Aller au contenu principal

« J'ai choisi de valoriser entièrement les noix et noisettes, jusqu’aux coquilles »

Depuis 2008, dans la Drôme, Nathalie Blachon produit et valorise en direct noix et noisettes : cette nucicultrice passionnée livre un regard averti sur les attentes des consommateurs. (article de Sophie Sabot, paru dans l'Agriculture Drômoise)

Nathalie Blachon, productrice de noix et noisettes dans la Drôme
Nathalie Blachon a été confrontée en 2023 à une récolte tardive. La chute des noix a été retardée par un temps trop estival.
© S.S. - AD26

Chez Nathalie Blachon, à Montmiral dans la Drôme, la noix se décline en filets, cerneaux, huile, nougat, « grignotes » sucrées… Idem pour la noisette, vendue en coque, décortiquée en amandons crus ou torréfiés, en huile, pâte à tartiner au chocolat Valrhona ou autres douceurs sucrées. Sans oublier les tourteaux de noix ou de noisette qu’elle propose au consommateur d’incorporer dans les pâtes à gâteaux ou sur des salades.

Pour la nucicultrice, l’enjeu est de « valoriser le produit jusqu’au bout », y compris les coquilles qui servent de combustible – elles sont livrées à des collègues qui disposent de chaudières spécifiques – ou de paillage aux pieds des arbres. « Dans la noix ou la noisette, la seule chose qui se perd, c’est le bruit de la coquille quand on la casse », résume-t-elle. À 43 ans, seule à la tête de son exploitation avec un salarié permanent et des saisonniers, Nathalie Blachon produit et commercialise en moyenne 45 tonnes de noix par an et, les meilleures années, jusqu’à 3 t de noisettes.

30 000 km de livraisons, entre Dijon et Marseille

« La ferme est dans la famille depuis quatre générations. Mon arrière-grand-père ardéchois s’y est installé en 1920 en polyculture-élevage. C’est mon père qui a orienté l’exploitation vers la nuciculture. Très vite, il a souhaité commercialiser ses noix en direct. Il y a plus de trente ans, il a commencé à travailler avec des grandes surfaces et à participer à quelques marchés », raconte la jeune femme. Aujourd’hui, elle livre ses produits auprès d’une dizaine de magasins de la grande distribution, autant de magasins de producteurs (en dépôt-vente) et d’une cinquantaine de jardineries : « Je fais chaque année 30 000 km, principalement d’octobre à mars, pour des livraisons entre Dijon et Marseille », indique-t-elle.

 

 
Nathalie Blachon, productrice de noix et noisettes dans la Drôme
Nathalie Blachon conditionne et commercialise elle-même ses noix et noisettes. © S.S. - AD26

Si elle a hérité de son père sa passion pour la noix, elle est en revanche à l’origine de l’introduction de la noisette sur l’exploitation. « Après des études en arboriculture, mon frère aîné devait prendre la suite de mon père. Mais il a été rattrapé par sa passion pour l’informatique dont il a fait son métier. Dans la perspective de son installation, il avait planté un demi hectare de nashis. De mon côté, j’étais passionnée par le dessin technique : j’ai d’abord fait un BEP construction et topographie, mais après un stage chez un architecte, je me suis dit que huit heures par jour dans un bureau, ce n’était pas pour moi », confie Nathalie Blachon.

Adapter le matériel à la noisette

Bac pro productions horticoles et BTS analyse et conduite des systèmes d’exploitation (Acse) en poche, elle prend la suite de son père à sa retraite en 2008 : « J’ai alors remplacé les nashis par des noisetiers. J’aime la noisette. C’est un produit peu fragile », explique la nucicultrice. Toutefois, il a fallu adapter le matériel, notamment le tapis de la ramasseuse à noix, et investir dans un nouveau séchoir.

Côté calendrier, les deux récoltes se chevauchent : « Nous attaquons la noisette vers le 10 septembre jusqu’à mi-octobre. La noix démarre en général vers le 1er octobre pour l’AOP Noix de Grenoble », précise-t-elle. Mais cette année, l’été qui n’en finissait pas de s’étendre a retardé la chute des noix, alors que la récolte était autorisée dès le 28 septembre par le Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble pour l’AOP. « Résultat, mi-octobre, sur un marché, je me suis retrouvée sans noix sèches de l’année, avec seulement des noix fraîches et des noisettes, alors que les clients venaient exprès pour acheter des filets de la nouvelle récolte », poursuit Nathalie Blachon.

Pas de faux pas sur la qualité

Habituée des marchés et salons gastronomiques et interlocutrice directe des responsables des rayons fruits et légumes en magasin, elle sait qu’aucun faux pas n’est permis sur la qualité. « Quand je me suis installée, il se plantait beaucoup de noyers. Mais finalement, jusqu’en 2021, la noix a été l’un des fruits qui marchait le mieux alors que je craignais que ça ne s’écroule avant. En 2022, les noyers ont offert une production abondante, y compris chez les particuliers qui en ont distribué une partie dans leur entourage », souligne la productrice. Moins d’achats, plus de stocks, avec parfois sur les étals des noix de récoltes antérieures, et le marché s’est effondré.

 

 
Nathalie Blachon, productrice de noix et noisettes dans la Drôme
Quand elle s’est installée en 2008, la nucicultrice a choisi de se lancer dans la production de noisettes. © S.S. - AD26

« Le consommateur est très fidèle à la noix, mais il veut de bonnes noix. Je lui conseille toujours de bien vérifier l’année de récolte lorsqu’il en achète. Dès que j’attaque une nouvelle saison, s’il reste des noix, je les casse pour en faire de l’huile et sinon, elles finissent aux pieds des arbres, ça favorise la biodiversité et limite l’évapotranspiration », indique Nathalie Blachon. Équipée de sa propre ligne de cassage, elle reconnaît que les cerneaux ont le vent en poupe malgré leur prix. « Les gens n’ont plus le temps de casser des noix, ils ne veulent pas de déchets et en plus, avec des cerneaux, ils sont sûrs qu’il n’y aura pas de mauvaises surprises derrière la coquille », analyse-t-elle.

Pénurie d’eau et excès de chaleur

« Pour proposer une noix ou une noisette charnue comme attendue par le consommateur, il faut de l’eau. Cette année, nous avons été en restriction de la mi-avril à la fin de l’été », évoque Nathalie Blachon. Ses vergers ont aussi essuyé la grêle puis les coups de soleil. « J’utilise une colonne densimétrique pour le tri, mais c’est compliqué cette année. Les coquilles sont lourdes alors qu’il peut y avoir à l’intérieur un cerneau non nourri à cause du stress hydrique et thermique. Tant que la noix n’est pas ouverte, difficile de savoir. Avec la commercialisation en circuits courts, je prends rapidement la claque si le produit n’est pas bon », insiste la productrice.

Face au changement climatique, elle s’interroge sur la possibilité d’introduire des productions plus résistantes à la chaleur et au manque d’eau. « Depuis deux ans, je fais des essais sur la cacahuète, signale-t-elle. Je réfléchis aussi à la pistache. Mais je suis en extrême limite nord en termes de latitude et surtout, c’est une culture pérenne sur laquelle on manque encore de recul ». Pas question toutefois de lâcher la noix. « J’ai huit hectares de jeunes plantations en variétés franquette. Hélas, suite à la neige et à la grêle, j’ai dû tout recéper. J’espère désormais qu’ils entreront en production d’ici 2028 », précise Nathalie Blachon.

Un lien essentiel avec le consommateur

« La main vous donnant votre sac de noix aura aussi planté le noyer auparavant ». Sur son site de vente en ligne grignote.com, Nathalie Blachon accueille le visiteur par une formule qui résume sa vision du circuit court. Si les trois quarts de ses volumes sont vendus en GMS, jardineries, magasins de producteurs et chez quelques épiciers, chocolatiers, pâtissiers et un nougatier (qui lui fabrique son nougat à la noix), la nucicultrice est aussi attachée au lien direct avec le consommateur.

« Mon père faisait dix marchés et salons sur l’année. J’ai réduit à cinq, dont le très renommé Savim à Marseille en mars et novembre sur lequel mon père a construit au fil des années une clientèle. Depuis mon installation, j’accueillais aussi des camping-caristes via le réseau France Passion. Mais j’ai décidé d’arrêter en 2023 pour me lancer dans l’opération De ferme en ferme. J’ai trouvé cette première édition géniale même si très prenante et je compte poursuivre », indique-t-elle. Enfin, Nathalie Blachon vend sur rendez-vous à la ferme ou via son site internet, mais elle reconnaît rencontrer des difficultés avec les prestataires de livraison de colis.

En chiffres

40 ha de SAU, dont :

- 20 ha en noix de Grenoble AOP

- 0,73 ha en variété Lara pour la noix fraîche de début de saison

- 1,34 ha en variété Serr pour la transformation.

- 8 ha de jeunes noyers en variété Franquette, production attendue pour 2028.

- 4 ha de céréales.

- 0,3 ha d’essais en cacahuètes.

Les plus lus

Parsada : ouverture ce 12 avril d'un appel à projets porté par FranceAgriMer

Initié au printemps 2023, le Plan stratégique pour mieux anticiper le potentiel retrait européen des substances actives et le…

Fraises hors sol cultivées en France
Fraise française : un bon début pour la commercialisation... à poursuivre

En retard par rapport à l’an dernier, la saison de la fraise française a bien commencé d’autant que la fraise espagnole est…

Pourquoi le groupe Axéréal arrête son activité fruits et légumes ?

25 producteurs commercialisaient noix, asperges et pommes de terre bio via la coopérative.

Prix des fraises françaises : il n'est « pas lié aux faibles quantités espagnoles », revendique l’AOPn

Les fraises espagnoles sont pour le moment quasi absentes de nos étals français. Pourtant, ce n’est pas cette absence ou cette…

PNR BARONNIES PROVENCALES
L’IGP Abricot des Baronnies sur la rampe de lancement

L’abricot des Baronnies, qui attendait ce printemps la toute dernière validation de son IGP, est d’ores-et-déjà en ordre de…

production de chou-fleur en Bretagne
Sica Saint-Pol de Léon : un chiffre d'affaires en hausse malgré les intempéries et la baisse des volumes

L’année 2023 a été très compliquée au niveau climatique, entraînant une baisse des volumes, mais avec un chiffre d’affaires de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes