hectares.
© V. Bargain

« Je suis seul sur un parcellaire éclaté de 300 hectares, mon exploitation n’est donc pas adaptée au bio. J’ai choisi de réduire mes coûts de production en mutualisant matériel et main-d’œuvre avec un voisin, et de me diversifier, pour limiter les risques, avec des cultures à forte valeur ajoutée. Je cultive 13 espèces, dont 60 ha de semences de soja, betterave sucrière, blé tendre, blé dur, orge et pois… Je me suis engagé dans la filière La Belle Terre en 2020, pour augmenter la valeur ajoutée sur le blé. En 2021, j’en cultive 5 ha, avec Absalon sur 3 ha et Izalco sur 2 ha.

Toutes les parcelles ne conviennent pas pour ce cahier des charges. En 2020, je n’avais pas ciblé les bonnes parcelles et le résultat avait été décevant. En 2021, j’ai retenu des parcelles propres, notamment sans graminées qui posent de plus en plus de problèmes. J’ai positionné le blé après un maïs, qui casse le cycle des adventices des cultures d’hiver. Je dois aussi veiller à ne pas salir la parcelle, ce qui nuirait aux cultures suivantes. Au maximum, je peux en faire 10-15 ha.

J’ai semé ce blé à 350 grains/mètre carré au 17 novembre, plus tard que la période de semis habituelle du 15 au 30 octobre, afin de limiter l’enherbement. J’ai fait un désherbage en post-semis prélevée. Je peux ensuite utiliser la herse étrille de la Cuma, mais je n’en ai pas eu besoin en 2021. La seule intervention a été un apport de soufre contre la septoriose. Mon épandeur d’engrais de 36 mètres de large est équipé d’un système de modulation de dose. En 2021, j’ai apporté 162 unités d’azote sur Absalo, 190 uN sur Izalco, et 140 kg/ha de 18-46.

Un objectif de rendement de 55-60 q/ha

En moyenne, mon rendement en blé est de 65 q/ha. En blé La Belle Terre, mon objectif est de 55-60 q/ha. Cela permettrait une marge équivalente à celle du blé semence. De telles pratiques sont intéressantes en termes d’image et répondent aux attentes sociétales. »

100 ha de blé tendre, 43 ha de maïs, 33 ha d’orge, 26 ha de colza, 24 ha de tournesol, 20 ha d’œillette, 17 ha de pois protéagineux, 15 ha de lin oléagineux, 10 ha de luzerne, 8 ha de blé dur, 8 ha de pois potager, 6,5 ha de betterave sucrière, 6 ha de soja.

Les plus lus

Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
« la confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doivent orienter les actions publiques vers une meilleure protection des populations », affirment les experts de l'Inserm. © V. Marmuse
Pesticides et santé : nouvelle « confirmation de présomptions fortes de liens » avec certaines maladies (Inserm)
L’expertise réactualisée de l’Inserm « confirme la présomption forte d’un lien entre l’exposition aux pesticides et six…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures