Aller au contenu principal

L'équarrissage ne sera plus pris en charge pour les éleveurs non à jour de cotisation

A partir de 2015, l'association ATM ruminant, chargée de représenter les filières d'élevage et gérer les sommes collectées pour la mise en oeuvre de l'équarrissage, va cesser de prendre en charge les enlèvements des animaux chez les éleveurs n'ayant pas acquitté leur cotisation équarrissage.

Dates de mise en place de la liste négative dans les départements
Dates de mise en place de la liste négative dans les départements
© Interbev

A partir de 2015, les éleveurs non à jour de paiement devront s’acquitter directement du cout de l’enlèvement auprès de l’équarrisseur avant l’enlèvement du cadavre. Les éleveurs concernés vont recevoir un courrier de relance d’ATM éleveurs de ruminants et auront un mois pour régulariser leur situation. ATM éleveurs de ruminants établira ensuite la liste négative des éleveurs n’ayant pas acquitté leur cotisation. Cette liste sera communiquée aux équarrisseurs, qui seront régulièrement informés de sa mise à jour. Ce dispositif qui a été testé sur quatre départements en 2014 va être progressivement étendu à tous les départements de décembre 2014 à juin 2015.

Le cout de l’équarrissage est aujourd’hui mutualisé sur toute la France et supporté par les éleveurs et l’aval de la filière viande via des cotisations. Cette mutualisation permet de bénéficier de tarifs négociés et communs quel que soit sa localisation géographique et le cout réel de l’équarissage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

[Juridique] Intrusion dans une parcelle agricole : s’interposer n’est pas la bonne réaction
Portail réussir
Les intrusions dans les parcelles agricoles ont alimenté l’actualité ces dernières années. Mais ces intrusions ne constituent pas…
Les bâtiments loués par le gaec Denis-Van Hasselaar n'étaient à l'origine pas du tout fonctionnels ni adaptés à l'élevage caprin. © S. Van Hasselaar
Une chèvrerie moderne dans un vieux bâtiment
Dans l’Indre, Philippe Denis et Séverine Van Hasselaar ont remodelé un vieux bâtiment pour en faire une chèvrerie bien équipée. …
Avec le pâturage des mûriers, les chèvres peuvent exprimer leur comportement naturel pour la cueillette. © C. Boyer
L’arbre fourrager, une solution pour nourrir les chèvres face aux changements climatiques
Des expérimentations ont débuté au Pradel pour évaluer l’intérêt du pâturage des arbres par les chèvres. Les premiers résultats…
Élevages caprins (ayant déclaré un recensement) © BDNI 2020/Idele
​Les commandes d’identifiants dessinent la France caprine
En 2019, plus de 20 000 exploitations, détenant 1,1 million de reproducteurs caprins, ont déclaré leurs animaux à la base de…
Les constructeurs de bâtiments agricoles que vous auriez pu voir à Capr’inov
Malgré l’annulation partielle de Capr’inov 2020, les constructeurs de bâtiments agricoles font part de leurs offres de service et…
Le Pradel a accueilli près de 400 personnes lors de la journée portes ouvertes du 6 octobre. © B. Morel
Pour ses 30 ans, la ferme caprine du Pradel ouvre ses portes aux scientifiques
Pour ses 30 ans, la ferme expérimentale caprine du Pradel a ouvert ses portes pour partager ses connaissances avec la filière.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre