Aller au contenu principal
Font Size

Tendance de consommation
[Coronavirus Covid-19] Bio, local et produits de base, des tendances qui s’inscrivent dans le post-crise

Petites habitudes qui vont disparaître ou profonds changements dans les façons de consommer ? Pour Nourrir Demain fait le point dans un livre blanc. La crise sanitaire a-t-elle créé une génération Covid ?

La communauté Pour Nourrir Demain s'est intéressé dans un livre blanc aux tendances de consommation qui vont perdurer après le déconfinement.
© Pour Nourrir Demain

La Communauté Pour Nourrir Demain annonce démarrer en juin un programme de dix expériences autour des dix grandes questions prioritaires de transformation des entreprises agroalimentaires (packaging, consommateurs, innovations, distributeurs, international, fournisseurs,…). Regroupant une vingtaine d’entreprises agroalimentaires (dont d’aucy, Perle du Nord, Arterris, St Mamet, Picadeli, Quintesens…), ce « laboratoire d’idées et lieu d’échange » a publié le 2 juin son livre blanc sur l’émergence d’une “Génération Covid”. S’appuyant notamment sur des sondages, des analyses de cabinets et les expériences de ses 20 marques adhérentes, Marion Mashhady et Sylvain Zaffaroni, les deux fondateurs de la Communauté, y ont identifié quatre phénomènes majeurs de la mutation des comportements liées à la crise.

Premièrement : un retour à l’essentiel

Lors du confinement, les Français ont compris qu’ils pouvaient se nourrir correctement avec des bases essentielles simples à utiliser et rassurant quant à leur origine, entre autres des fruits et légumes frais ou des produits peu transformés (conserves de légumes), et cette tendance a de fortes chances de perdurer après la crise.

pnd3
Marion Mashhady et Sylvain Zaffaroni, les deux fondateurs de la communauté Pour Nourrir Demain © Pour Nourrir Demain

 

Secundo : l’approvisionnement, au plus près et plus rapide

« Les choix d’approvisionnement alimentaires des Français après le confinement seront dans le prolongement de la parenthèse Covid, à savoir privilégier le digital pour gagner du temps, le local pour gagner en sens et la proximité pour gagner en lien », estiment les deux fondateurs.

Selon un sondage AMC Global, 38 % des consommateurs annoncent pour le post-confinement une vraie volonté de soutenir les entreprises locales à l'avenir (38 %) et 40% prévoient de réduire leur budget restauration pour plus de plats cuisinés maison.

« Désormais le consommateur sera toujours plus favorable à un produit local plutôt qu'à un produit qui vient de loin. En cas de nouvelle crise, pas de risque de pénurie si l’approvisionnement vient d’à côté », précisent-ils encore.

Perle du Nord a été au rendez-vous : Au sein de la Communauté Pour Nourrir Demain, la crise a permis de remettre en valeur la production française. Ainsi, Perle du Nord a su garder sa production avec un produit alimentaire rassurant pour les consommateurs. « L’endive est le quatrième légume le plus consommé par les Français. Durant le confinement, la marque a renforcé sa relation avec les consommateurs finaux en assurant un approvisionnement régulier des supermarchés. »

Troisièmement : le bio rassure

« Pour beaucoup, les pesticides sont synonymes de maladies, un parallèle semble donc s’opérer avec la Covid19. En mangeant local et bio, une partie de la population française pense se protéger ». Selon Nielsen ScanTrack, la consommation de produits bio a enregistré de fortes augmentations tout au long du confinement.

pnd2
(c) Pour Nourrir Demain / Nielsen

 

Quatrièmement : le prix, toujours le prix

Selon une étude PwC, 43 % des personnes interrogées indiquent que le prix sera le principal critère qui décidera de leurs achats alimentaires après le confinement. Et selon une étude OpinionWay pour le site Vos Travaux Eco, 77 % des sondés sont inquiets pour leur pouvoir d’achat. Seuls ceux ayant les moyens financiers poursuivront dans leurs nouvelles habitudes et démarches. « Ceux n’ayant pas le pouvoir d’achat nécessaires reviendront à des produits plus basiques, en privilégiant autant que possible le local mais en regardant avant tout le prix. »

Anne Henry, directrice du planning stratégique CBA, analyse toutefois : « La crise économique qui se profile va sans doute redistribuer les cartes de la valeur perçue. Si avant le Covid-19, la part du budget dédiée à l’alimentation baissait au profit des biens matériels ou de l’expérience hors domicile, il y a fort à parier que cette courbe va se stabiliser voire s’inverser, car l’Homme va peut-être profiter de cette parenthèse pour se rapprocher de son environnement et de la nature. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Gérard Malaure
[Coronavirus Covid-19] Gérard Malaure, DG du groupe Primever : « Nous avons pu livrer tous les jours toutes les régions de France malgré les retours à vide de nos camions »
Explosion de la demande de la GMS, rotation des camions compliquée, projets pour l’après Covid-19 : Gérard Malaure, directeur…
En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
L’offre des opérateurs français repose sur une tomate cerise HVE en barquette carton de 200 g sous flow-pack. Objectif : contrer l'offre marocaine.  © Rougeline
Une offre de tomates cerise HVE pour contrer l’importation
Intermarché communique sur les tomates cerise HVE en 200 g. L’offre, lancée aussi dans d’autres enseignes, est née d’une…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes