Aller au contenu principal

Pommes et poires : l’ANPP confirme une bonne récolte dans un contexte européen de déficit

La France confirme ses chiffres d’une bonne récolte de pommes. La tempête Aline n’a pas eu de conséquences notables sur les vergers. Le marché de ce début de campagne est bien orienté pour le frais, en particulier l’export.

L'ANPP annonce une récolte française à 1,5 million de tonnes de pomme, en hausse de +8 % sur un an et de +10 % sur trois ans.
© ANPP

Alors que les prévisions de récolte de pommes et poires en Europe ont été revues à la baisse par Wapa-Association mondiale des pommes et des poires-, l’Association Nationale Pomme Poire annonce, elle, le 20 octobre, des chiffres actualisés présageant d’une bonne récolte pour la France.

Lire aussi : Pomme et poire : où se situe la France pour la récolte 2023 ?

En poires, la situation reste inchangée avec une petite récolte de l’ordre de 105 000 tonnes. 

En pommes, si localement, on peut avoir des écarts importants par rapport à la prévision, le résultat national final reste le même qu’en août avec une récolte 2023 estimée aux alentours de 1,5 million de tonnes. C’est une progression de 8 % par rapport à 2022 et de 10 % par rapport à la moyenne des 3 dernières années. 

L’ANPP précise à FLD que la tempête Aline de ces derniers jours n’a pas eu de conséquences notables sur les vergers. « Cela reste très marginal et localisé, donc pas d’impact sur les chiffres nationaux à ce stade ».

 

Pommes : d’avantage de variétés club et de terroir

L’ANPP précise par ailleurs qu’en pomme les situations sont très différentes en fonction des territoires et des variétés.

  • Le Sud-Est (Provence et Alpes) se caractérise par une récolte sensiblement plus faible qu’annoncée.
  • Le Sud-Ouest et le Limousin sont globalement en phase avec les prévisions de début août.
  • Le Val de Loire se distingue par une récolte plus abondante que prévue. 

Conséquences de ces variations : une disponibilité légèrement plus faible des variétés internationales (Golden, Gala, variétés rouges) mais légèrement plus forte pour les variétés clubs (principalement Pink Lady) et les variétés terroirs (Belchard Chantecler ou Reinette grise du Canada). 

 

Un marché de début de saison bien orienté pour le frais

« Sur ce début de saison, le marché tant en frais qu’en industrie est dynamique et les cours sont fermes, avec une bonne activité pour le frais, particulièrement à l’export », affirme l’ANPP.

Lire aussi : Pomme : pourquoi les volumes de pomme pour la compote sont limités et chers ? 

 

Et en Europe ?

Selon les prévisions de Wapa, la récolte européenne 2023, marquée par des aléas climatiques d’ampleur en août et septembre, s’établirait à 11 millions de tonnes au maximum (-6,7 % comparé à 2022). « En considérant que le point d’équilibre se situe à 12 millions de tonnes pour l’Europe, il faudra donc faire face à un déficit global mais plus prégnant sur le marché du jus concentré (où  la faible récolte de pomme en Chine se combine à un déficit réel de production en orange et une demande soutenue à l’échelle mondiale) », analyse l’ANPP.

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes