Aller au contenu principal

Variétés, paillage biodégradable, substrats : trois nouveaux essais fraise mis en place par l'Aprel

L’Aprel a mis en place cette année trois nouveaux essais « conduite » sur fraisier : un essai variétés conduit en bio, un essai sur un paillage biodégradable, et un essai sur la longévité des nouveaux substrats.

L’Aprel a poursuivi ses essais délocalisés chez les producteurs de fraise, tout en adaptant ses consignes pour les visites des parcelles expérimentales ouvertes aux producteurs. « A côté des essais variétaux traditionnels (1), nous avons voulu mettre en place un essai en bio, avec des variétés comme Cléry, Dream ou Magnum, complétées par deux variétés sous numéro récentes en trayplant, pour voir comment toutes ces variétés se comportaient en conduite bio », annonce Elodie Derivery, chargée d’expérimentation à l’Aprel, lors d’une première rencontre organisée mi-avril à Mazan dans le Vaucluse. « Cette culture est donc conduite en sol. Les fraisiculteurs ont moins de marge de manœuvre sur les moyens de protection, en particulier pour lutter contre les pucerons. Et c’est un peu moins poussé en fertilisation également », précise-t-elle.

Voir comment se comporte un paillage biodégradable

Les paillages biodégradables sont un second sujet d’essai suivi par l’Aprel cette année. A l’image de ceux sur salade, l’Aprel a mis en place une culture de fraise plantée sur paillage biodégradable (Bionov 20 µm, noir-Barbier) en comparaison avec une conduite sur paillage plastique traditionnel. « Avec une plantation de trayplants, nous sommes sur une culture installée de décembre à juin, un temps relativement court. Par ailleurs, la fraise est une culture qui n’est pas trop lourde. Nous avons donc voulu voir comment se comportait un paillage biodégradable. »

Pour l’instant (mi-avril, ndlr), les résultats sont plutôt « satisfaisants ». La culture se développe correctement, de manière homogène et sans apparition de fruits pourris. « Nous n’avons par ailleurs aucun retard comparativement au polypropylène et pas de dégradation du paillage biodégradable non plus, que ce soit sur les bords ou près des goutteurs », résume Elodie Derivery. Enfin, le troisième et dernier nouvel essai est lancé cette année, celui portant sur les substrats.

A lire aussi : Les fraises préférées des Français

Il y a quelques années, l’Aprel avait lancé une expérimentation comparant différents substrats conservés deux ans au lieu d’une année. « Les résultats n’avaient pas été très positifs », se remémore la chargée d’expérimentation. « Nous avions vu des baisses de rendements avec les substrats conservés deux ans, et des difficultés de reprise en deuxième année ». Depuis, de nouvelles solutions ont fait leur apparition sur le marché. D’où la remise en place de l’essai. « Nous voulons voir ces nouveaux substrats et leur impact sur la deuxième année de production, en contrôlant en particulier les rendements et la qualité des fruits », conclut Elodie Derivery.

(1) 15 variétés jours courts hors-sol sous tunnel froid : Dream, Duchesse, D12.112R, D13.101 (Planasa) ; Magnum, MA109, MA118, MA11-64-2 (Marionnet) ; Bravura, Verdi et Favori (Fresh Forward) ; AN 09 (Angier), Malling centenary (East Malling) ; Manon des fraises (Ciref) ; et Cléry (CIV), comme témoin.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes