Aller au contenu principal
Font Size

Banane
[Salon de l'agriculture] Banane bio, en conversion, et FQC : l’UGPBAN et Carrefour, main dans la main

L'Union des groupements de producteurs de bananes de Guadeloupe et Martinique (UGPBAN) et Carrefour ont signé deux partenariats sur le Salon de l’agriculture pour une banane plus durable : la Pointe d’Or cultivée en bio et une banane FQC/blockchain.

L’UGPBAN et Carrefour ont signé deux partenariats sur trois ans, portant sur des volumes et des prix, revus annuellement. Le premier concerne la variété Pointe d’Or (ex-Cirad 925, tolérante à la cercosporiose), que les Antillais ont choisie de cultiver en bio (20 ha en Guadeloupe, 15 ha en Martinique). 1 000 à 1 200 t sont attendues cette année et réservées à Carrefour. Elles seront commercialisées, dans un premier temps, en bio (500 t) stickées en vrac dans les Carrefour Bio d’Île-de-France et dans les hypers du Sud-Est, et en conversion (800 t) à Carrefour Market.

« Nous voulons la présenter aux consommateurs comme une variété différente avec un goût différent, plus crémeux, plus aromatique, expliquent Pierre Monteux, directeur général de l’UGPBAN, et Matthieu Lovery, directeur de marché fruits et légumes de Carrefour. Nous prévoyons des animations en magasin, en mettant l’accent sur le goût et sur l’origine France, ainsi que de la pédagogie auprès des salariés Carrefour car cette variété ne se manipule pas tout à fait comme une Cavendish ».

Quant au prix, « c’est un produit spécial et unique mais on veut toucher le plus grand nombre donc on la proposera entre 2 et 2,99 €/kg selon les magasins, en parallèle de la banane bio classique, précise Matthieu Lovery. La banane en conversion sera à un prix quasi identique que la conventionnelle ».

Création d’une FQC sous blockchain

Également disponible dès le mois de mars, une banane FQC, vendue dans une trentaine d’hypers du nord de la France puis très vite en Île-de-France, avec l’objectif de l’étendre à tout le territoire rapidement. 8 000 t sont concernées pour la première année (six producteurs). Il s’agit d’une Cavendish conventionnelle avec un cahier des charges très strict, notamment aucun insecticide et, d’ici 2022 sans herbicide, et sans traitement post-récolte de synthèse à l’instar des autres fruits et légumes FQC. Autre caractéristique : cette FQC bénéficie de la technologie blockchain pour garantir traçabilité et transparence aux consommateurs (QR code). Elle sera vendue 20 % plus chers qu’une banane traditionnelle.

Des partenariats envisagés avec d’autres distributeurs ? « Il y a des choses en discussion », élude Pierre Monteux.

Carrefour positionnera ces deux nouveautés sur un prix intermédiaire, pour les rendre accessibles au plus grand nombre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes