Aller au contenu principal

Profitez des mesures du plan de relance agricole

Le plan de relance agricole cofinance du matériel agricole et des semences. Ne tardez pas car les premiers arrivés seront les premiers servis…

Le matériels pour la culture, la récolte des espèces riches en protéines, le séchage des légumineuses fourragères ainsi que le stockage sur l’exploitation peut être cofinancé à 40 %, 50 % pour les jeunes agriculteurs. © A. Villette
Le matériels pour la culture, la récolte des espèces riches en protéines, le séchage des légumineuses fourragères ainsi que le stockage sur l’exploitation peut être cofinancé à 40 %, 50 % pour les jeunes agriculteurs.
© A. Villette

Le plan de relance de 100 milliards d’euros comporte un volet dédié à la transition agricole, doté d’un budget de 1,2 milliard d’euros. Certaines mesures s’adressent directement aux agriculteurs mais il ne faut pas traîner car, pour l’ensemble du plan de relance agricole, les projets seront financés au fil de l’eau, suivant le principe du « premier arrivé, premier servi ».

L’aide à la conversion des agroéquipements, doté de 135 millions d’euros, cofinance de 20 à 40 % les épandeurs, buses anti-dérives, matériel de précision ou épandeurs à fumier. Certains équipements de substitution à l’usage de produits phytopharmaceutiques tel que du matériel de désherbage, de broyage, de travail du sol sont aussi concernés.

L’aide aux investissements de protection face aux aléas climatiques est doté de 70 millions d’euros et cofinance, par exemple, des filets paragrêles, du matériel d’irrigation, d’ombrages ou de collecte des eaux de pluie.

Les aides du pacte biosécurité et bien-être animal ne sont pas encore détaillés mais elles visent à accompagner l’aménagement des bâtiments et les équipements permettant d’améliorer le bien-être animal et la biosécurité. Cette aide est dotée de 100 millions d’euros et sera pilotée par les régions. Le taux d’aide pourra aller jusqu’à 40 % et sera variable selon les régions.

Le vaste Plan protéines végétales flèche 20 millions d’euros pour l’achat de semences et pour aider à investir dans des équipements permettant la culture, la récolte et le séchage d’espèces riches en protéines végétales, ainsi que le développement de sursemis de légumineuses fourragères.

Le dispositif « bon bilan carbone » vise, lui, à inciter les agriculteurs installés depuis moins de cinq ans à réaliser un bilan carbone de leur exploitation. Un appel à projet national est en cours pour sélectionner des structures porteuses, qui seront en charge de réaliser les bilans carbone à partir d’avril 2021 et jusqu’à fin 2022. L’outil CAP2ER sera le diagnostic utilisé pour les filières des ruminants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L’inflation record fragilise les producteurs de lait de chèvre et les entreprises de transformation alerte l’Anicap
A quelques heures de l’ouverture de Capr’Inov, l’interprofession caprine s'alarme de la hausse des coûts de production qui touche…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
Les deux frères, Régis et Thomas Chaléac, bientôt associés sur l'exploitation fondée par le plus jeune il y a deux ans.
« Je me suis installé seul à 19 ans »
Jeune producteur de picodon, Thomas Chaléac a créé son exploitation il y a deux ans à seulement 19 ans. Il revient sur ses…
Des tests ont été menés au Pradel, en Ardèche dans le cadre du projet Fastoche pour tester le pâturage des plantes riches en tanins.
Du sainfoin pour lutter contre le parasitisme en élevage caprin
Des plantes riches en métabolites secondaires bioactifs, dont les tanins condensés, présentent des propriétés antiparasitaires…
[Capr’Inov] Matériels et solutions pour l’élevage caprin et la transformation présentés sur le salon
[Capr’Inov] Matériels et solutions pour l’élevage caprin et la transformation présentés sur le salon
Venir au salon Capr’Inov, c’est aussi l’occasion d’échanger avec l’ensemble des professionnels de la filière caprine qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre