Aller au contenu principal

Agrumes
Les grandes ambitions du groupe Peruzzo pour la clémentine Fine de Calabre

Le spécialiste des fruits et légumes italiens ambitionne de propulser la clémentine Fine de Calabre sur le marché français. Encore méconnue, cette variété italienne ressemble beaucoup à la Fine de Corse, mais se vend beaucoup moins chère.  

Clémentines de Calabre
© Groupe Peruzzo

Alors que la saison des petits agrumes entre dans son pic d’hiver, le groupe Peruzzo, basé à Chateaurenard et spécialisé dans l’import et la distribution de produits italiens sur le marché fançais, a revendiqué mi-novembre avoir l’ambition de « propulser sur le marché français la clémentine Fine de Calabre ».

Fine de Calabre vs Fine de Corse : même goût, prix différent

« Nous nous sommes rendus compte que sur le marché français, la clémentine de Calabre vivait dans l’ombre de la clémentine Corse, reconnue pour son excellente qualité, et la clémentine espagnole, privilégiée pour son faible prix, explique Tony Saglietto, directeur de Peruzzo. Aujourd’hui, 8 Français sur 10 n’ont jamais goûté une clémentine de Calabre alors qu’elle obtient un score gustatif exceptionnel selon nos études comparatives. Alors qu’elles sont très similaires, la Fine de Calabre est moins chère à l’achat que la clémentine Fine de Corse (2,39 €/kg contre 4,99 €/kg, prix de détail GMS selon le RNM) en raison d’une notoriété moins grande. Notre stratégie est de faire connaître et gouter le plus possible cette clémentine au consommateur. »

Des volumes en croissance sur le marché français

Le groupe Peruzzo a commercialisé 100 t sur le marché français en 2017, 160 t en 2018, 250 t en 2019. « Nos volumes augmentent chaque année, car lorsque nous réussissons à convaincre un magasin de commercialiser notre clémentine de Calabre, il nous suit les saisons suivantes car le consommateur est satisfait du bon rapport qualité/prix de cette clémentine. Pour 2020, la saison commence plutôt bien avec déjà 90 t mises en marché au 26 novembre. Nous espérons atteindre les 400 t cette saison. » 

barquette clem calabre
Afin de la différencier en rayon des autres clémentines, Peruzzo propose la Fine de Calabre en barquette en carton avec anse de 850 g, sous sa marque Bo & Bon. (c) Groupe Peruzzo

La Fine de Calabre bientôt en bio

Afin de la différencier en rayon des autres clémentines, Peruzzo propose la Fine de Calabre en barquette en carton avec anse de 850 g, sous sa marque Bo & Bon. « Et nous sommes en train de convertir notre exploitation en 100 % biologique. A ce jour, 20 ha le sont déjà sur les 70 ha de clémentines. Nous prévoyons d’ici peu de créer la marque Bo & Bon Bio dédiée à la clémentine Bio de Calabre. » 

Le groupe Peruzzo, via son entreprise agricole l’Agricola Peruzzi, cultive une centaine d’hectares d’agrumes de Calabre, dont 70 pour la clémentine, à Rosarno (au sud de la Calabre). Le groupe est associé avec la société F.LLI CARERI Societa Cooperativa Agricola SRL depuis quatre ans. « Nous produisons environ 3000 t de clémentine de Calabre chaque année et nous commercialisons uniquement les clémentines de notre propre production sur le marché français », précise Tony Saglietto. Nous commercialisons les gros calibres (1, 2 et 3) principalement sur le marché interne italien : Milan, Turin, Brescia, Rome, Vérone, Florence. Les petits calibres (4 et 5) sont commercialisés vers les Pays de l’Est (Lituanie et Pologne). 

Une variété historique sous IGP

Historiquement cultivée dans la région de Calabre, au sud-ouest de l’Italie, la variété “Fine de Calabre” est issue d’un croisement entre la mandarine et l’orange amère. Juteuse, elle a une peau très fine comparable à celle de la clémentine de Corse. Elles sont également assez similaires au niveau gustatif avec un taux de Brix de 14. La récolte commence début novembre et se termine généralement vers la fin du mois de Janvier. Elle bénéficie d’une IGP et 411 000 t sont produites chaque année par la Calabre.

calabre
En Calabre, la clémentine bénéficie d'une IGP. Le Groupe Peruzzo la cultive sur 70 ha dont déjà 20 ha en bio. (c) Groupe Peruzzo

Les plus lus

Négoce de pommes de terre : pourquoi le réseau Vitalis, groupe familial, ouvre son capital ?
Le réseau Vitalis ambitionne de développer de nouveaux relais de croissance et pour accompagner le changement d’échelle, s’ouvre…
Cerise : une hausse de 2% de la production en 2023
Selon les premières estimations d’Agreste, la production de cerises françaises devrait progresser de 2% en 2023, par rapport à…
Serres chauffées bio : que vient de recommander le rapporteur public au Conseil d’Etat ?
Le rapporteur public Thomas Pez-Lavergne a rendu son avis sur l'interdiction temporaire annuelle de commercialisation de légumes…
Nouvelle Aquitaine : quelles sont les ambitions des « Nouvelles Fermes » pour le maraîchage en aquaponie ?
La jeune pousse bordelaise veut développer son modèle de production à d’autres métropoles en France
Avec la nouvelle réglementation, en 2025 toutes les serres chauffées en conversion ou certifiées AB avant janvier 2020 devront utiliser des énergies renouvelables.
Tomate bio : les producteurs doivent s'adapter à la réglementation sur les serres chauffées
La réglementation concernant le chauffage des serres en bio évolue en 2025, et les producteurs doivent s’adapter.
Serre de tomates en Bretagne
Plan de souveraineté fruits et légumes : « Que les entreprises se mobilisent et candidatent à l’appel à projets sur les équipements innovants ! »
Une vague d'appels à projets aux TPE-PME de la filière fruits et légumes et pommes de terre pour investir dans des équipements…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes