Aller au contenu principal

La Charrette offre des solutions pragmatiques pour le transport en circuits locaux

Premier réseau logistique national consacré aux circuits courts, La Charrette a lancé, récemment, sa bourse de fret avec succès.

2 000 opérateurs transport, 7 000 producteurs et depuis peu même des transformateurs convaincus que l’avenir est au local et aux petits volumes nécessitant une nouvelle approche de la logistique, travaillent avec La Charrette.
© La Charette

Dans le domaine des circuits courts ou de proximité, les projets de livraison en BtoC ne manquent pas, mais la question est tout autre lorsqu’il s’agit de mettre en place cela entre le fournisseur et le client professionnel. Les contingences sont les mêmes quel que soit le volume considéré. C’est ce constat qu’ont fait Laura et Marie Giacherio en lançant, en 2017, la start-up La Charrette.

Si le projet original tournait autour d’un système de livraison aux particuliers, celui-ci a rapidement évolué vers une  offre dédiée BtoB. « Nous avons compris qu’il existait un marché pour la livraison professionnelle en circuit court car, en 2019, cela n’existait simplement pas ! », explique Laura Giacherio.

Nécessaire mutualisation

De fait, le circuit court ou local se caractérise souvent par de petits volumes par fournisseur qui rendent difficile la massification des produits et, en fin de compte, n’intéressent pas les grands transporteurs. Du coup, les volumes faibles ne s’intégraient pas dans les schémas de la logistique longue. De plus, les producteurs attendaient aussi d’un tel système qu’il leur permette d’augmenter leur portefeuille clients. Face aux tentations d’internaliser sa fonction transport – le producteur prend son camion pour livrer – ou de la transférer totalement à une entreprise tierce, La Charrette se positionne comme un réseau de logisticiens spécialisés dans les circuits locaux.

Cependant, contrairement au domaine industriel, il a fallu faire preuve d’innovations, les grands opérateurs de transport n’ayant pas la flexibilité, ni parfois le temps, de traiter ces volumes. « Nous avons mis en place plusieurs modèles différents. Cela peut passer pas du Cross-Docking entre deux camions, de la préparation de commandes directement dans le camion ou l’installation d’un espace déporté chez le producteur. L’important est de pouvoir proposer la logistique la plus adaptée à la demande spécifique des  circuits locaux », détaille Laura Giacherio.

Bourse de fret spéciale circuits courts

Après ces développements, l’entreprise a lancé, l’automne dernier, une bourse de fret destinée aux circuits courts. L’idée est simple sur le papier : au travers du site lacharrette.org, un producteur ou un transporteur local pour une livraison simple ou la mise  en place d’une tournée envoie directement sa demande sur la plate-forme Web qui traduit les demandes reçues en demandes de transport logistique détaillées.

La réalisation de la prestation peut s’effectuer par un producteur assurant la colivraison ou une entreprise spécialisée. « Nous nous sommes tournés vers des facilitateurs – petits grossistes, transporteurs locaux, groupements de producteurs, plates formes dématérialisées – afin d’organiser les flux entre les producteurs et les acheteurs professionnels », souligne Laura Giacherio. La proposition a, de toute évidence, suscité l’intérêt : pratiquement 2 000 transporteurs et 7 000 producteurs adhérent et utilisent cette bourse de fret, qui est active sur la région Rhône-Alpes, l’Occitanie et la Bretagne.

« Elle permet également de renforcer la place des produits locaux et – par là même – répondre à cette demande des producteurs cherchant à étendre leur clientèle. Par exemple, dans le cadre d’une tournée de livraison auprès de restaurateurs lyonnais, nous sommes à même de proposer des produits locaux dans les alentours », précise-t-elle. Aujourd’hui, l’objectif de la start-up La Charrette est d’automatiser totalement l’activité. L’entreprise est en recherche de fonds pour passer à ce stade supérieur.

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes