Aller au contenu principal
Font Size

[Coronavirus Covid-19] Circuits courts : les réseaux des agriculteurs bio mobilisés

Dans toute la France, les réseaux des producteurs bio sont sur le pont pour faciliter la commercialisation des productions bio en circuits courts, mise à mal par les mesures de lutte contre le Covid-19.

© X. Delbecque

« Cette crise nous ébranle et nous rappelle que la diversité est la clé, à la fois diversité dans les productions mais aussi dans les méthodes de commercialisation », indiquait Jean-Paul Gabillard, secrétaire national légumes à la Fédération nationale d'agriculture biologique (Fnab), en réaction à l'interdiction des marchés en France. Si, depuis, de nombreux marchés ont rouvert, la production bio commercialisée en circuits courts n'en reste pas moins très impactée par la situation. « Dans la crise il nous faut inventer de nouvelles solidarités », préconisait la Fnab le 26 mars.

La mobilisation des réseaux bio français est forte, afin de faciliter la commercialisation des produits en circuits courts tout en respectant les nouvelles mesures sanitaires. Avec des solutions déjà existantes avant la crise mais aussi des initiatives nouvellement mises en place. La Fnab et la Confédération paysanne listent ainsi les solutions expérimentées suite à la fermeture de nombreux marchés ainsi que leurs statuts juridiques : épiceries ambulantes, vente directe sur les fermes, marchés à la ferme, vente en ligne, AMAP… Vous pouvez retrouver ici ce document, mis à jour régulièrement. Le site bonplanbio.fr, destiné aux consommateurs voulant trouver des produits bio près de chez eux, recense plus de 1000 points de vente dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Grand-Est et Pays de la Loire.

Les initiatives essaiment dans toute la France, menées par les producteurs ou associations de producteurs régionales et départementales. En région Auvergne-Rhône-Alpes, l'association des producteurs bio du Rhône et de la Loire (Ardab) propose sur sa page facebook, un fichier à disposition des producteurs qui ont du mal à commercialiser. Ceux-ci sont invités à renseigner les produits qu'ils ont à vendre, leur conditionnement, les volumes, le système de vente (livraison, point de dépôt). « L'Ardab va envoyer ce fichier, avec vos coordonnées, à tous ses contacts : magasins bio, points de vente, collectivités, restauration collective continuant ses activités (ehpad...) », indique l'association sur sa page facebook.

Cartes interactives et notes de situation

Plusieurs cartes interactives sont mises en ligne par les associations locales, afin de situer géographiquement les producteurs bio en vente directe, comme celle d'Interbio Franche Comté, ou encore celle d'Agrobio Périgord. Cette dernière recense les points relais de paniers bio/AMAP en Dordogne et localise les producteurs bio en vente directe du département, en fonction des produits qu'ils commercialisent : fruits et légumes, viandes et œufs, lait et produits laitiers, PPAM, vins… Les producteurs qui souhaitent apparaître sur la carte peuvent en faire facilement la demande. La Fédération départementale des CIVAM du Gard a également créé une carte participative, recensant les circuits courts fermiers dans toute la France.

En Nouvelle-Aquitaine, la plateforme www.agribiolien.fr permet aux producteurs de la région, cherchant à écouler leurs stocks invendus ou en surplus, de publier une annonce gratuitement afin d'être mis en relation avec des magasins alimentaire en quête de produits bio. Dans la région Centre-Val de Loire, l'association Bio Centre garde le contact pendant cette période de crise en publiant depuis le 20 mars des notes de situation régionale, pour les producteurs et pour l'aval, qui propose des éléments de compréhension et de suivi de la situation de l’agriculture bio régionale.

 

A lire aussi :

Les marchés alimentaires rouvrent dans toute la France mais des inquiétudes demeurent

A Angers, une initiative pour aider les maraîchers à vendre leur production

3 questions pratiques sur la vente directe

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes