Aller au contenu principal

Comment Prince de Bretagne entend diversifier sa gamme de choux

Soucieuse d’innover, Prince de Bretagne lance deux nouveautés en choux : un chou plat, à consommer cru ou cuit, et un chou Romanesco blanc.

Chou romanesco blanc de Prince de Bretagne Véronique Bargain
Ce n'est pas du chou-fleur, mais le chou romanesco blanc que propose désormais Prince de Bretagne.
© Véronique Bargain - FLD

 « L’innovation est essentielle pour répondre aux attentes des consommateurs et de nos clients et nous différencier de la concurrence », affirme Thomas Quillévéré, vice-président de Prince de Bretagne. La diversification est devenue une préoccupation majeure pour la marque bretonne depuis une quinzaine d’années. « Dans les années 70, le chiffre d’affaires de Prince de Bretagne reposait sur 4 légumes, rappelle-t-il.  Aujourd’hui, ces produits ne représentent plus que 30 à 40 % du chiffre d’affaires et la marque commercialise 47 légumes ».

Une cellule innovation régionale pour 3 à 5 nouveaux produits par an

Il y a trois ans, une cellule innovation régionale dotée d’un budget de 200 000 ou 250 000 € par an a été créée pour structurer les recherches de diversification au sein des coopératives. « Chaque année, nous testons le lancement de 3 à 5 nouveaux produits, précise Patrick Guivarch, responsable innovation pour Prince de Bretagne. Nous recherchons des produits qui interpellent les consommateurs, notamment les jeunes, et que l’on puisse proposer en quantité suffisante, assez longtemps sur l’année et au bon prix pour le producteur et le consommateur ».

En 2022, la marque a notamment lancé la variété de chou Sarmello, de Syngenta, un chou plat, aux feuilles fines et croquantes, légèrement sucré, qui se consomme cru ou cuit, d’un poids idéal de 1,3 kg. Une autre innovation en 2022 est le chou Romanesco blanc. « Nous proposons du chou Romanesco vert depuis une quinzaine d’années, avec aujourd’hui des variétés bien adaptées au climat breton, indique Patrick Guivarch. En 2019, pour diversifier l’offre et apporter de la couleur, nous avons lancé un chou Romanesco orange, qui se développe bien. Et en 2022, nous innovons à nouveau avec un chou Romanesco blanc ».

Relance du chou chinois et abandon du chou-tige

Le Romanesco blanc est proposé en calibre moyen, avec 8 têtes par colis. « Il semble bien parti, estime Patrick Guivarch. 10 négociants en ont acheté cette année ». A la demande des négociants, Prince de Bretagne va aussi relancer en 2023 le chou chinois, déjà produit de 2008 à 2010. La marque abandonne par contre le chou-tige, mini chou-fleur sur une tige, innovation de Syngenta dont Prince de Bretagne avait pourtant l’exclusivité sur la France et dont elle a produit 2 tonnes en 2022. « Le chou-tige, qui ne nécessite pas de préparation, se mange entièrement et plaît aux enfants, répond aux attentes des consommateurs. Mais comme il nécessite beaucoup de main-d’œuvre, il se retrouvait en rayon à 14-15 €/kg en vrac, ce qui est beaucoup trop coûteux dans le contexte actuel. Nous avons acquis du savoir-faire et pourrons peut-être le relancer plus tard ».

Le projet de produire du brocoli sur tige en 2023 est également abandonné, le produit étant lui aussi trop coûteux et n’ayant pas convaincu la restauration ni les consommateurs.

Prince de Bretagne continue par contre de développer des produits de diversification lancés ces dix dernières années : le potimarron, lancé en 2010, aujourd’hui produit à hauteur de 6000 à 7000 tonnes par an par 200 à 250 producteurs, la patate douce, la rhubarbe, les fruits exotiques lancés en 2022, la myrtille...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
L’inflation met à mal les efforts faits pour Egalim
Alors que tous les acteurs de la restauration collective et des filières sont mobilisés pour une alimentation plus durable, l’…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes