Aller au contenu principal

Bretagne : La Sica relance la dynamique

2019 doit être l’année d’une nouvelle dynamique pour la Sica Saint-Pol-de-Léon avec l’élargissement du label « Cultivé sans pesticides » et une nouvelle plateforme logistique en construction.

La Sica veut répondre aux exigences du marché et aux nouvelles attentes des consommateurs.
© Sica Saint pol

Après une année 2018 « contrastée », les 850 producteurs de la Sica Saint-Pol-de-Léon souhaitent apporter du dynamisme en 2019 avec notamment l’élargissement du label « Cultivé sans pesticides » et la construction de la plateforme de Vilargren. Le développement de la Bio et le lancement début 2019 de ce nouveau label pour la tomate par l’Alliance Nature et Saveurs, témoignent de l’engagement des producteurs en faveur d’une agriculture durable et respectueuse de l’environnement. « Plus de 80 % d’entre eux proposent en ce début de saison des tomates sous label "Cultivées sans pesticides" », commente Marc Keranguéven, président de la Sica de Saint-Pol-de-Léon, lors de l’assemblée générale du groupement. La démarche doit permettre de mieux valoriser cette production après une conjoncture difficile en 2018 pour les segments grappe et vrac.

Renforcer l’attractivité et la compétitivité

Déjà engagée en 2018, cette « troisième voie » devrait vite s’étoffer au sein de la Sica avec du brocoli et des courges dont les volumes « Cultivé sans pesticides » vont progresser dans les années à venir. D’autres sections, comme l’échalote, sont en phase d’élaboration du cahier des charges pour répondre à ce label. Issu d’une réflexion stratégique débutée en 2007, le projet Vilargren a enfin pu être mis en travaux fin 2018 et verra le jour en 2021. En regroupant l’offre et en homogénéisant l’agréage, la plateforme de Vilargren permettra de renforcer l’attractivité et la compétitivité de la filière légumière de la Sica. « Le niveau technologique des équipements en conditionnement et emballage va progresser, tirant la performance de la coopérative vers le haut », assure le responsable. Après deux campagnes choux-fleurs décevantes, la création d’une vente télématique annuelle organisée au mois de juin a permis de pré-vendre six millions de têtes sur la saison et de se positionner sur les marchés export face aux concurrents italiens et espagnols qui gagnaient des parts de marché tous les ans. Les producteurs ont également systématisé la certification Global Gap pour les choux-fleurs commercialisés sous la marque Prince de Bretagne à partir de janvier 2019.

En chiffres

L’année 2018 a été contrastée du fait de la météo avec une forte disparité suivant les cultures. Le chiffre d’affaires de la Sica s’établit à 193,5 M€, en baisse de 5,5 %. C’est en légumes, notamment  pour le chou-fleur, l’échalote et l’artichaut, que la chute est significative avec 159 M€ contre 170 M€ en 2017. En revanche, le pôle horticole de la Sica a maintenu un chiffre d’affaires à 35 M€ face à un marché pourtant difficile. L’année 2018 a également été favorable à la production biologique, devenue le 3e chiffre d’affaires de la coopérative, avec près de 10 M€, soit une hausse de plus de 3 M€ par rapport à 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes