Aller au contenu principal

Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc
« Nous recrutons cinq saisonniers pour les mises bas »

Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc.
Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc.
© V. Hervé-Quartier

 

 

 

« Les mises bas de nos 1 000 chèvres sont groupées entre le 25 janvier et le 20 mars. Nous élevons tous les chevreaux : en moyenne 100 mâles issus d’IA, 750 engraissés sur la ferme, et 800 femelles. Pour gérer ce pic de travail et nous occuper des chevreaux dans de bonnes conditions, nous embauchons cinq saisonniers dédiés aux mises bas et aux soins.

« Une organisation bien réglée pour des mises bas groupées »

Une pré-nurserie est aménagée temporairement dans le bâtiment principal pour que les chevreaux soient au chaud le plus rapidement possible et que tout soit à proximité. Nous assistons toutes les mises bas. Dès qu’un chevreau naît, nous fouillons la chèvre pour aider le second, voire le troisième à sortir et les identifions rapidement. Le nombril est désinfecté et les chevreaux restent avec leur mère le temps de sécher. Puis ils sont emmenés dans la pré-nurserie, sous les lampes chauffantes. En cette saison, nous essayons d’éviter au maximum le stress thermique. Les chèvres sont traites maximum trois heures après la mise bas au chariot trayeur. Les chevreaux sont sondés avec du colostrum dont la qualité est systématiquement contrôlée au réfractomètre. Seuls ceux qui obtiennent un score supérieur à 23 % Brix sont donnés aux chevreaux. Depuis que nous trions le colostrum, le taux de mortalité est assez bas.

Une fois sondés, ils peuvent être emmenés en nurserie. Tout y est aménagé et chauffé à 20 °C, avec une litière à granulés de paille.

Il y a quatre personnes matin et après-midi pour apprendre aux chevreaux à téter, cela leur prend deux à trois jours. Par moments, nous sommes jusqu’à six en nurserie pour contrôler la santé et la bonne prise de lait.

Les saisonniers sont polyvalents, répartis en deux équipes, matin et après-midi. Nous n’avons jamais eu trop de difficultés à recruter. Les salariés permanents sont en salle de traite pour l’apprentissage des 250 chevrettes, et le redémarrage de la traite. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

« Nous sommes une petite filière avec peu de moyens financiers, nous devons donc travailler en complémentarité : les travaux nationaux doivent nourrir les démarches régionales, et inversement », rappelle Franck Moreau, président de la section caprine d'Interbev.
Les initiatives fleurissent pour valoriser le chevreau
Si les idées pour donner de la valeur à la viande caprine ne datent pas d’hier, la crise sanitaire a stimulé les initiatives pour…
Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc.
« Nous recrutons cinq saisonniers pour les mises bas »
      « Les mises bas de nos 1 000 chèvres sont groupées entre le 25 janvier et le 20 mars. Nous élevons tous les chevreaux…
CapGènes lance une offre de semences sexées femelle. Les performances obtenues lors des essais sont similaires celles de bovins : plus de 90 % de femelles à la naissance, un taux de fécondation autour de 45-50 %, contre 60 % en moyenne en semences classiques, pour un coût d’environ 30 € supérieur.
CapGènes lance une offre en semences sexées pour les caprins
Pour la première fois, la semence sexée sera commercialisée en France dès le printemps 2022. Une innovation portée par CapGènes…
Pour chaque site d'élevage, un référent responsable du bien-être animal doit être désigné.
Un référent bien-être animal obligatoire par élevage caprin
Depuis le 1er janvier 2022, chaque élevage doit disposer d’un référent bien-être animal. Celui-ci est annoncé par voie d’…
Hélène Fuchey, chargée de mission Pac à l’Institut de l’élevage
Quelles seront les conséquences de la Pac 2023-2027 pour les éleveurs caprins français ?
      « Cette nouvelle Pac s’appliquera au 1er janvier 2023 et par rapport aux précédentes, le modèle de mise en œuvre change…
1 565 élevages caprins suivis en 2020 par les entreprises de conseil en élevage, soit 232 915 chèvres.
Fusion annoncée entre France Conseil Élevage et Allice
« Bâtir une fédération ouverte et agile au service des entreprises et des éleveurs » est l’objectif commun de France Conseil…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre