Aller au contenu principal

Grand Est
L’Alsacienne de restauration renouvelle son partenariat pour un appro local

La première SRC d’Alsace vient de renouveler sa convention d’approvisionnement en produits locaux et bio. L’Interprofession des fruits et légumes d’Alsace, Bio en Grand Est et Alsace Qualité font partie des nouveaux signataires.  

Au cours de la première convention signée en 2015, L’Alsacienne de Restauration a consacré 30 % minimum du montant de ses achats de légumes en produits alsaciens.
© Alsacienne de restauration

Le 8 juillet dernier à Schiltigheim, L’Alsacienne de Restauration a signé une convention de partenariat visant à de développer la consommation de produits locaux et bio-locaux et de contribuer au développement de la production agricole durable en Alsace. Les autres partenaires sont la Chambre d’agriculture Alsace, Bio en Grand Est, l’Interprofession des fruits et légumes d’Alsace (IFLA) et Alsace Qualité. Ces trois dernières organisations intègrent formellement cette année le dispositif.

 

Une première convention qui a porté ses fruits

Une première convention de ce type avait été signée en 2015 avec la Chambre d’agriculture Alsace. A l’époque, l’IFLA était partenaire de l’opération sans être en être signataire. Outre le référencement de produits locaux, elle portait aussi sur la formation des équipes, la mise en place d’outils de communication e d’événements, la structuration des filières…

Au terme de la durée de cette première convention, L’Alsacienne de Restauration a remplis son engagement d’atteindre 30 % minimum du montant de ses achats de légumes en produits alsaciens. Le souhait a été de faire faire perdurer leur partenariat en y associant de nouveaux partenaires afin d’aller plus loin dans la démarche de progrès initiée.

 

Avec 140 restaurants, 4 cuisines centrales et 750 collaborateurs, L’Alsacienne de Restauration est numéro un de la restauration collective en Alsace. Elle a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 47M d’euros, exerce son savoir-faire sur 3 marchés : l’enseignement, l’entreprise et la santé. Elle est également active dans le domaine de l’évènementiel (« Du Côté Traiteur »). L’Alsacienne de Restauration est adossée au groupe Elior.

 

Une logique gagnant-gagnant

Fixée pour une durée de 3 ans renouvelable, cette convention a pour objectif de développer encore davantage la part de produits alsaciens dans l’approvisionnement de la société de restauration dans une logique de progrès gagnant-gagnant. Les objectifs fixés s’inscrivent dans le cadre des lois EGAlim et Climat & Résilience (50 % de produits durables et de qualité dont 20 % de produits bio d’ici 2022 pour la restauration collective publique et d’ici 2024 pour la restauration collective privée).

Dans ce contexte, Bio Grand Est interviendra sur les produits issus de l’agriculture biologique, l’IFLA sur les fruits et légumes d’Alsace et Alsace Qualité sur les produits sous signe de qualité. Ce travail consistera notamment à identifier des fournisseurs en capacité de répondre aux besoins de L’Alsacienne de Restauration. Ce partenariat permettra chaque année de fixer des objectifs et de suivre des indicateurs de développement d’approvisionnement auprès des producteurs et des coopératives de producteurs, ainsi que de structurer au mieux les approvisionnements pour garantir une cohérence logistique et économique à toutes les parties. Ces indicateurs seront suivis par les cinq partenaires de la convention.

 

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a détaillé au Premier ministre les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs.
« On voit des agriculteurs de 30-40 ans qui arrêtent » : le cri du cœur d'un producteur de fruits et légumes adressé au Premier ministre

Bruno Ferret, arboriculteur et maraîcher dans le Rhône, a interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur les problèmes de l'…

Colère des agriculteurs : quelles sont les demandes des filières fruits et légumes ?

Alors que des premières mesures doivent être annoncées par le Premier ministre face au mouvement de protestation des…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes